29 juil.

Quand Noé nous emportait dans son arche... psychédélique !

Enter the Void - Sortie DVD

Cinéart / Twin Pics – environ 2h35
DRAME FANTASTIQUE
Interdit aux moins de 16 ans.

De Gaspar Noé (2009).
Avec Nathaniel Brown, Paz de la Huerta, Cyril Roy.

LE FILM : ****
LES BONUS : ****

enter,the,void,gaspar,noé,love,cannes
DO Enter the Void!


Expérience ?
Trip ?
Orgie ?
OVNI ?

Un peu les quatre à la fois que ce Enter the Void, le dernier Gaspar Noé avant son tout nouveau bébé, Love. Notons que film était présenté en compétition à Cannes.

Avec Enter the Void, le Français nous emmène à la découverte des cheminements croisés d'un petit monde d'expatriés naviguant tant bien que mal dans le grand Tokyo au travers de la vie de son personnage central, Oscar, jeune occidental à la dérive. Il y parvient, notamment, via la manière dont il utilise sa caméra, subjective d'un bout à l'autre du métrage. Celle-ci nous expose ainsi l’univers très glauque et l’entourage restreint du protagoniste central du film, constitué notamment de sa sœur, à qui il est uni par une histoire tragique et de très puissants liens fraternels.

enter,the,void,gaspar,noé,love,cannes
Oscar, personnage central d'Enter the Void


Son chemin de vie chaotique, son ennui, son désœuvrement, son déracinement, son fourvoiement psychologique et sa descente, enfin, dans la marginalité, se cristallisent rapidement, à travers ses expériences hallucinatoires, en un voyage psychédélique flirtant avec la spiritualité. Ce voyage nous apporte des réflexions sur le mystère et les tentatives de recherche du sens de la vie et sur de grands thèmes tels que la fraternité, l'amour, la sexualité, l'amitié, la fidélité, la trahison, les errances, ou encore la réincarnation et l'éternelle répétition polymorphe des traumas et malédictions.

enter,the,void,gaspar,noé,love,cannes


Esthétiquement, Enter the Void se démarque, outre par le choix d'une caméra exclusivement subjective donc, incarnée par un seul personnage, par la greffe originale d'un univers sombre dominé par les drogues et le sexe avec celui, criard et exotique, d'un Tokyo inondé de rouge et d'enseignes lumineuses bariolées au goût douteux.

C
e qui nous a principalement marqué, est, d'une part, l'esthétique et la photographie uniques du film ; et de l'autre, la technicité et la créativité géniales des mouvements de caméra, dont le rythme rapide et saccadé, parfois brutal, empoigne le spectateur dès les premières secondes du voyage et le lache, vidé (le titre du film dans certaines salles belges était Soudain le vide), à son autre extrémité.

enter,the,void,gaspar,noé,love,cannes


Un des films les plus forts de ces dix dernières années, Enter the Void n'est
 pas une oeuvre à regarder en famille le dimanche après-midi. Ce n’est pas La Mélodie du bonheur ; c’est rien de l’écrire… Le film met bien souvent mal à l’aise et est par moments peut-être trop provocateur. On pourrait alors se demander quel intérêt Gaspar Noé a eu à filmer certaines scènes. Mais tout apparaît finalement comme étant fort logique car le réalisateur de Seul contre tous va toujours au bout de son propos. Il parvient ainsi à choquer les spectateurs les plus difficiles à… choquer justement ! Et le moins que l’on puisse écrire est que le bougre réussit cette entreprise avec brio.

enter,the,void,gaspar,noé,love,cannes
Tiens, tiens, un LOVE Hotel...


Les bonus

Le coffret 2 DVDs vaut vraiment le détour pour tout qui veut aller plus loin que le film.

Tout est psychédélique, jusqu’au menu des deux galettes.

La première propose deux versions du film. La version cinéma, d’abord. Soit 2h34 quand même, et une version alternative (2h19).

