07 déc.

Le Festival International du Film de Comédie de Liège démarre aujourd’hui !

C’est aujourd’hui, jeudi 7 décembre, que démarre le Festival International du Film de Comédie de Liège (FIFCL). Clap deuxième pour ce festival qui mettra à rude épreuve les zygomatiques des spectateurs. Les festivités prendront fin ce dimanche 10 décembre. Quatre jours de films - longs et courts confondus -, de conférences, de rencontres… de fête !

Pour le dynamique directeur général du FIFCL Adrien François, un festival, c’est une plateforme de rencontres, de diffusion et de promotion. Le comédien belge Jean-Luc Couchard, parrain du Festival, lui a suggéré d’axer sa manifestation autour de la comédie. La Belgique, qui a vu naître les pépites d’humour que sont C’est arrivé près de chez vous, Dikkenek ou encore Les Barons se devait de compter un tel festival de cinéma. Pendant ces quatre jours, le rire sera bien le propre de l’homme et il sera liégeois, à n’en point douter !

fifcl,festival,international,film,comédie,liège,darmon,prévost,laroque,bourdon
Jean-Luc Couchard, Parrain du Festival

Un lien fort avec le Festival Alpe d’Huez

Désireux de voir grandir cette manifestation, le programmateur du Festival Alpe d’Huez, festival lui aussi axé autour du rire, est également devenu celui du FIFCL. Pierre de Gardebosc estime ainsi que le Festival le de Liège a le mérite de défendre la comédie dans un pays et une région où l’humour est une valeur largement reconnue.

Deux jurys, présidés par les comédiens français Gérard Darmon et Edouard Montoute

Les jurys des compétitions longs et courts-métrages seront présidés respectivement par les comédiens français Gérard Darmon (Les Princes, La Cité de la peur) et Edouard Montoute (Femme Fatale, Taxi). Gérard Darmon se verra remettre la Frite de Cristal du Festival en guise de remerciement pour son talent. Ça ne s’invente pas !
Le président Darmon sera entouré de Catherine Jacob (Tatie Danielle, Chez nous), Frédéric Diefenthal (Taxi), Patrick Mille (En équilibre) et Pauline Lefèvre (Voir la mer).

fifcl,festival,international,film,comédie,liège,darmon,prévost,laroque,bourdon

Cérémonies d’Ouverture et de Clôture

Aux commandes des Cérémonies d’Ouverture et de Clôture, deux présentateurs d’exception, Julien Lepers ouvrant un bal que Renaud Rutten fermera. Avec deux fims programmés :

- le court-métrage José de David Mutzenmacher, Alexandre Bouchet et Gaetan Liekens, avec Olivier Nardin (le rappeur et humoriste James Deano), Mourade Zeguendi (Les Barons, Dikkenek), Mounir Ait Hamou (Les Barons) et l’inimitable Kody, et

- le long-métrage Brillantissime de Michèle Laroque, avec le bien beau casting Michèle Laroque, Kad Merad, Françoise Fabian, Gérard Darmon, Rossy De Palma et Pascal Elbe.

fifcl,festival,international,film,comédie,liège,darmon,prévost,laroque,bourdon
Michèle Laroque, réalisatrice du film d'Ouverture

Et un, et deux, et trois invités d’honneur !

Daniel Prévost (Le diner de cons, Pas sur la bouche), Guy Lecluyse (Bienvenue chez les chtis, 36 Quai des orfèvres) et Antoine Duléry (Hommes, Femmes : mode d’emploi, Camping) seront mis à l’honneur par le Festival.

fifcl,festival,international,film,comédie,liège,darmon,prévost,laroque,bourdon

Deux compétitions, cinq Prix

Cinq longs-métrages seront en lice pour l’obtention des Grand Prix du Festival, Prix Spécial du Jury et Prix d’interprétation. S’il ne fallait en pointer que deux, ce seront les films français Garde alternée d’Alexandra Leclère. Avec une très belle distribution : Valérie Bonneton, Didier Bourdon, Isabelle Carré, Josiane Balasko, Laurent Stocker, Hélène Vincent et Michel Vuillermoz. Et Je vais mieux de Jean-Pierre Améris, avec Eric Elmosnino, Ary Abittan et Alice Pol.

