06 févr.

Coup de projecteur sur le palmarès des Magritte 2017 et... 10 DVD à gagner !

La 7e édition des Magritte du 7e Art s'est tenue ce samedi au Square, à Bruxelles, où le tapis bleu a été déroulé avec faste pour les acteurs de la profession.

Au palmarès, un grand gagnant : Bouli Lanners et son très beau Les premiers, les derniers. Meilleurs film et réalisateur pour le sympathique Liégeois, mais aussi Meilleurs acteur dans un second rôle pour l'hyper talentueux David Murgia, décors (Paul Rouschop) et costumes (Élise Ancion). Cette dernière, costumière coutumière de tous les films de Bouli, avait cosigné avec lui le scénario de son film précédent : Les Géants, lauréat de cinq Magritte également voici cinq ans !

_DSC5438.JPG
Bouli Lanners, grand gagnant des Magritte 2017


Et quelques beaux deuxièmes :

- Keeper : Meilleurs premier film (Guillaume Senez) et montage (Julie Brenta) ainsi que Meilleure actrice dans un second rôle (Catherine Salée),

- Parasol : Meilleure musique originale (Cyrille de Haes et Manuel Roland) et meilleure image (le génial Olivier Boonjing),

- La tortue rouge, qui signe un sans-faute avec deux Magritte pour deux nominations (Meilleur film étranger en coproduction  pour Léon Perahia et Belvision, et Meilleur son pour Matthieu Michaux) et...

_DSC5404.JPG
Jean-Jacques Rausin, sacré Meilleur acteur


- Je me tue à le dire, bien sûr ! Le film des amis Xavier Seron (auteur du Meilleur scénario) et Jean-Jacques Rausin (élu Meilleur acteur) en aura en effet lui-aussi séduit plus d'un. Ajoutons que le même Xavier Seron a également remporté un autre Magritte, avec son ami et coréalisateur Méryl Fortunat-Rossi cette fois. Et ce pour la deuxième année d'affilée. Leur chaud chaud chaud Plombier succédant à son grand frère L'Ours Noir sur la liste des lauréats du Magritte du Meilleur court métrage.

_DSC5355.JPG
Avec les réals du Meilleur court métrage : Xavier Seron et Méryl Fortunat-Rossi


Grands oubliés : L'économie du couple et Black. Nominés respectivement cinq et quatre fois cette année, le film de Joachim Lafosse et celui du duo flamand Adil El-Arbi - Bilall Fallah auraient sans doute mérité mieux.


Je me tue à le dire : 10 DVD à gagner !

Pour bien continuer l'année, nous vous offrons 10 DVD de Je me tue à le dire avec la complicité d'Universcine.be.
Le superbe premier film du Belge Xavier Seron, nominé pas moins de 7 fois aux Magritte du cinéma.

Avec, en suppléments, des entretiens avec le réalisateur et son acteur, et les courts métrages Mauvaise Lune et L'Ours Noir, coréalisés par Xavier et Méryl Fortunat-
Rossi comme précisé plus haut.

magritte,cinema,belge,bouli,lanners,rausin,concours,dvd


Pour gagner, rien de plus simple !

Envoyez un e-mail à jeanphilippe.thiriartATgmail.com dans lequel vous précisez en une ou deux phrases pourquoi c'est... VOUS qui devez recevoir ce bel objet, ainsi que vos coordonnées postales.

Les gagnants ? Les auteurs des dix mails les plus convaincants

À vos claviers : clôture du concours ce vendredi 10 février à minuit.

Bons films belges et bonne chance à toutes et à tous !


Jean-Philippe Thiriart

magritte,cinema,belge,bouli,lanners,rausin,concours,dvd


Le détournement En cinémascopien de l'affiche du film de Kubrick et le visuel du concours sont l'oeuvre du graphiste Antoine Leroy, les photos illustrant l'article, celles de Sandrine David !

04 févr.

Les 7e Magritte du 7e Art, c'est ce soir !

C'est à 20 heures ce soir au Square que se tiendra la 7e cérémonie des Magritte du Cinéma. Ces Prix viendront récompenser, une fois de plus, les talents de notre 7e Art. À la barre, deux femmes, deux actrices : la passionnée et éclatante Virginie Efira dans le rôle de présidente et l'envoutante et multiple Anne-Pascale Clairembourg dans celui de la maîtresse de cérémonie.

