06 févr.

Ce soir, les Magritte font sa fête au cinéma belge !

C'est au Square, à l'ombre de l'Hôtel de Ville et du Mont des Arts, en plein cœur de Bruxelles, que se déroulera ce samedi 6 février 2016 à 20 heures la 6e Cérémonie des Magritte du cinéma. Charlie Dupont officiera à nouveau en tant que Maître de Cérémonie tandis que Marie Gillain succédera à Émilie Dequenne et François Damiens à la Présidence.

Depuis 2011, cette fête au cinéma belge récompense celles et ceux qui reflètent, bousculent et romancent la vie sur grand écran. Du son à l'image, des décors aux costumes, ce sont pas moins de 22 Magritte qui seront remis pour cette nouvelle édition.

Tandis que 87 films ont été sélectionnés pour concourir dans les différentes catégories, 76 nommés peuvent aujourd'hui espérer recevoir une statuette à l'effigie d'une affiche réalisée par Magritte dans les années 50 à l'occasion d'un festival de cinéma.

Capture-d’écran-2016-01-14-à-01.28.16-1.png


Parmi ces nommés, on retrouvera, dans les catégories principales :

Quatre prétendantes pour le Magritte de la Meilleure actrice, remporté l'année dernière par Émilie Dequenne :

- Veerle Baetens, pour Un début prometteur,
- Annie Cordy, pour Les souvenirs,
- Christelle Cornil, pour Jacques a vu, et
- Yolande Moreau, pour Voyage en Chine.

En lice pour la catégorie du Meilleur acteur, espérant succéder à Fabrizio Rongione, lauréat 2015 :

- François Damiens, pour La famille Bélier,
- Bouli Lanners, pour Tous les chats sont gris,
- Jérémie Renier, pour Ni le ciel ni la terre, et
- Wim Willaert, pour Je suis mort mais j'ai des amis.

Après Deux jours, une nuit des frères Dardenne, concourent cette année pour le Magritte du meilleur film :

- Je suis mort mais j'ai des amis, de Guillaume et Stéphane Malandrin,
- Melody, de Bernard Bellefroid,
- Préjudice, d'Antoine Cuypers,
- Tous les chats sont gris, de Savina Dellicour, et
- Le tout nouveau testament, de Jaco Van Dormael.

Et au titre de meilleur réalisateur, alors que l'Académie avait consacré Jean-Pierre et Luc Dardenne en 2015 :

- Bernard Bellefroid, pour Melody,
- Savina Dellicour, pour Tous les chats sont gris,
- Fabrice Du Welz, pour Alléluia, et
- Jaco Van Dormael, pour Le tout nouveau testament.

Marie-Gillain-Vincent-Lindon-portent-avec-conviction-leurs-personnages-juges-bousculant-lignes-etablies_0_730_485.jpg
Marie Gillain et Vincent Lindon, Présidente et Magritte d'honneur cette année


Un Magritte d'honneur sera également remis à Vincent Lindon pour saluer l'ensemble de sa carrière. Un Vincent Lindon mémorable dans des films comme Ma petite entreprise, L'étudiante ou, plus récemment, La Moustache, La Loi du marché et Toutes nos envies, dans lequel il jouait aux côtés d'une certaine Marie Gillain.

Nous nous en voudrions de ne pas mettre en avant deux courts métrages en lice pour les Magritte du Meilleur court métrage de fiction et d'animation. Respectivement le déjanté L'ours noir, réalisé par les amis Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron, et Dernière porte au Sud, petit bijou du tout aussi sympathique Sacha Feiner. Notons par ailleurs que Xavier a récemment reçu le Prix du Meilleur premier film à Palm Springs pour son long métrage Je me tue à le dire, en salles en avril.

Enfin, non loin du Square, où se pressera le beau monde du Septième Art belge, l'UGC De Brouckère sera également un lieu festif de choix ce samedi soir puisque la Cérémonie y sera retransmise en direct par les équipes de BeTV (retransmission également assurée au cinéma Imagix Mons). Succédera à cette projection des Magritte, l'avant-première du premier long-métrage du Belge Hubert Toint en tant que réalisateur, Mirage d'amour, en présence de l'équipe du film et de son héroïne, Marie Gillain.

n_199_273615_img_1.jpg

Vous ne serez ni au square ni à l'UGC ou à l'Imagix ?
Aucun souci : les Magritte du cinéma seront diffusés en direct et en clair sur BeTV à partir de 19h50 !

B
elle fête au cinéma belge à toutes et à tous !