Dans la compétition Courts-métrages, 18 films seront donnés à visionner au Jury et aux spectateurs avec, à la clé, deux Prix : Meilleur Court-métrage (Grand Prix du Festival) et Meilleur Scénario (Prix de la Meilleure idée originale). Parmi ces courts, les films belges suivants vaudront le détour :

- Kapitalistis de Pablo Muñoz Gomez, avec Georges Siatidis, Nikolaos Sachas, Wim Willaert et Anne Paulicevich,
- La Station de Patrick Ridremont,
Qui ne dit mot de Stéphane de Groodt, et
Timing de la régionale de l’étape, la Liégeoise Marie Gillain.

fifcl,festival,international,film,comédie,liège,darmon,prévost,laroque,bourdon
George Siatidis dans Kapitalistis, de Pablo Munoz Gomez

Les autres événements du FIFCL

Le vendredi 8 décembre

- « Les secrets du rire pour écrire une bonne comédie », de 9h30 à 13h, et
- la Leçon de doublage par l’asbl Clap, à 14h au cinéma Le Sauvenière.

Le samedi 9 décembre

- « Y-a-t-il un réalisateur de comédie dans la salle ? », de 10h à 12h30 au Pôle Image de Liège,
- la rencontre de KissKissBankBank avec Le FIFCL, à 15h au Théâtre de Liège,
- la conférence Movietown, à 18h30 au Cinéma Palace - Salle 2, et
la conférence « L’importance des liens qui lient l’industrie de la musique et du cinéma », de 18h30 à 19h45.

Plus d’infos : www.fifcl.be

Bon Festival !

Jean-Philippe Thiriart

08:52 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fifcl, festival, international, film, comédie, liège, darmon, prévost, laroque, bourdon | |  Facebook | |  Imprimer |

29 nov.

NUMÉRO UNE, efficace duo Tonie Marshall-Emmanuelle Devos

De Tonie Marshall
Avec Emmanuelle Devos, Suzanne Clément, Richard Berry, Benjamin Biolay
Comédie dramatique
1h40

Cote : **

numéro,une,emmanuelle,devos,tonie,marshall,richard,berry,benjamin,biolay


Numéro Une
, qui entame sa troisième semaine en salles, nous raconte l’histoire d’une femme (Emmanuelle Devos) qui tente de se hisser à la tête d’un groupe du CAC 40. La réalisatrice, Tonie Marhall (Vénus et Apollon, Tu veux ou tu veux pas) choisit ici de nous montrer les difficultés rencontrées par une femme désireuse de se faire une place au sein d’un milieu presqu’entièrement masculin. Depuis mai 2016, Isabelle Kocher est ainsi la première femme à diriger une entreprise du CAC 40. Elle est en effet la directrice générale du groupe énergétique Engie. Sophie Bellon a été la deuxième femme à diriger un membre du CAC 40. La troisième femme membre du CAC 40 à exercer des fonctions à un poste capital est Elisabeth Batinder, au sein du groupe de communication Publicis. Elle ne dirige pas le groupe mais en est la principale actionnaire. Ces trois femmes restent très minoritaires parmi les dirigeants de ces entreprises de premier plan.

numéro,une,emmanuelle,devos,tonie,marshall,richard,berry,benjamin,biolay


Tonie Marshall a choisi de mettre en scène les coulisses de l’accession, pour une femme, à une place de dirigeante dans un tel groupe. Ce film n’est pas biographique mais l’ingénieure brillante et volontaire Emmanuelle Blachey peut être comparée à Isabelle Kocher, ingénieure générale des mines.
Nous pouvons parler ici de casting trois étoiles. En effet, outre Emmanuelle Devos qui joue le rôle d’une femme battante et hyper compétente, on retrouve Suzanne Clément. L’actrice canadienne est apparue dans plusieurs films de Xavier Dolan (Laurence Anyways, J’ai tué ma mère, Mommy). Elle joue ici le rôle d’une conseillère amie d’Emmanuelle Blachey. Benjamin Biolay tient un rôle de séducteur. On retrouve également Richard Berry, qui campe ici le rôle du patron d’entreprise prêt à plusieurs coups bas afin de garder son poste.

numéro,une,emmanuelle,devos,tonie,marshall,richard,berry,benjamin,biolay
Emmanuelle Devos et Richard Berry


La mise en scène est assez simple mais efficace. On se trouve plongé dans les décors du quartier d’affaires « La Défense », à Paris, mais aussi au sein de la City, à Londres, et il nous a fallu quelques minutes pour réaliser que nous n’étions pas à Hong Kong mais bien au sein de la ville Lumière. L’histoire n’est pas particulièrement complexe, les résolutions des scandales qui éclaboussent les personnages du film étant sans doute un peu simplistes qu’elles ne le sont dans la réalité. Il n’en reste pas moins qu’Emmanuelle Devos et les autres acteurs expérimentés tirent ce film vers le haut et apportent à l’ensemble une certaine cohérence.

Raphaël Pieters et Jean-Philippe Thiriart

07:26 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : numéro, une, emmanuelle, devos, tonie, marshall, richard, berry, benjamin, biolay | |  Facebook | |  Imprimer |

18 nov.

Benoit Debie, LE directeur photo belge d’Hollywood est ce soir en TV

Mais qui est donc Benoit Debie ? Rien moins que le directeur photo belge qui a conquis Hollywood !

