13 avril

WHAT IFFF… Chapitre huitième - « My whole bifff has been decided by fate… »

Rêve prémonitoire, abus de psychotropes bio ou délire paranoïaque, le sang coulera lors de cette 35e édition du BIFFF. Qui ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Il ne nous reste que quelques jours pour le découvrir…

 

nishimura, kodoku, sudoku, bifff, what, ifff, bozar, bruxelles, film, festival, fantastique, prologue, fiction, nouvelleÀ un rythme chirurgical, la pointe de la lame s’approche de l’œil. Maintenues par le blépharostat, les paupières s’agitent convulsivement sans parvenir à repousser l’inéluctable. La pointe de la lame s’imprime en gros plan sur la rétine. Malgré un cri étouffé, avec la philosophie d’un couteau parfaitement aiguisé, la lame poursuit inexorablement son chemin transperçant délicatement cornée, pupille, cristallin et corps vitré en vue d’atteindre sa destination finale pour imprégner un dernier et ultime message dans notre cerveau… Subliminaaaal !

 

Le meurtre subliminal ! Accomplissement cinématographique d’un réalisateur à la fois fou et génial qui, tel un Yoshihiro Nishimura, instille dans notre subconscient un message récurrent au travers de ses nombreuses œuvres cinématographiques que des inconscients programment dans de les différents festivals du monde entier. À l’image d’un sudoku machiavélique, les éléments s’imbriquent au fil des ans dans les cases dérangées de nos cerveaux pour compléter la grille d’un massacre annoncé en guise d’apothéose : KODOKU !

 

Là, j’en suis presque arrivé à me faire peur ! J’hésite à aller voir le dernier Nishimura à la séance de minuit trente en Ciné 2 ce vendredi. Et vous, en serez-vous ? Si oui, à titre posthume, renseignez sous ce post vos nom et prénom afin de garder une trace des spectateurs à la fois acteurs, témoins et victimes de cet ultime chef-d’œuvre… Ultime pour vous, en tout cas, car personne n’arrivera jamais à prouver la culpabilité du réel coupable qui, libre comme l’air, pourra continuer en toute impunité à poursuivre son œuvre.

 

"WHAT IFFF…",

une journalistico-fiction de Serge Adeline

Les commentaires sont fermés.