03 févr.

Bonne année 2018 ! - Notre Concours Exclusif - Et direction Les Magritte du cinéma belge !

Bonne année 2018… en cinémascope !



Concours Exclusif : 10 x 5 films à gagner
avec UniversCine

Envie de gagner un des 10 pass mis en jeu pour 5 films sur la plateforme cinéma UniversCine.be ? Rien de plus facile !
Il vous suffit d’envoyer un mail, avant le 15 février à minuit, à jeanphilippe.thiriart@gmail.com, dans lequel vous complétez la phrase :
« Pour moi, le cinéma belge, c’est… ».
10 réponses seront tirées au sort, pour autant de pass cinéma remportés !
Les gagnants seront avertis par mail et recevront un code d’accès unique.


Direction Les 8e Magritte du cinéma belge !


Les Magritte du cinéma belge, clap huitième, ce samedi 3 février !
Cette année - c’est une première - la cérémonie récompensant les talents du cinéma made in Belgium sera retransmise en direct sur La Deux, à partir de 20h45. Précédée, dès 20h20, d’un Tellement Magritte signé Cathy Immelen.
Et c’est le comédien Fabrizio Rongione que l’on aura le plaisir de retrouver dans un costume de maître de cérémonie déjà endossé par le passé.

magritte,cinema,belge,bonne,concours,annee,voeux,2018,noces,chez,nous,rongione,emilie,dequenne,francois,damiens,cecile,de,france,jeremie,renier


Si nous couvrirons cette année encore l’événement avec En cinémascope, nous nous associerons aussi au site ProximusTV.be. Lequel vous proposera, dès ce lundi 5 février, plusieurs capsules et un reportage vidéo depuis le Square à Bruxelles, lieu des festivités.

Trois grands favoris…

Sans réelle surprise, Noces de Stephan Streker, succès critique mais aussi public, mène la danse avec huit nominations. Suivent Chez nous de Lucas Belvaux, en lice pour sept Magritte, et InSyriated de Philippe Van Leeuw, nommé dans six catégories.
Si ces trois métrages sont présents dans la case Meilleur film, ils le sont également dans celle du Meilleur réalisateur.

magritte,cinema,belge,bonne,concours,annee,voeux,2018,noces,chez,nous,rongione,emilie,dequenne,francois,damiens,cecile,de,france,jeremie,renier
Noces


Dode hoek
 de Nabil Ben Yadir et Paris pieds nus du duo Abel & Gordon sont eux-aussi susceptibles d’être sacrés Meilleur film mais seul le metteur en scène des Barons rejoint Streker, Belvaux et Van Leeuw dans la catégorie Meilleur réalisateur.

deux beaux duels d’acteurs et d’actrices…

Bien malin qui pourra dire qui sortira gagnant des intéressants duels Emilie Dequenne-Cécile de France et Jérémie Renier-François Damiens.
Pas encore de Magritte pour Cécile et François. Deux déjà pour Emilie et Jérémie. Mais si la Rosetta des Dardenne a été couronnée Meilleure actrice dans des premiers rôles, c’est pour ses interprétations de seconds rôles que l’acteur de La promesse a été récompensé.

magritte,cinema,belge,bonne,concours,annee,voeux,2018,noces,chez,nous,rongione,emilie,dequenne,francois,damiens,cecile,de,france,jeremie,renier
Emilie Dequenne


et quelques belles surprises peut-être !


Le Magritte du Meilleur réalisateur pourrait aller à Lucas Belvaux et non à Stephan Streker, cette récompense très prisée lui ayant déjà échappé deux fois lors des précédentes éditions.
Nous verrions bien le documenteur Spit’N’Split de Jérôme Vandewattyne désigné Meilleur film, véritable OVNI à côté de films forcément moins barrés.
Et le Magritte du Meilleur Film flamand pourrait bien être décerné non pas à Home mais à Le Fidèle, tant le troisième long-métrage de Michaël Roskam (Rundskop) est diablement efficace.

Sandrine Bonnaire, Magritte d’honneur

Sur les 21 Magritte qui seront décernés ce samedi soir, seul un est déjà attribué. L’actrice et réalisatrice française Sandrine Bonnaire recevra en effet cette année un Magritte d’honneur soulignant la qualité du travail de cette grande dame du cinéma français. Nous l’avions rencontrée l’an dernier au Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) en compagnie de notre Bouli Lanners national. Lequel n’a pas manqué de mettre en avant les talents de cette actrice singulière, découverte à l’âge de 15 ans chez Maurice Pialat (A nos amours). Actrice mais aussi réalisatrice, du documentaire Elle s’appelle Sabine notamment, portrait intime de sa sœur.