L
’invité du dernier numéro de The Black Pass, diffusé ce samedi soir à 18h55 sur Plug RTL, a pas mal de choses à nous raconter.

 

benoit,debie,rihanna,hollywood,spring,breakers,irreversible,calvaire


De son travail sur Irréversible et Enter the Void de Gaspar Noé à celui sur Spring Breakers.
De ses collaborations avec Rihanna (le clip Bitch Better Have My Money, c’est lui) et Nick Cave (il signe le docu-fiction promo du dernier album du chanteur aux Bad Seeds).
En passant par sa passion pour la moto (sa Scrambler, synonyme d’évasion, vaut à elle seule le détour), la musique et… la photo !

 


Un clip signé Benoit Debie


Benoit Debie nous donne, avec beaucoup d’humilité, la chance de mieux le connaître dans ce Black Pass qui ne manque pas de le mettre dans la… lumière !

N’hésitez pas à découvrir nos articles autour de Benoit Debie, auteur de la photo de Enter the Void donc, mais aussi de Calvaire, de son camarade Fabrice Du Welz.

Jean-Philippe Thiriart

15 nov.

JUSTICE LEAGUE - Heureusement qu’ils n’étaient que 5

De Zack Snyder
Avec Ben Affleck, Henry Cavill, Gal Gadot, Ezra Miller
Science-fiction - Action
2h

Cote : **

justice,league,batman,superman,wonder,woman,alien,predator,dc,comics,marvel

La contre-attaque de DC envers Marvel débarque enfin dans les salles obscures après Man of Steel, en 2013, Batman V Superman l’année dernière et Wonder Woman voici quelques mois.
Après un faux départ avec Green Lantern en 2011, DC Comics a dû attendre 2013 et la sortie de Man of Steel pour parvenir à enfin à lancer son « Univers cinématographique DC » sur de bons rails. Parce que si les rouges l’ont fait - comprenez Marvel -, pourquoi pas les bleus ?

Réalisé par Zack Snyder, Man of Steel nous racontait l’histoire d’origine de Superman, de sa venue au monde sur Krypton, son monde natal, jusqu’à la mise hors d’état de nuire de ses lointains cousins extra-terrestres, évitant à l’humanité une fin des plus tragiques.
N’ayant jamais eu Superman en grande estime, la vision de l’homme d’acier que proposait Snyder était néanmoins parvenue à nous captiver à l’époque. Le déroulé de l’histoire était évidemment cousu de fil blanc mais ce n’était pas là l’essence même du film. Les personnages étaient tous bien développés, attachants, parfois touchants. De quoi rendre un peu plus humain ce personnage souvent qualifié de monolithique et sans grand intérêt. 

justice,league,batman,superman,wonder,woman,alien,predator,dc,comics,marvel
Batman V Superman

668 millions de dollars plus tard, DC Comics annonça la sortie en 2016 de Batman V Superman, toujours réalisé par Zack Snyder. Le fantasme pour beaucoup de voir s’affronter deux légendes allait enfin prendre vie sur grand écran. Imaginez un Alien contre un Predator ou encore un Captain America contre un Iron Man… Oh wait!
Un massacre selon d’aucuns. Les critiques étaient unanimes. On avait là un récit à trous. Un charcutage en règle orchestré par des producteurs peu satisfaits du résultat proposé par le réalisateur. Face au mécontentement général, DC nous a fait, quelques mois plus tard, la surprise de nous proposer une version longue de plus de trois heures, comblant les lacunes scénaristiques les plus grossières d’une version au rabais. Batman V Superman passait de « passable » dans sa version cinéma à très correct dans sa version Blu-ray. Une chose est sûre, il vous faudra obligatoirement voir cette version longue pour ne pas être perdu lorsque vos yeux se poseront sur Justice League.
Arrive Wonder Woman mi-2017. Le premier film depuis Elektra à nous proposer comme personnage principal une super-héroïne. Peu emballant malgré un battage médiatique incessant sur le fait que ce soit une réalisatrice aux commandes d’une héroïne se détachant enfin des stéréotypes genrés en vogue dans les productions Marvel/DC les plus récentes. Mais non. Il a fallu que ce soit le « pouvoir de l’amour ». (Soupir)

justice,league,batman,superman,wonder,woman,alien,predator,dc,comics,marvel

Nous arrivons donc aujourd’hui à Justice League ! Batman, Superman, Wonder Woman et… ceux n’ayant pas eu droit à leur propre film se réunissent cette fois pour combattre un ennemi quelconque ! Malheur à vous si, comme nous l’écrivons plus haut, vous n’avez pas pris la peine de vous farcir les trois heures de la version longue de Batman V Superman.