Retransmises en direct et en clair sur Be tv et sa chaîne Be 1 ainsi qu'en streaming sur son site, les festivités verront 850 professionnels du cinéma belge récompenser le travail de leurs pairs : réalisateurs, acteurs et techniciens. Une bien belle occasion de mettre notamment en lumière certains métiers qui mériteraient de l'être plus souvent : directeur-photo, ingénieur du son, monteur - on en passe.

Dans le cadre d'un Cinevox Happening exceptionnel, le grand public pourra lui-aussi assister à la projection des Magritte dans un cadre unique : celui de la magnifique salle Grand Eldorado de l'UGC De Brouckère. Verre de bulles dès 19 heures, walking dinner après la cérémonie et... projection en avant-première de Paris pieds nus, la nouvelle comédie burlesque d'Abel et Gordon, présents pour l'occasion !

01.jpg


Et les nominés sont...

Cinq films se démarquent

Les premiers, les derniers du populaire Bouli Lanners mène sans surprise la danse avec huit nominations, ex-æquo avec le Keeper de Guillaume Senez, premier long présenté dans de nombreux festivals avant sa sortie chez nous.

Suivent, avec sept nominations chacun, les potes de l'IAD que sont Xavier Seron et Valéry Rosier. Tous deux ont déjà remporté le Magritte du Meilleur court métrage : le premier (en duo avec Méryl Fortunat-Rossi), pas plus tard que l'an dernier avec L'Ours Noir et le second, voici cinq ans, avec Dimanches. Cette année, c'est leur premier long métrage qui bénéficiera d'un beau coup de projecteur : Je me tue à le dire - notre grand coup de cœur de 2016 - pour Xavier et Parasol pour Valéry.

02.jpg
La joyeuse bande de Je me tue à le dire au Festival de Namur
© Sandrine David


N
otons que le huitième film - déjà - de Joachim Lafosse, le très applaudi à Cannes L'économie du couple, fait lui-aussi partie des favoris. S'il n'est nominé qu'à quatre reprises, il l'est dans les deux principales : Meilleur film et Meilleur réalisateur.

Les cinq films susmentionnés sont en lice pour le Magritte du Meilleur film, Je me tue à le dire, Keeper et Parasol étant bien sûr présents également dans la catégorie Meilleur... premier film. Cependant, un de leurs metteurs en scène, Guillaume Senez, manque à l'appel pour le Magritte du Meilleur réalisateur.

À
 signaler : l'absence des frères Dardenne et de leur Fille inconnue, qui en aura étonné plus d'un.


Du côté des comédiens

Si Virginie Efira fait figure de favorite pour le Magritte de la Meilleure actrice pour son rôle dans Victoria- elle est également nominée dans la section Meilleur second rôle pour le Elle de Verhoeven -, les choses sont moins claires du côté masculin. Le Magritte du Meilleur acteur pourrait ainsi aller tant au Cowboy François Damiens et à l'acteur-réalisateur Bouli Lanners (Les premiers, les derniers) qu'à - soyons fous - Jean-Jacques Rausin. Ce dernier interprète un premier rôle pour la... première fois dans Je me tue à le dire. Les votants ont choisi de l'inscrire dans cette catégorie alors qu'ils auraient pu le cantonner à celle du Meilleur espoir. Un signe ? Nous l'espérons de tout cœur !

03.jpg
La belle Virginie Efira, présidente ce soir et nominée à deux Magritte
© Rick Mc Pie


Le Magritte de la Meilleure actrice dans un second rôle devrait échoir aux sympathiques Anne Coesens (La taularde) ou Catherine Salée (Keeper) , à moins que Virginie Efira ne passe à côté de celui de la Meilleure actrice dans un premier rôle. Auquel cas c'est à elle que reviendra plus que probablement le trophée évoqué, tant elle est convaincante dans le vénéneux thriller du réalisateur de Basic Instinct. Le Magritte du Meilleur acteur dans un second rôle devrait quant à lui aller à David Murgia, hallucinant en jeune homme touchant dans le film de Bouli.

Rayon Meilleurs espoir, Martha Canga Antonio, déjà lauréate d'un Ensor dans le nord du pays, mérite également d'être récompensée aux Magritte pour son interprétation à fleur de peau dans Black tandis que Yoann Blanc, très convaincant dans Un homme à la mer, pourrait de l'avis général bénéficier de l'effet La Trêve, série-événement de la RTBF signée Matthieu Donck.