Et n’hésitez pas à :


liker notre page Facebook,
vous abonner à notre compte Instagram,
nous suivre sur Twitter, et
vous abonner à notre chaîne YouTube !

Bonne année 2018, bonne chance pour notre concours et… excellents Magritte du cinéma belge à vous !

Jean-Philippe Thiriart

12 sept.

Projection de C'EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS ce 15 septembre à Bozar

Petit rappel de barème…

est,arrivé,près,de,chez,vous,benoit,poelvoorde,rémy,belvaux,andré,bonzel,cannes


C’est l’histoire un peu magique d’un film de fin d’études devenu culte.
À l’époque, Rémy Belvaux (1966-2006, frère de Lucas) s’entoure de ses camarades Benoît Poelvoorde et André Bonzel pour réaliser ce vrai-faux documentaire sur Ben, tueur semi-professionnel s’attaquant à la classe moyenne et aux personnes âgées. Le personnage principal embarque alors les membres de l’équipe de tournage, se mettant donc en scène eux-mêmes, dans ses nombreuses péripéties. L’occasion pour Ben de bénéficier ponctuellement d’une assistance bienvenue.

est,arrivé,près,de,chez,vous,benoit,poelvoorde,rémy,belvaux,andré,bonzel,cannes


Mais il serait indécent de s’épancher sur l’histoire de ce film tant ce serait un affront à tout cinéphile belge (ou autre) qui se respecte. En effet C’est arrivé près de chez vous fait indéniablement partie de ces films piliers du cinéma belge. Ces films ayant désormais une place de choix dans le patrimoine cinématographique du plat pays qui est le nôtre. Filmé en 16 mm et en noir et blanc pour des raisons de budget, cette comédie à l’humour noir débridé et au côté glauque parfaitement assumé est devenue pépite de la nation qui voit encore aujourd’hui ses répliques aussi bien scandées dans les soirées étudiantes (« Malou… Nichons ») que déclamées dans les soirées plus mondaines (aaah la recette du Petit Grégory). Ses personnages y sont d’ailleurs pour beaucoup puisque Benoît Poelvoorde, dont c’était d’ailleurs le premier rôle dans un long, campe certes un tueur mais aussi un fils aimant et un camarade à la vision du monde politico-poétique sans nulle autre pareille. Sur ce dernier point, on ne peut passer à côté du rôle tenu par la propre mère de Poelvoorde (jouant donc la mère du personnage principal) qui représente un personnage secondaire fondamental du long-métrage de Rémy Belvaux. Pour l’anecdote, cette gente dame authentique l’aura sans doute été autant du fait que l’équipe de tournage lui avait présenté leur projet comme un réel documentaire sur son fils et non comme une fiction sur un tueur brutal.

est,arrivé,près,de,chez,vous,benoit,poelvoorde,rémy,belvaux,andré,bonzel,cannes


C’est arrivé près de chez vous a rencontré un franc succès public et critique en son temps puisque, sélectionné dans différents festivals, il reviendra avec son petit lot de récompenses dont deux rien que durant le Festival de Cannes 1992 (Prix SACD de la Semaine de la Critique et Prix spécial de la jeunesse). Comme quoi, l’autodérision à la Belge, le sens de la débrouille et une petite boîte de Cedocards faisaient déjà beaucoup il y a 25 ans.

est,arrivé,près,de,chez,vous,benoit,poelvoorde,rémy,belvaux,andré,bonzel,cannes


Comment (re)découvrir C’est arrivé près de chez vous et... le cinéma belge

Rendez-vous ce vendredi 15 septembre à 20h à Bozar pour C’est arrivé près de chez vous, en présence de l'équipe du film.

Et confortablement installés à la maison pour un regard multiple sur le cinéma belge avec la sélection 50/50 de UniversCiné !


Guillaume Triplet et Jean-Philippe Thiriart

08:12 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : est, arrivé, près, de, chez, vous, benoit, poelvoorde, rémy, belvaux, andré, bonzel, cannes | |  Facebook | |  Imprimer |

26 août

Chez Noël

chez,noel,talbotTremblez petits enfants car Père Noël est fâché, très fâché !

Chez Noël, des frères Laurent et Manu Talbot, vient s’ajouter à la liste des petits ovnis géniaux produits par la boîte de production La Parti, à qui on doit des films comme Aaltra ou Calvaire. Complètement déjanté, le Père Noël des Talbot est méchamment drôle et nous, franchement, on en redemande !

Cote : ****

14:56 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chez, noel, talbot | |  Facebook | |  Imprimer |