Le plus gros problème de Justice League est qu’il n’arrive jamais à nous faire ressentir quoi que ce soit pour ses personnages. Malgré trois films d’exposition (dont deux réalisés par Snyder himself), à aucun moment nous ne nous sommes sentis impliqués dans l’histoire qui nous était contée.
La faute à des enjeux mal définis, un grand méchant débarquant de nulle part et qui n’a d’autre motivation que celle d’être méchant, et quelques personnages principaux introduits à la va-vite.

 


Le film sauve néanmoins les meubles avec des scènes de combats qui nous explosent la rétine et une mise en scène correcte permettant à chaque personnage d’être exploité avec justesse.

Oh et avant que nous n’oubliions… ce film est la définition littérale du « Deus ex machina ».

Antoine Leroy

09:27 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : justice, league, batman, superman, wonder, woman, alien, predator, dc, comics, marvel | |  Facebook | |  Imprimer |

13 nov.

Projection de ROSETTA ce 14 novembre à Flagey – 9 Interviews autour des films des Frères Dardenne

Ce mardi 14 novembre (en présence des réalisateurs Jean-Pierre et Luc Dardenne) et à cinq autres dates (du mardi 21 au jeudi 30 novembre), Rosetta sera projeté à Flagey. Ce mardi donc d’abord, au Studio 1, avec au préalable un Grand entretien avec les Frères à 18h. Du 21 au 30 novembre ensuite, au Studio 5 cette fois.

rosetta,frères,dardenne,luc,jean,pierre,adèle,hanel,cinema,belge,rongione
Ce regard... celui d'Emilie Dequenne, la Rosetta des Dardenne


Rosetta est programmé dans le cadre de la belle aventure 50/50 : Cinquante ans de cinéma belge, Cinquante ans de découvertes. Une aventure organisée en partenariat avec la plateforme belge de vidéo à la demande UniversCiné, qui propose, entre autres, pas moins de 900 films belges aux amateurs de cinéma de chez nous ou à ceux qui ont simplement envie de le découvrir.

Rosetta est la première Palme d'Or décernée à un long métrage belge. Une Palme qui fête cette année sa majorité. C'était en 1999 et les Frères Dardenne nous racontaient l'âpre lutte d'une jeune fille exclue d'une société dans laquelle elle tente coûte que coûte de trouver sa place. Récompense suprême cannoise pour le film donc, mais aussi Prix d'interprétation féminine pour la toute jeune Émilie Dequenne.




9 Interviews autour de 4 films des Frères Dardenne

Nous vous proposons ici, en quelques clics, de revenir sur nos interviews de :

- Adèle Haenel, Christelle Cornil et Luc Dardenne pour La Fille inconnue,


- Jean-Pierre et Luc Dardenne lors de la conférence de presse de La Fille inconnue, projeté en Ouverture du 31e Festival International du Film Francophone de Namur,

- Jean-Pierre et Luc Dardenne et Thomas Doret en version express pour Le Gamin au vélo,

rosetta,frères,dardenne,luc,jean,pierre,adèle,hanel,cinema,belge,rongione
Fabrizio Rongione, Magritte du Meilleur acteur en 2015 pour Deux jours, une nuit


- Jean-Pierre Dardenne et leur acteur fétiche Fabrizio Rongione, grands gagnants des Magritte 2015 avec Deux jours, une nuit, et

- 
Déborah François et Jérémie Segard pour L’enfant.


Comment (re)découvrir Rosetta et… le cinéma belge

Rendez-vous ce mardi 14 novembre à h à Flagey pour Rosetta, en présence de Jean-Pierre et Luc Dardenne.

Et confortablement installés à la maison pour un regard multiple sur le cinéma belge avec la sélection 50/50 de UniversCiné !

rosetta,frères,dardenne,luc,jean,pierre,adèle,hanel,cinema,belge,rongione


Rétrospective sur le cinéma des Dardenne

N
otez que Luc Dardenne introduira également plusieurs films lors d'une rétrospective sur le travail réalisé avec son frère, l’occasion de découvrir la rétrospective que Flagey et Cinematek consacrent à leur oeuvre. Au Stuido 5 de Flagey, certains films seront ainsi tout spécialement introduits par le réalisateur. à savoir :

- Le Fils le mardi 5 décembre à 19h30

- L’Enfant le mardi 9 janvier 2018 à 19h30,


rosetta,frères,dardenne,luc,jean,pierre,adèle,hanel,cinema,belge,rongione
Quand les Dardenne voient la vie... en cinémascope ?!


- Le Silence de Lorna le lundi 22 janvier 2018 à 19h30 et, lors de dates devant encore être confirmées

Le Gamin au vélo
Deux jours, une nuit
La Fille inconnue


Jean-Philippe Thiriart