Céline Vander Sande et Jean-Philippe Thiriart

11:24 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : magritte, cinema, belge, lindon, prix, gillain | |  Facebook | |  Imprimer |

05 févr.

Les Machins 2016, c'est ce soir à Bozar !

- Lui : Vendredi soir, ça te dit qu'on aille aux Machins ?
- Elle : Aux quoi ?
- Lui : Aux Machins, aux Machins 2016 !
- Elle : C'est qu'il insiste en plus !

Lui a raison d'insister. C'est qu'il y a déjà pris son pied.
Et elle l'accompagnera donc ; c'est décidé !

La 5e Cérémonie des Machins, c'est ce vendredi 5 février à Bozar. Remis la veille des Magritte, ces petits prix du cinéma belge offrent un regard décalé sur celui-ci. Les moules bien belges et toutes dorées qui seront distribuées ce soir viendront récompenser les performances les plus inattendues.

01.jpg
Une des tant convoitées moules dorées !


Si nous ne savons pas encore ce que les organisateurs nous ont concocté cette année, nous nous souviendrons que le palmarès 2015 comprenait notamment :

- le Machin de la plus blonde des attachées de presse (blondes),
- le Machin « Coiffure passion Olivier Dachkin »,
- le Machin FGTB de l’arrêt de travail,
- le Machin Lunch Garden, ou encore
- le Love Machin ou Machin Range ton Machin !

Alors que la liste des nommés reste secrète, l’académie des Machins dévoilait en décembre dernier, sur son compte Facebook, que « le Comité exécutif de la catégorie Meilleur Film avec un gorille dedans a annoncé la présence du Tout Nouveau Testament dans la shortlist des films encore en lice après le premier tour de vote. » Il faut donc s'attendre, une fois de plus, à du lourd !

02.jpg
Catherine Deneuve et son... gorille toutnouveautestamentaire !

 

Aux commandes de la soirée, Mister Machin (alias Benjamin Ramon). Quoique, vu le beau monde qui s’est bousculé au casting de la co-présentation, rien n’est moins sûr aujourd’hui...

Les Machins, c’est aussi une ambiance festive : deux bars, une soirée dansante et pour les amoureux de Bruxelles by night, l’after, dès 2h du mat à la Porte Noire. Et, en exclusivité pour cette nouvelle édition des moules d’or, un barman, et pas des moindres !

Récapitulons :

- entrée libre,
- no dresscode,
- ouverture des portes dès 20h,
- cérémonie à 22h,
- soirée dansante, et
- after à partir de 2h du mat à la Porte Noire.

03.jpg


Les organisateurs précisent que : « venir c’est bien ; entrer, c’est mieux. Le pic d’affluence aura lieu entre 22h et 23h30. Si vous voulez être sûr d’entrer et de voir la cérémonie, soyez là avant 21h30. Entrée libre, mais dans la limite des places disponibles, comme on dit dans les milieux autorisés. »

Céline Vander Sande et Jean-Philippe Thiriart

08:54 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : machins, cinema, belge, bozar, prix, jaco, van, dormael | |  Facebook | |  Imprimer |

21 déc.

Retour sur le 15e Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles

La quinzième édition du Festival du Cinéma Méditerranéen de Bruxelles s’est clôturée le vendredi 11 décembre dernier à l’issue de la cérémonie de remise des prix.

Le jury officiel était présidé par la réalisatrice Baya Kasmi, entourée du réalisateur et comédien Lyes Salem, des comédiennes Saadet Aksoy et Flonja Kodheli, ainsi que les comédiens Tewfik Jallab et Ismaël Saïdi.

Le film Sivas du Turc Kaan Müjdeci a remporté le Grand Prix du Jury.


Le Prix Spécial du Jury a été remis à Tikkun d’Avishai Sivan.

Ce film israélien très fort, bien que de fiction, présente un aspect documentaire sur la formation et la culture des juifs ultra-orthodoxes. Haim-Aaron, héros du film (joué par Aharon Traitel, acteur non professionnel et ex-ultra-othodoxe selon le réalisateur présent lors de la projection), suit cette formation de manière très assidue. Il jeûne pour se purifier mais fait un malaise. Et les secours ne parviennent pas à le réanimer. Son père (l'acteur Khalifa Natour, paradoxalement arabe) parvient quant à lui à le réanimer mais Haim Aaron change. Il découvre son corps et se « libère ». Dans une scène admirable, il ouvre une fenêtre et profite des rayons du soleil sur sa peau. Sa mère (interprétée par Riki Blich) crie au scandale et se précipite pour la fermer...

