14 févr.

Honoré à la Berlinale, Tim Robbins nous parle de la peine de mort

Depuis Berlin.

Peu après 22 heures, hier soir, nous avons eu la chance de tendre notre micro à Tim Robbins. Le producteur, réalisateur et acteur lauréat d'un Oscar, de deux Golden Globes et d'un Prix d'interprétation à Cannes, était présent dans la capitale allemande pour recevoir une Berlinale Kamera. Le Festival International du Film de Berlin décerne ce Lifetime Achievement Award aux acteurs du cinéma qui l'ont à jamais marqué. L'Américain a gentiment accepté de répondre à nos deux questions, sur la peine de mort et sur son travail de réinsertion des prisonniers de différentes prisons californiennes.

 

 Tim Robbins répondant à nos questions - Copyright Denise Reese, de Ruptly TV


C'est dans le cadre de ce bel honneur que le natif de West Covina, en Californie, a choisi de présenter le film dont il est le plus fier : Dead Man Walking. Film qui a valu à Sean Penn, à Berlin déjà, l'Ours d'Argent du Meilleur acteur et à Susan Sarandon... l'Oscar de la Meilleure actrice ! C'était en 1996.

Vingt ans plus tard, l'inoubliable comédien de L'échelle de Jacob, The Shawshank Redemption et Mystic River, entre autres, a tenu à remercier de tout son cœur le Festival, les festivaliers, les Berlinois et, plus généralement, l'ensemble du peuple allemand, pour tout l'amour qu'ils lui ont donné.

Robbins a évoqué, avec émotion, sa première venue à Berlin en 1985. Époque à laquelle il n'avait pu passer Checkpoint Charlie et se rendre à l'Est pour la seule et bonne raison qu'il avait, dans sa voiture, une cassette des... Rolling Stones. Il a confié, non sans humour, avoir été convaincu d'une chose, ce jour-là : « Un jour, le Mur ne pourrait que tomber. Pour la bonne et simple raison qu'on ne peut pas craindre le rock'n'roll ! ».

Merci Monsieur Robbins.
Pour votre amabilité.
Pour votre contribution au patrimoine cinématographique.
Pour votre engagement.
C'est rare et précieux.

Jean-Philippe Thiriart

18 févr.

Charlie Dupont, un maître de cérémonie en grande forme aux Magritte !

Après deux premières cérémonies présentées par Helena Noguerra puis deux autres qui ont vu officier Fabrizio Rongione dans le rôle délicat de maître de cérémonie, c'est le comédien Charlie Dupont qui endossait le costume cette année. Avec, à côté d'une originalité rafraîchissante et d'un beau dynamisme, un florilège de bons mots.

Nous ne résistons pas à l'envie d'en reprendre ici les meilleurs à nos oreilles, la mise en ligne hier par Be tv sur sa chaîne YouTube de l'ensemble de la cérémonie étant pour nous l'occasion de réentendre celles-ci...

Charlie Dupont et Nicolas Bedos.jpg
Charlie Dupont, en grande forme, et Nicolas Bedos


La culture, ça sert à rien mais ça fait passer le temps.

Chez l'acteur français, il y a ce second degré, cette bonhommie ce que truc que nous, on n'a pas.

En s'adressant aux actrices belges nominées au Magritte de la Meilleure actrice, après avoir évoqué son souhait de voir moulés les plus acteurs-stars du cinéma belge : Mesdemoiselles, si vous voulez vous faire mouler, n'hésitez pas. Moi, je vous moule toutes ! Des actrices belges qu'il qualifiera ensuite de toutes particulièrement moulables.

À Didier Reynders : Il n'y a pas que les affaires étrangères dans la vie, il y a aussi le cul !

Fadila Laanan deviendra Fadila Lanale ; Joëlle Milquet, Madame Milka, Madame Milkshake et Madame Millepattes.


Il s'exclamera aussi : Que de femmes adultères dans la salle ce soir ! Quel plaisir de vous avoir dans la salle ce soir ! Vous pouvez toutes rester.

Enfin, au lauréat du Magritte du Meilleur acteur (Fabrizio Rongione sera l'heureux élu), il promet rires, chansons et fellations, tout un nouveau monde s'ouvrant à lui !


Merci à vous, donc, Monsieur Dupont, mais aussi à vous Messieurs Thomas Gunzig et Samuel Tilman, co-auteurs des textes du maître de cérémonie, d'avoir ainsi contribué, à votre manière, à la réussite de celle-ci !


L'ensemble de la cérémonie est (re)visionnable ici !

11:06 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : magritte, cinéma, belge, charlie, dupont, nicolas, bedos, gunzig, tilman | |  Facebook | |  Imprimer |

12 févr.

Les Magritte - Interview express de Charlie Dupont

Charlie Dupont.jpg

En cinémascope : Monsieur Dupont, vous réalisez les « Qui est là ? » avec Philippe Bourgueil, grand ami de Benoît Poelvoorde et monteur de plusieurs de ses films dont ceux réalisés par Benoît Mariage, et ce depuis le superbe Le Signaleur. Une application iPhone existe depuis un petit temps déjà. Quel est l'avenir de ces séquences ?

Charlie Dupont : L'avenir de ces capsules est en train de se décider avec Arthur, qui en a acheté quelques-unes afin de les diffuser dans son émission « Vendredi, tout est permis ». Nous allons donc développer la suite avec lui. Et en effet, nous gardons l'exclusivité de la sortie des « Qui est là ? » aux possesseurs de l'application iPhone, qui les verront toujours en avant-première, avant la télé et tout autre média.

13:43 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals, Interviews | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charlie, dupont, qui, est, la, magritte, cinema | |  Facebook | |  Imprimer |

26 août

Selon Charlie

15:44 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : selon, charlie, nicole, garcia | |  Facebook | |  Imprimer |