09 oct.

Palmarès du 32e FIFF et Interviews de Vanessa Paradis, Samuel Benchetrit et Martin Provost

Ce vendredi soir avait lieu la Cérémonie de remise des Bayard et autres Prix du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF). Les différents prix décernés lors de cette dernière soirée de cette 32e édition ont permis à certains films d’être particulièrement remarqués.

Palmarès de la Compétition Officielle longs métrages

Le Jury de la Compétition Officielle longs métrages était présidé par Martin Provost, qui nous a fait la gentillesse de commenter le Palmarès de celle-ci.


Le Bayard du Meilleur comédien a été attribué à Vincent Macaigne pour son rôle dans Chien de Samuel Benchetrit. En l’absence de Vincent Macaigne, le réalisateur a déclaré : « Vincent a à la fois neuf ans et cent ans. Il est insaisissable. »
Le Bayard de la Meilleure comédienne a été octroyé à Camille Mongeau pour son rôle dans Tadoussac de Martin Laroche.
Le Bayard de la Meilleure photographie a été décerné à une légende vivante : Raymond Depardon pour son film 12 jours.
Le Bayard du meilleur scénario revint à Samuel Benchetrit pour Chien.
Le Prix Spécial du Jury est venu récompenser Maman Colonelle de Dieudo Hamadi.
Enfin, le Bayard d’Or du Meilleur film était décerné – jamais deux sans trois - à Chien de Samuel Benchetrit !


Premières œuvres de fiction

Le Prix Découverte a été attribué à Ivana Mladenovic pour son film Les Soldats.
Le Bayard de la Meilleure première œuvre de fiction était quant à lui décerné à Sofia Djama pour son film Les bienheureux. Elle a déclaré, avec une certaine émotion, que « l’Algérie est condamnée à passer à autre chose ». Elle qui aimerait « dire aux ministres algériens de la culture que nos rêves sont plus grands qu’eux ».

Compétition Officielle courts métrages

Une Mention a été décernée à Luka Sauke pour son rôle dans Le Petit de Lorenzo Bianchi.
Le Prix Spécial du Jury revint au libanais Salamat From Germany de Una Gunjak et Rami Kodeih pour qui ce prix montre que « un cri a été entendu dans un monde qui devient divisé et absurde ».
Le Bayard d’Or du Meilleur court métrage a été attribué à Written/Unwritten du Roumain Adrian Silisteanu.

fiff,palmares,vanessa,paradis,martin,provost,samuel,benchetrit,chien,festival,international,film,francophone,namur
Clotilde Hesme a remis le Bayard d'Or du Meilleur court métrage à Written/Unwritten


Compétition Nationale Fédération Wallonie-Bruxelles

Une Mention a été décernée à Kapitalistis de Pablo Muñoz Gomez.
Piotr Biedron et Tijmen Govaerts ont reçu le Prix d’interprétation pour leurs rôles dans Passée l’aube de Nicolas Graux.
Le Prix de la Meilleure photographie revint à Olivier Boonjing pour son beau travail sur Le film de l’été d’Emmanuel Marre.
Le Prix spécial du Jury a été attribué à L’enfant né du vent de David Noblet.
Et c’est Emmanuel Marre qui a remporté le Prix du meilleur Court métrage pour Le film de l’été.

Autres Prix

L
e Prix du Jury Junior revint au très touchant Petit paysan de Hubert Charuel qui a confié, non sans humour, être « ravi de voir que ce petit paysan qui tue ses vaches à coups de hache a plu à un jeune public », y voyant « un signe d’espoir ».