La suite de nos pronostics

Nous faisons les paris, peut-être un peu fous, que, ce soir :

- Black sera élu Meilleur film flamand,
- La tortue rouge, Meilleur film étranger en coproduction,
- Xavier Seron, Meilleur scénariste,
- Olivier Boonjing, Meilleur chef-op - et donc lauréat du Magritte de la Meilleure image - pour son travail sur Parasol (on lui doit également la superbe photo en noir et blanc de Je me tue à le dire),
- Arnaud Calvar, Julien Mizac et Philippe Charbonnel, Meilleur ingés sons (Je me tue à le dire),
- Julie Naas, Meilleur monteuse (Je me tue à le dire),
- Pornography (d'Éric Ledune), Meilleur court métrage d'animation,
- Le plombier (de Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron), Meilleur court métrage de fiction,

04.jpg
Bien entouré par les réalisateurs du Plombier, déjà récompensés l'an dernier pour L'Ours Noir - © Sandrine David


- Intégration Inch'Allah (de Pablo Muñoz Gomez, réalisateur de Welkom), Meilleur documentaire,
et que le Magritte des Meilleurs décors et celui des Meilleurs costumes seront décernés respectivement à Paul Rouschop (Les premiers, les derniers) et à Nina Caspari (Black).

Et, enfin, que l'ingrédient majeur d'un film qu'est sa musique originale aura fait partie de la recette du compositeur Hannes De Maeyer (Black).

Au final, seul un Magritte est déjà connu : le Magritte d'honneur, qui viendra saluer le talent de l'acteur français André Dussolier.


Des programmations spéciales Magritte en TV

Sur Be 1 HD, ces samedi 4 et dimanche 5 février avec notamment :

- Le tout nouveau testament à 14h30 ce samedi 4, et
- Les premiers, les derniers à 21h ce dimanche 5.

05.jpg
Les scénaristes de Tango Libre, diffusé ce mercredi sur La Trois
© Simon Van Cauteren


Sur la chaîne La Trois de la RTBF avec notamment :

Tango libre de Frédéric Fonteyne, avec Jan Hammenecker, sur un scénario de Philippe Blasband et Anne Paulicevich, ce mercredi 8 février à 22h50.

Excellente cérémonie des Magritte du cinéma à toutes et à tous !

Jean-Philippe Thiriart

23 déc.

Le Be Film Festival ? C'est parti !

Cette année, le Be Film Festival vaut à nouveau le déplacement. Lors de cette grande fête annuelle du cinéma belge, de nombreux films sont proposés aux festivaliers. Les deux implantations traditionnelles que sont Bozar et la Cinematek sont les théâtres de projections de films issus d'une programmation riche et variée qui réjouit petits et grands.

Au rayon des nouveautés, le Be Film Festival est prolongé de pas moins de trois jours pour accueillir plus de films, des professionnels étrangers et des city-tripeurs venus des quatre coins d’Europe.

Jusqu'au 30 décembre, vous aurez l’occasion de découvrir les derniers bébés de Felix Van Groeningen, Nic Balthazar, Joachim Lafosse, Erik Van Looy, Geoffrey Enthoven, mais aussi des frères Dardenne (La Fille inconnue - aujourd'hui, vendredi 23, à 21h15 à Bozar) et de Bouli Lanners (Les premiers les derniers - jeudi 29 à 19h à Bozar).

Hier soir, les festivaliers ont pu assister aux débuts de Jenifer sur grand écran dans le cadre d'une séance d'Ouverture sold out depuis plusieurs jours.
À partir d'aujourd'hui, ils pourront applaudir Vincent Lindon, Louise Bourgoin, Albert Dupontel, Barbara Sarafian, Koen De Graeve, Fabrizio Rongione, Peter Van Den Begin, Bérénice Bejo, Arié Elmaleh, Koen De Bouw, Adèle Haenel, Sam Louwyck, Jérémie Renier, Titus De Voogdt, Isabelle Carré, pour n'en citer que quelques-uns, le tout sous le bienveillant parrainage de Madame Marion Hänsel.


