20 mars

Retour sur la Berlinale 2016

Depuis Berlin.

La 66e édition du Festival International du Film de Berlin - la Berlinale - s'est clôturée avec l'annonce du palmarès de ses compétitions principales : Generation, courts métrages, premiers films, et internationale. La maîtresse de la cérémonie de la soirée a d'abord tenu à rappeler, avec beaucoup d'à-propos, combien la Berlinale existait, avant tout, pour le public. Un public qui s'est une fois de plus rendu en masse aux projections de films présentés dans des catégories nombreuses et variées : compétitions longs et courts métrages donc, mais aussi Panorama, Forum, Rétrospective, Hommage, Berlinale Classics, et on en passe.

Un public auquel possibilité était donnée d'aider financièrement les nombreux réfugiés accueillis en Allemagne en déposant de l'argent dans les boxes prévus à cet effet à proximité des différents sites berlinois où le Festival avait pris ses quartiers. De l'argent directement reversé à l'ONG BZFO, laquelle vient en aide aux victimes de torture et de violence en temps de guerre depuis 1992.

photo article 04 01.jpg
Gianfranco Rosi, réalisateur de Fuocoammare, et Meryl Streep,
présidente du jury de cette 66e Berlinale


Les réfugiés, le cinéaste italien Gianfranco Rosi a choisi de leur donner la parole avec son film Fuocoammare (Fire at Sea), lauréat de l'Ours d'Or du Meilleur Film décerné par le Jury présidé par Meryl Streep, un jury qu'elle a qualifié de composé de grands esprits. Film courageux ancré dans la réalité actuelle, Fuocoammare montre qu'un film documentaire peut, à l'heure actuelle, donner un point de vue politique avec beaucoup de nuance et de poésie. Son réalisateur a remercié le comité de sélection du Festival d'avoir eu le courage d'y inclure son film - ce qui représentait déjà pour lui une victoire - et le jury de l'avoir primé. Ses pensées sont allées à tous ceux qui n'ont jamais réussi à survivre à Lampedusa. Ceux qui y habitent y ouvrent leur cœur à ceux qui y arrivent. Il a également encouragé à suivre l'exemple des pêcheurs, qui acceptent tout le monde. Une leçon que toutes et tous devraient apprendre à l'heure où des êtres humains meurent à cause de questions de frontières artificielles.

Les Belges récompensés !

Cocorico à Berlin cette année puisque deux œuvres de réalisateurs belges ont été primées : Mort à Sarajevo (Grand Prix du Jury, Ours d'Argent fort prisé), d'abord, du Belgo-Bosniaque Danis Tanović, qui a souligné combien la Berlinale était un lieu de rencontres, et Les Premiers Les Derniers (Prix Europa Cinemas Label et Prix Œcuménique dans la section Panorama), du Liégeois Bouli Lanners !

photo article 04 02.jpg
Les Premiers Les Derniers, du Belge Bouli Lanners : deux Prix à Berlin !

 

La plupart des films en lice pour les Ours d'Or, d'Argent et les autres prix majeurs du Festival étaient cette année des films nécessaires. Nous avons assisté à une Berlinale caractérisée par une absence de grand film esthétique, avec une attention accordée à de plus petites productions que lors des précédentes éditions.

Un autre Ours d'Argent, le Prix Alfred Bauer, du nom de l'historien allemand et fondateur de la Berlinale, qui récompense un long métrage ouvrant de nouvelles perspectives, est allé à Hele Sa Hiwagang Hapis (A Lullaby to the Sorrowful Mystery) de Lav Diaz. Le metteur en scène philippin a tenu à remercier le comité de sélection de la Berlinale d'avoir pris le grand risque de sélectionner son film, long de huit heures. Il a dédié son Prix à celles et ceux qui croient que le cinéma peut encore apporter des changements dans le monde dans lequel nous vivons.
L'Ours d'Argent du Meilleur Réalisateur est allé à une... réalisatrice : Mia Hansen-Løve, pour L'Avenir.

 

photo article 04 03.jpg
Trine Dyrholm, Ours d'Argent de la Meilleure Actrice


Les Ours d'Argent des Meilleurs Actrice et Acteur sont allés à Trine Dyrholm et Majd Mastoura, pour leurs interprétations dans les films Kollektivet (The Commune) de Thomas Vinterberg et Inhebbek Hedi (Hedi) de Mohamed Ben Attia, respectivement. Trine Dyrholm a souligné l'importance pour elle de recevoir ce Prix des mains de Meryl Streep, dont elle est une très grande admiratrice, lors d'une soirée fort spéciale pour elle, elle qui se rendait à la Berlinale pour la septième fois. Elle s'est dite également ravie de recevoir ce prix dans un festival qu'elle affectionne tout particulièrement. Beaucoup de femmes étaient présentes cette année sur les écrans berlinois, pour y interpréter des rôles importants. Cela témoigne du souhait des réalisatrices et réalisateurs de montrer des femmes au caractère fort qui bien souvent menaient le jeu.

L'Ours d'Argent du Meilleur Scénario est revenu au réalisateur Tomasz Wasilewski pour Zjednoczone stany miłości (United States of Love). Dernier Ours d'Argent décerné : celui venant récompenser une Contribution Artistique Exceptionnelle. Il est allé à Mark Lee Ping-Bing, directeur photo de Chang Jiang Tu (Crosscurrent) de Yang Chao.

Jean-Philippe Thiriart

08:00 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : berlinale, festival, international, film, berlin, ours, or, argent, meryl, streep | |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.