Les Prix du Public Court métrage, Documentaire, et Long métrage Fiction ont été décernés respectivement à Kapitalistis du Belge Pablo Muñoz Gomez, Carré 35 du Français Éric Caravaca et au film burkinabé Wallay du Suisse Berni Goldblat.

fiff,palmares,vanessa,paradis,martin,provost,samuel,benchetrit,chien,festival,international,film,francophone,namur
Berni Goldblat, réalisateur de Wallay, un des Prix du Public


Prix Off

Le Prix Cinévox et le Prix de la Critique du Meilleur long métrage belge ont été attribués à Drôle de père d’Amélie van Elmbt.
Le Prix Be TV du Meilleur long métrage est venu récompenser Petit paysan du Français Hubert Charuel.
Le Prix Arte du Meilleur court métrage et le Prix RTBF du Meilleur court métrage belge reviennent tous deux au film Les corps purs de Bérangère Mc Neese et Guillaume de Ginestel.
Enfin, le Prix Be TV du Meilleur court métrage belge a été octroyé à Icare de Nicolas Boucart.

fiff,palmares,vanessa,paradis,martin,provost,samuel,benchetrit,chien,festival,international,film,francophone,namur
Pablo Munoz Gomez, réalisateur de Kapitalistis, lauréat de deux Prix cette année


N
’hésitez pas à...

- liker notre page Facebook,
- nous suivre sur Twitter,
- vous abonner à notre chaîne YouTube, et à
notre compte Instagram, alimenté pendant ce FIFF 2017 par les jolies images de notre photographe Sylvie Cujas !

Vive le cinéma francophone et à bientôt à Namur et... ailleurs !

Jean-Philippe Thiriart et Raphaël Pieters

15 avril

WHAT IFFF… Chapitre dixième - « Qui peut, à l'ombre du pouvoir, se permettre de parler des BIFFFeurs comme s'il s'agissait de données ? »

Rêve prémonitoire, abus de psychotropes bio ou délire paranoïaque, le sang coulera lors de cette 35e édition du BIFFF. Qui ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Il nous reste que quelques heures pour le découvrir…

 

Tequila frappée.jpgScoop : ce vendredi 14 avril, le sang a enfin coulé au BIFFF dans le cadre de la journée prélude au festival Boulevard du Polar qui aura lieu en juin… Lors d’une séance de lecture d’un roman de Nadine Monfils, la comédienne et humoriste Sandra Zidani a voulu embrasser le chien barré ou bourré de l’écrivaine. Se sentant agressé, ce dernier lui a mordu le nez. Infectée par l’agent mutagène dont le chien était porteur après analyse, la comédienne a à son tour mordu le nez de l’ambulancier venu lui porter secours. Du Mont des Arts au canal, ce rituel bucco-nasal s’est perpétré pendant toute la soirée et la nuit. Aux petites heures, la ville a été mise en quarantaine. Les derniers rapports de police rapportent que les personnes infectées se rassemblent au pied du Mont des Arts, à quelques pas de l’origine de l’épidémie. Une attaque en masse du palais de Bozar est à craindre. – Ici Bruxelles, édition du 15 avril 2017.

 

Ce réel fait divers du vendredi, couplé aux Zombifff’Lympics du samedi, aurait pu être l’apothéose de cette rubrique qui, depuis plusieurs jours, vous prédit que le sang coulera au BIFFF cette année. Il n’en est malheureusement rien… en tout cas pour l’instant ! En relisant ou re-visionnant les classiques du thriller et de l’horreur, à l’instar des Norman Bates, Alex Delarge et autres Jason, un tueur - ou un groupe de tueurs - pourrait volontiers recourir au grimage et au déguisement zombiesque pour perpétrer son crime. Alors, restez sur vos gardes, car cette avant-dernière journée du BIFFF pourrait très bien à l’insu de notre plein gré se terminer en zombifffolie meurtrière !

 

Mais dans cette éventualité, telle la morsure qui sied au zombie, quelle serait l’arme utilisée par ce ou ces tueurs grimés ? Afin de faire avancer rapidement cette enquête, n’hésitez pas à poster ci-dessous le type d’arme que vous privilégieriez pour commettre ce genre de crime.

 

"WHAT IFFF…",

une journalistico-fiction de Serge Adeline