Marion Hänsel01.jpg
La marraine du Be Film Festival 2016, Marion Hänsel, très sympathique et disponible réalisatrice de
En amont du fleuve, au FIFF, à Namur, en octobre dernier

À épingler particulièrement les mardi 27, mercredi 28 et jeudi 29, à 17 heures, la projection à Bozar des 16 courts métrages pré-sélectionnés aux Magritte du cinéma. Pour rappel, la cérémonie de remise des Magritte aura lieu le samedi 4 février 2017 au Square à Bruxelles. En cinémascope y sera, comme c'est le cas depuis la première édition, et vous fera partager cet autre beau moment du cinéma belge.

Parmi les courts évoqués, nous serons particulièrement ravis de revoir le film Le Plombier du sympathique duo Méryl Fortunat-Rossi - Xavier Seron, que nous suivons de très près depuis plus de dix ans pour ce dernier et depuis son association avec Xavier pour Méryl. Remember un certain Mauvaise Lune et l'interview de l'équipe du film aux Magritte ?

Pour info, l'hyper jouissif Je me tue à le dire, premier long métrage de Xavier Seron avec Jean-Jacques Rausin, Myriam Boyer, Fanny Touron et Serge Riaboukine, entre autres, est pré-nominé dans pas moins de neuf catégories aux Magritte 2017 : Meilleur film et Meilleur premier film, Meilleur réalisateur et Meilleur scénario original (Xavier Seron), Meilleur acteur et Meilleur espoir masculin (Jean-Jacques Rausin), Meilleure image (que l'on doit à l'incroyable Olivier Boonjing), Meilleur son (Arnaud Calvar, Julien Mizac et Philippe Charbonnel) et Meilleur montage (Julie Naas, qui est de tous les films de Xavier). À ne pas manquer donc !


avec Méryl et Xa02.jpg
Bien entouré par Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron, lauréats du Magritte du Meilleur court pour l'excellent L'Ours Noir aux Magritte 2016


Le Be Film Festival sera également l'occasion unique de revoir sur grand écran un très grand film lors de la fameuse séance du « film préféré des Belges ». Le public a ainsi pu voter sur le site du Festival pour sélectionner son film préféré parmi une sélection alléchante de huit films. Le long métrage qui a reçu le plus de votes sera programmé le mardi 27 décembre à 21h15 à Bozar. Son titre ? The Broken Circle Breakdown ou Alabama Monroe à l'international. Un grand, un très grand film, après une autre bombe l'an dernier : C'est arrivé près de chez vous, l'ovni de la bande à Rémi Belvaux.

Le Be Film festival, ce sont donc des films présentés bien souvent en avant-premières et souvent en présence des réalisateurs, réalisatrices et autres acteurs et actrices des films présentés. En un mot, ou plutôt cinq : une belle fête du cinéma !

À l'extérieur des salles obscures, d'autres éléments participant aussi au succès du Festival sont une fois de plus présents : le Be Bar pour boire, danser et manger non loin des équipes de films, disponibles pour une bonne papote, une expo photo pour découvrir les coulisses des tournages et... le Père Noël himself pour la séance famille !

_DSC340303.JPG
Bouli Lanners recevant En cinémascope pour son film Les Premiers les derniers, projeté le jeudi 29 à 19 heures à Bozar


Infos pratiques

Quand ? Jusqu'au vendredi 30 décembre
Où ? À Bozar et à la Cinematek
Combien ? 28 euros pour le pass, qui donne accès à toutes les séances du Festival
10 euros pour la Soirée de ré-ouverture du Be Film (Sonar, le 26 décembre à 19h30 à Bozar)
7 euros pour une séance classique à Bozar ; 4 euros à la Cinematek

Plus d'infos sur www.befilmfestival.be

Excellent Festival à toutes et à tous !

Sandrine David et Jean-Philippe Thiriart


Crédits photos : Sandrine David

21 déc.

Ce jour-là, c'était Clap de fin au 31e FIFF !

Aujourd'hui, rapatriement sur En cinémascope d'un article non publié au terme de l'édition 2016 du Festival International du Film Francophone de Namur !
Non-publication due à divers soucis de mise en ligne.

->

Le 6 octobre dernier s'est clôturée l'édition 2016 du Festival International du Film Francophone de Namur. Avec l'annonce du palmarès des différentes compétitions : les Prix remis par le Jury Junior et le Public, et les récompenses décernées dans les catégories Clips, Nationale Fédération Wallonie-Bruxelles, Officielle Courts métrages, Première Œuvre de fiction et Officielle Longs métrages, bien sûr.