Image de Tikkun.jpg
Tikkun, Prix Spécial du Jury


Les changements sont quasi imperceptibles pour un spectateur non averti mais pourtant bien réels. Le film se déroule tout en finesse et subtilités.

Les images sont splendides, le noir et blanc parfaitement maîtrisé sert admirablement le propos.

Outre ces Prix officiels, les membres du jury ont tenu à accorder une Mention Spéciale à la comédienne Ghalia Benali pour son rôle dans À peine j’ouvre les yeux et au comédien Koudous Seihon pour son interprétation dans le film Mediterranea.

Le Jury Jeune a également remis son Prix (une première au Festival). C'est Sivas qui a été récompensé.

Le Prix de la Critique, remis par l'Union de la Presse Cinématographique Belge et l'Union de la Critique de Cinéma a été remis à À peine j’ouvre les yeux de Leyla Bouzid.

Sandrine David

07:24 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals, Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinemamed, festival, cinéma, méditerranéen, bruxelles, tikkun | |  Facebook | |  Imprimer |

04 déc.

Le Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles, c'est parti !

Festival Cinéma Méditerranéen affiche.png


L'édition 2015 du Festival Cinéma Méditerranéen de Bruxelles se déroule de ce vendredi 4 au vendredi 11 décembre prochain au Botanique, au Cinéma Aventure et à Bozar.

Ce sont pas moins de 70 films qui vont être présentés : 9 films en compétition internationale, 11 films en panorama, 15 documentaires, un focus spécial sur le cinéma turc, des courts-métrages...

Mais le Festival, ce sont aussi des concerts et des soirées gratuits, des débats, des invités, un jury officiel présidé par la réalisatrice Baya Kasmi, des séances famille, seniors, scolaires ou encore associatives.
Pour rappel, Baya Kasmi est la réalisatrice du très beau Je suis à vous tout de suite présenté au Festival International du Film Francophone de Namur en octobre dernier.

_DSC2603 Baya Kasmi (realisatrice) pour Je suis a vous tout de suite.jpg
Baya Kasmi, Présidente du Jury officiel - © Sandrine David


Pour cette quinzième édition, le Festival propose « [un] cinéma engagé [qui] se veut le reflet du bouillonnement culturel du bassin méditerranéen qui trouve toute sa place à Bruxelles, ville métisse et carrefour des cultures par excellence ».

Une diversité d'événements donc, qui va faire écho à la diversité des points de vue, des cultures et, nous l'espérons, du public qui pourra en profiter.

Pour connaître la programmation complète du Festival : www.cinemamed.be .

Sandrine David

11:00 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinemamed, festival, cinema, mediterranéen, bruxelles | |  Facebook | |  Imprimer |

31 mars

Une Meilleure Espoir, un nominé au Meilleur Espoir et un Ridremont en forme aux Magritte !

Interview d'Ambre Grouwels, Meilleur Espoir féminin

Vous êtes une grande amatrice de comédies musicales et avez une véritable fascination pour Broadway. Comment expliqueriez-vous celle-ci ?

Broadway, c'est le full package ! J'adore les comédies musicales. Je trouve que ce sont des choses très travaillées, qui mettent du temps à se préparer. C'est tellement beau ! J'ai assisté à beaucoup de musicals à Londres et je suis à chaque fois sortie changée de la salle. C'est un travail de malade et c'est un art complet : il y a de la fiction, de la danse, du théâtre... C'est vraiment tout ce dont on peut rêver quand on est comédienne et chanteuse. C'est un mythe. Rien que voir toutes les grandes stars de là-bas, ça met des étoiles dans les yeux !

magritte,cinéma,espoir,patrick,ridremont,ambre,grouwels,lobet
Ambre Grouwels, Magritte du Meilleur espoir féminin


Quelle est la pièce qui vous a le plus touchée et quelle est celle dans laquelle vous rêvez de jouer un jour ?

J'adore vraiment Wicked, qui vient du Magicien d'Oz. C'est une histoire fabuleuse et la musique est écrite par des dieux. (elle rit) Et je rêverais de jouer à nouveau dans Hairspray, mais à Broadway cette fois. Je l'ai jouée en Belgique et c'était extraordinaire. C'est un rôle qui m'a tellement plu, tellement touchée... On se ressemble, l'héroïne et moi. On a les mêmes soucis et les mêmes rêves. C'est quelque chose qui me touche beaucoup. Cette comédie musicale est juste énorme !