Quant au deuxième DVD, il offre 55 minutes de bonus, à savoir :

- huit scènes coupées, certaines excessivement courtes ; d’autres, plus longues ;
- un making-of des effets spéciaux, qui permet de prendre conscience du travail énormissime ayant permis l’arrivée à bon port de ce porte-avion noéien ;
- pas mal de séquences hallucinatoires, permettant de créer chez le spectateur l’illusion qu’il vient de prendre de la DMT ;
- VORTEX ;
- Énergie, un court-métrage de Thorsten Fleisch à ne pas regarder, tout comme et même encore d’avantage qu’Enter the Void, si vous êtes épileptique ;
- différentes bandes annonces, coup de poing, du film, tant françaises qu’internationales ;
- une vingtaine de projets d’affiches et de visuels du film ; et pomme d’amour sur la pièce montée…

- le scénario original du film sur la partie .rom de la galette !

enter,the,void,gaspar,noé,love,cannes
Psychédélique, on vous disait !


Seul bémol : l’absence de commentaires du réalisateur sur son dernier bébé. Peut-être s’agit-il d’un parti pris. Dieu, euh pardon… Noé seul le sait !

10:57 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de DVDs, Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : enter, the, void, gaspar, noé, love, cannes | |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Toner vide, syndrome de la page blanche, errance de l'esprit, manque d'imagination, blocage de l'écrivain, .... Je ne pensais pas que cela puisse m'arriver un jour, je n'ai malheureusement (heureusement?) pas le NZT de Bradley Cooper dans Limitless ou le génie de De Vinci chanté par Ben l'Oncle Soul. Je sais cependant que ce n'est pas dans les pages.... blanches (tout se tient) que l'on trouve les réponses aux questions sur le sens de notre vie. Mais, le cinéma d'auteur, lui, par contre, peut nous aider à apporter certaines réponses à nos questions sur l'existence. Quand est-ce que je vais aller au cinéma?.... Voilà une question intéressante!

Écrit par : Raphaël Pieters | 30/07/2015

Répondre à ce commentaire

Belle intro avec référence filmique, notamment... j'en redemande, moi, Raphaël ! :-)

Et tout à fait d'accord avec toi quant au cinéma d'auteur : il apporte en effet bien souvent des réponses à pas mal de questions existentielles.

Quand est-ce que tu va aller au cinéma ? Mais le plus tôt possible, j'espère.
Et pour aller voir un bon film... d'auteur, par exemple !

Écrit par : Jean-Phi | 05/08/2015

En fait, je n'ai pas vu "Enter the void" mais je sors de "Love". Ce film est bien filmé et joue, d'après moi, de bout en bout sur une ambiguïté de vie ou de mort de l'actrice principale. Contrairement aux critiques acerbes de certains(que je n'avais pas lues avant le film), je suis plus positif sur ce film. Il possède évidemment quelques longueurs et les scènes "hot" sont sans doute trop nombreuses. Cependant, la question du devenir de l'actrice principale n'a pas quitté mon esprit une seconde. Est-elle toujours en vie? Cela restait flou dans mon esprit comme dans celui de Murphy. Gaspar Noé est donc parvenu à flouter mon esprit sans flouter aucune scène qui en aurait parfois eu besoin selon moi... Et cela est déjà une belle réussite artistique. Bref, du Gaspar Noé, un cinéma à part à ne pas mettre devant tous les yeux, à mille lieues du cinéma classique standardisé.

Écrit par : Raphaël Pieters | 31/07/2015

Répondre à ce commentaire

Et bien voilà, on y vient, Raphaël : heureux d'apprendre que tu as découvert " LOVE " !
Je suis assez d'accord avec ta critique du film d'ailleurs.

N'hésite pas à visionner " Enter the Void " : c'est du lourd et peut-être bien un des meilleurs films de Gaspar Noé...

Écrit par : Jean-Phi | 05/08/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.