Plus tôt, avaient été décernés les Prix Off :

- le Prix Cinevox du Meilleur Long Métrage belge, à Noces de Stephan Streker,
- le Prix de la Critique, à Even Lovers Get the Blues de Laurent Micheli,
- le Prix Be TV - Long Métrage, à Orpheline du Français Arnaud des Pallières, qui allait s'avérer être le grand gagnant du FIFF 2016,
- le Prix Arte - Court Métrage, à Les Dauphines de la Belge Juliette Klinke,
- le Prix Format Court - Court Métrage International, à Une nuit à Tokoriki de la Roumaine Roxana Stroe,
- le Prix RTBF - Court Métrage belge, à Les Dauphines, encore, et
- le Prix BeTV - Court Métrage belge, à Lulu, des Belges Michiel Blanchart et Louise Dendraën.

01 - Sandrine Bonnaire, juste avant l'annonce du Palmarès - DSC_1284.jpg
Sandrine Bonnaire en interview-express, juste avant l'annonce du Palmarès

 

Le grand gagnant de la soirée est sans conteste Orphelines, du Français Arnaud des Pallières. Prix Be TV - Long Métrage, donc, mais, surtout, Bayard d'Or du Meilleur Film et de la Meilleure comédienne ! Ou des Meilleures comédiennes plutôt puisque ce sont les quatre actrices principales du film qui ont été récompensées pour leur travail sur le film du réalisateur de Michael Kohlhaas. Adèle Haenel et Solène Rigot - toutes deux invitées du Festival cette année - ainsi que Adèle Exarchopoulos n'ont pas manqué de laisser des messages de remerciement tandis que la jeune Vega Cuzytek était présente à Namur pour recevoir son Prix.

Deux autres films se sont vus doublement récompenser. Une jeune fille de 90 ans, des Français Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian, repart avec le Prix Spécial du Jury et le Prix du Public Documentaire. Quant au film roumain Illégitime, ce sont les Bayard du Meilleur scénario pour Alina Grigore et Adrian Sitaru (également réalisateur du film) et du Meilleur comédien pour Adrian Titieni qu'il reçoit.

02 - Arnaud des Pallières, grand gagnant avec ' Orpheline ', et sa jeune actrice, Vega Cuzytek - DSC_1171.jpg
Arnaud des Pallières, grand gagnant avec Orpheline, et sa jeune actrice, Vega Cuzytek

 

Ci-dessous, le reste du Palmarès du 31e FIFF.

Compétition Officielle Longs métrages

- Bayard de la Meilleure photographie ; Ma vie de courgette du Suisse Claude Barras, et
- Mention Spéciale : Le Voyage au Groenland du Français Sébastien Betbeder.

Compétition Première Œuvre de fiction

- Bayard de la Meilleure première œuvre de fiction : Diamond Island du Cambodgien Davy Chou, et
- Prix Découverte : Tramontane du Libanais Vatche Boulghourjian.

Compétition Officielle Courts métrages

- Bayard d'Or du Meilleur Court Métrage : Que vive l'empereur de la Française Aude Léa Rapin,
- Prix spécial du Jury : Villeperdue du Français Julien Gaspar-Oliveri, et
- Mention pour Oh What a Wonderful Feeling.

03 - Bouli Lanners, Président du Jury Officiel et un des précieux trophées - DSC_1285.jpg
Bouli Lanners, Président du Jury Officiel et un des précieux trophées


Compétition Nationale Fédération Wallonie-Bruxelles

- Prix du Meilleur Court Métrage : Angelika de Léopold Legrand,
- Prix spécial du Jury et Prix de la Meilleure photographie : La Saison du silence pour Tizian Büchi et Camille Sultan, respectivement,
- Prix d'interprétation : Hajar Koutaine dans À l'arraché d'Emmanuelle Nicot, et
- Mention pour Corps de Benjamin D'Aoust.

Compétition Clips

Prix du Meilleur clip : Drifted, de Dent De Cuir.

Prix du Public

- Prix du Public Long Métrage Fiction : Il a déjà tes yeux du Français Lucien Jean-Baptiste, et
- Prix du Public Court Métrage : Villeperdue.