Interview de Corentin Lobet, nominé au Magritte du Meilleur espoir masculin

C'est la première fois que tu viens aux Magritte avec une nomination, dans la catégorie Meilleur espoir pour ton rôle dans Je fais le mort. Comment présenterais-tu le film ?

Il s'agit d'une comédie réalisée par le Français Jean-Paul Salomé. Une comédie derrière laquelle se cache une enquête policière et où j'ai un second rôle. Je me suis bien amusé à la tourner, avec François Damiens notamment.

Comment ton rôle t'a-t-il été présenté par le réalisateur ?

C'est, dans un premier temps, la directrice de casting française qui m'a fait rencontrer Jean-Paul Salomé. Il s'agissait d'abord de ça, à la base : d'une rencontre. Et puis tout s'est fait assez simplement, en lisant le scénario et en parlant avec le réalisateur.

magritte,cinéma,espoir,patrick,ridremont,ambre,grouwels,lobet
Corentin Lobet, nominé au Magritte du Meilleur espoir masculin


Et comment as-tu, toi, préparé ce rôle ?

C'était un rôle particulier parce qu'il n'y avait pas beaucoup de texte. Il fallait par conséquent faire preuve d'une grande présence physique. Le côté maladroit fait notamment partie des choses que j'aime interpréter. Je n'ai donc pas trop calculé.

Et tourner aux côtés de François Damiens, c'était comment ?

C'était super, notamment pour l'ambiance pendant et entre les prises !



Interview de Patrick Ridremont

Patrick, comment vas-tu ce soir ?

Mais je vais très bien, merci ; et toi ?

Bien, merci. Tu es un peu moins chic qu'il y a deux ans il me semble... (NdA : en 2013, son premier film, Dead Man Talking, était en lice dans pas moins de huit catégories. Et n'allait finalement être récompensé que pour ses décors, signés Alina Santos)

Dis tout de suite que j'ai l'air d'un plouc ! (il rit) C'est dû au fait que je ne vais ni recevoir ni remettre de prix aujourd'hui. Je viens cette fois voir d'autres en remettre et en recevoir et ai donc le droit de venir habillé un peu casual.

C'est un autre plaisir alors ?

Oui, c'est toujours du plaisir. C'est un autre plaisir comme tu dis. C'est la différence qu'il y a entre faire l'amour et se masturber.

 

magritte,cinéma,espoir,patrick,ridremont,ambre,grouwels,lobet
Patrick Ridremont, en grande forme cette année aux Magritte du cinéma !


Tu nous expliques la différence ?

Je te donne des réponses surréalistes alors, puisqu'on est aux Magritte...
Recevoir un prix, c'est comme faire l'amour tout seul.
Remettre un prix, c'est comme faire l'amour à la personne à laquelle tu le remets.
Et venir voir tout ça... c'est un peu comme se masturber. (il rit)

À côté du Magritte des Meilleurs décors, Dead Man Talking remportait aussi voici deux ans le Magritte du Meilleur premier film. Ainsi qu'une nomination au César du Meilleur film étranger...

Tout à fait !

Comment c'était, les César ?

C'était vraiment chiant ! Mais on a bien mangé au Fouquet's. Que les choses soient claires : j'ai été manger là où a mangé Sarkozy. Comme une star, aux Champs-Élysées. Toutes les places avec les stars étaient prises, ce qui fait que mon producteur, Sylvain Goldberg, et moi-même avons dû aller manger dans une salle vide à l'étage, tranquillement. On s'est régalé ! Et puis tout le monde est parti au VIP room pour boire du champagne à volonté. Pendant ce temps-là, Sylvain et moi sommes rentrés tranquillement à l'hôtel parce qu'on avait un taxi à prendre le lendemain matin.

Un mot sur ton actualité ?

Pour le moment, on n'en est nulle part. J'ai le début d'un deuxième scénario mais je suis trop lent. Il faut que j'en parle avec mon producteur pour qu'il me fasse travailler plus vite.

Sylvain Goldberg, de Nexus, on est bien d'accord ?

C'est ça ! Tu veux que je fasse des métaphores avec Nexus ?

Pourquoi pas !

Comme on a tout à l'heure parlé de faire l'amour, ce serait cohérent... (il rit)
Nexus, c'est probablement un préliminaire. C'est un mix entre l'amour du cinéma et l'amour de son réalisateur. Nous sommes vraiment devenus amis grâce à ce tournage, Sylvain et moi !

13:56 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals, Interviews | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : magritte, cinéma, espoir, patrick, ridremont, ambre, grouwels, lobet | |  Facebook | |  Imprimer |