Prix du Jury Junior

Enfin, le Prix du Jury Junior est allé à notre coup de cœur de ce FIFF 2016 : la claque qu'est 1:54, du Québécois Yan England, qui n'aurait pas volé une place en Compétition Officielle.

04 - Rendez-vous l'an prochain à Namur ! - DSC_1136.jpg
Rendez-vous l'an prochain à Namur !


À vos agendas : la 32e édition du Festival International du Film Francophone de Namur aura lieu du 29 septembre au 6 octobre 2017 !

Jean-Philippe Thiriart

Crédits photos : Mazin Mhamad

10:48 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, bonnaire, bouli, lanners, orpheline, bruni, tedeschi | |  Facebook | |  Imprimer |

19 déc.

Ce jour-là, le FIFF 2016 était lancé !

Aujourd'hui, rapatriement sur En cinémascope d'un article non publié à l'aube de l'édition 2016 du Festival International du Film Francophone de Namur !
Non-publication due à divers soucis de mise en ligne.

->

Comme chaque année depuis 30 ans maintenant, la ville de Namur s’apprête à fêter le cinéma avec son Festival International du Film Francophone, le FIFF.
Et comme toutes les autres éditions avant elle, cette 31e ne manquera pas de surprises, de découvertes et de rencontres en tout genre.

Du 30 septembre au 6 octobre, Namur et ses cinéphiles vibreront au rythme du 7e Art francophone, un cinéma que le spectateur a la joie de découvrir toujours plus riche d’année en année.

01=Le FIFF est lancé ce 30 septembre !.png
Le FIFF est lancé ce 30 septembre !


Les objectifs du Festival ont toujours été clairs : fêter le cinéma en mettant la Francophonie en avant dans une optique de diversité culturelle, éduquer au cinéma par le cinéma (pour preuve les différentes activités et différents ateliers proposés pour les plus jeunes via le FIFF Campus, notamment), organiser des plateformes de rencontres entre professionnels afin de forger le cinéma de demain et, surtout, faire découvrir toujours plus de films et d'acteurs du cinéma ! C’est pourquoi chaque année, le FIFF est fort d’une programmation de plus de 150 longs-métrages et courts-métrages de fiction, documentaires, d'animation ou encore de clips musicaux.

Les films d'Ouverture et de Clôture

Cette année, ce sont les frères Dardenne et leur forcément cannoise Fille inconnue qui ouvriront le Festival. Ce vendredi 30 septembre, donc, à partir de 20 heures dans les deux principaux lieux de projection du FIFF que sont les cinémas Caméo et Eldorado et, pour les festivaliers, à partir de 21h15 au cinéma Acinapolis.
La Fille inconnue nous narre l'histoire de Jenny (Adèle Haenel), une jeune généraliste qui fera tout pour découvrir l'identité d'une jeune fille décédée après avoir trouvé close la porte de son cabinet. L'actrice française - une des plus douées de sa génération - est pour le moins bien entourée à l'écran par pas mal d'acteurs des Frères : Olivier Gourmet - magistral une fois de plus -, Jérémie Renier, Fabrizio Rongione et Christelle Cornil, notamment.

02=Adèle Haenel et les Dardenne ouvrent le FIFF ce soir !.jpg
Adèle Haenel et les Dardenne ouvrent le FIFF ce soir !


Et c'est le film français Divines, Caméra d'Or à Cannes cette année, qui clôturera le Festival le jeudi 6 octobre. Sa réalisatrice, Houda Benyamina, nous invite à suivre l'itinéraire de Dounia, une banlieusarde qui choisit, avec sa meilleure amie, de suivre les traces d'une dealeuse et verra sa vie chamboulée par la rencontre d'un jeune danseur.
Tout comme La Fille inconnue, Divines sera présenté par l'équipe du film, au même titre que de nombreux autres métrages du Festival.
Plus que jamais, nous vous invitons chaleureusement à oser le cinéma francophone et la rencontre avec ses artisans, présents en nombre dans la capitale wallonne !

Un Coup de Cœur 2016... fantastique !

Comme tout festival de cinéma qui se respecte, le FIFF met chaque année en avant son coup de cœur. Il peut être acteur ou réalisateur - voire les deux - et voit sa carrière mise en avant durant le Festival.
Pour cette 31e édition, le festival namurois a décidé de jeter son dévolu sur Sergi Lopez.
Nul besoin de présenter cet immense acteur espagnol qui a su distiller son talent et son accent dans bon nombre de monuments du cinéma français et international. La liste est longue mais parmi les films qui ont compté pour notre rédaction, nous pourrions citer l’angoissant et prenant Harry, un ami qui vous veut du bien (Dominik Moll - 2001) pour lequel il avait remporté le César du Meilleur Acteur), le fantastique (dans tous les sens du terme) Labyrinthe de Pan (Benicio Del Toro - 2006) ou encore le plus récent Tango Libre (Frédéric Fonteyne - 2012). Notons que le réalisateur belge Frédéric Fonteyne avait déjà dirigé López dans Une liaison pornographique, 13 ans auparavant.

03=Cette année, Le Festival a un Coup de Cœur pour Sergi López !.jpg
Cette année, Le Festival a un Coup de Cœur pour Sergi López !


Cette année, l'acteur catalan revient donc à Namur avec En amont du fleuve de Marion Hansel et Orpheline d’Arnaud des Pallières, tous deux présentés en Compétition Officielle. En tant que Coup de Cœur, Sergi López s'est vu confier la difficile mission de sélectionner deux titres de sa filmographie qu’il a envie de partager avec les festivaliers namurois. Son choix s'est porté sur Western (1997) de Manuel Poirier et Une liaison pornographique (1999) de Frédéric Fonteyne, où le couple improbable mais irrésistible Lopez-Baye crève littéralement l’écran.

Les Jurys

Un festival ne serait rien sans les récompenses qu’il décerne. C’est pourquoi différents jurys auront la lourde tâche de remettre les célèbres Bayard D’Or aux métrages en compétition.
Le jury longs-métrages sera présidé par Bouli Lanners, habitué du festival et véritable « gueule » du cinéma belge et français aussi bien devant que derrière la caméra.

Le jury de la catégorie courts-métrages sera quant à lui présidé par la ravissante Audrey Fleurot. On ne présente plus cette actrice enchaînant films sur séries depuis un bon moment. Elle est parvenue à écrire en lettres majuscules son nom dans le paysage cinématographique français depuis plus de 10 ans, passant du comique (qui ne se souvient pas de la Dame du Lac dans la série Kaamelott ?) aux rôles bien plus sombres comme celui de l’avocate arriviste Joséphine Karlsson de la série Engrenages. Le cinéma lui a également assuré une reconnaissance grâce à des films comme Intouchables en 2011 ou encore La confrérie des larmes en 2013, où elle partageait l’affiche avec Jérémie Renier et un certain… Bouli Lanners.

04=La belle Audrey Fleurot fera partie du Jury Courts-Métrages.jpg
La belle Audrey Fleurot fera partie du Jury Courts-Métrages


Enfin, les autres jurys qui récompenseront les lauréats 2016 porteront une certaine marque de fabrique du FIFF. Comme chaque année, le Jury Émile Cantillon décernera ainsi le Prix de la Meilleure Première œuvre et le Prix Découverte sera remis par des étudiants en cinéma âgés de 18 à 25 ans et issus des quatre coins de la Francophonie.
Et place à la jeunesse toujours avec le Jury Junior, dont les membres sont des élèves de première secondaire. Il récompensera un film issu d’une sélection spécialement élaborée pour ces cinéphiles en herbe, qui ne manqueront d'exprimer leur sens critique.

Le Meilleur Long-Métrage belge inédit sera choisi par le jury Cinévox.

Enfin, pour la seconde année, un Prix de la Critique sera décerné par un jury composé de trois journalistes issus de l’UCC (Union de la Critique de Cinéma) et de l’UPCB (Union de la Presse Cinématographique Belge).

Infos pratiques

Quand ? Du vendredi 30 septembre au jeudi 6 octobre 2016
Où ? Aux cinéma Caméo, Eldorado et Acinapolis et au Chapiteau, Place d'Armes, principalement
Combien ? 30 € pour le FIFFPass hebdomadaire et 8 € pour le FIFFPass quotidien, les séances de 15h à 20h étant gratuites pour les 15-20 ans via le stand Solidaris du Chapiteau.

Plus d'infos sur www.fiff.be

Excellent Festival à toutes et à tous !

Guillaume Triplet et Jean-Philippe Thiriart

18:44 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, adele, haenel, sergi, lopez, dardenne | |  Facebook | |  Imprimer |