11 mai

Weekend spécial Jean-Pierre Mocky au Nova, en présence du réalisateur

Ces samedi 12 et dimanche 13 mai, Jean-Pierre Mocky sera présent au cinéma Nova, où cinq de ses films seront projetés. Le Ciné-club de l’INSAS et le Nova fêteront ainsi joyeusement le réalisateur français, qui viendra discuter de ses films après trois des cinq séances. Des discussions que l’on devine déjà mémorables, animées par Guillaume Maupin et Noël Godin.


jean,pierre,mocky,nova,cinema,francais,realisateur,acteur,cite,indicible,peur,nuit,assemblee,solo
Jean-Pierre Mocky, à la fois réalisateur et acteur principal
dans Solo


Figure inclassable du cinéma français, Jean-Pierre Mocky se distingue par la diversité de ses productions, leurs diffusions particulières, l’éventail d’acteurs et de collaborateurs présents dans ses films - unique dans le cinéma français - et la longévité de sa carrière qui va de 1959 jusqu’à aujourd’hui. Sa filmographie est l’une des plus étonnantes de l’espace francophone. Acteur puis assistant réalisateur, Mocky, que rien n’arrête ni ne fait taire, a écrit, réalisé, produit et distribué ses films, passant par le pire comme le meilleur, refusant sans cesse les compromis et se foutant toujours des bienséances.

Outre une projection organisée à l'INSAS le samedi 12 mai, cinq de ses films, provenant de diverses décennies et représentatifs des nombreuses facettes du phénomène Mocky, seront donc projetés au Nova ce weekend. L’occasion d’un voyage transversal dans le cinéma français, pour aller y goûter d'un sentiment de liberté foutraque, excitant et souvent hilarant.


Programme du weekend

Samedi 12 mai à 20h
La cité de l’indicible peur
(1964, FR, 35mm, 85')
en présence de Jean-Pierre Mocky et suivi d'une discussion

Farce jubilatoire, peuplée de bons mots, de personnages absurdes et inoubliables, entre cinéma français de papa et épisode foutraque de Scoubidou, adapté de Jean Ray, dialogué par Queneau, interprété par Bourvil, Francis Blanche, Raymond Rouleau, Jacques Dufilho, Jean-Louis Barrault, Jean Poiret (un casting de rêve donc), un chef d’œuvre de Jean-Pierre Mocky, emblématique de sa première période.


jean,pierre,mocky,nova,cinema,francais,realisateur,acteur,cite,indicible,peur,nuit,assemblee,solo
La cité de l'indicible peur avec Bourvil, acteur-fétiche
de Jean-Pierre Mocky


Samedi 12 mai à 22h
Une nuit à l’assemblée
(1988, FR, 35mm, 88')

Michel Blanc, militant naturiste, à poil pendant cette heure et demie, tente de tirer au clair une sombre histoire de corruption de légion d’honneur. Mocky fit reconstruire l’intérieur de l’Assemblée nationale en studio et invita la quasi intégralité de ses acteurs fétiches, plus quelques belles prises (Darry Cowl, Bernadette Lafont, Josiane Balasko, etc.) dans ce film qui, sorti une année d’élection présidentielle, lui valut des ennuis et l’obligea à tourner dorénavant sous les radars. Un classique du cinéma de Mocky !

Dimanche 13 mai à 17h
Robin des mers
(1987, FR, 35mm, 80')
en présence de Jean-Pierre Mocky et suivi d'une discussion

Armé de son courage et de sa perspicacité, le jeune Robin des mers se lance dans une véritable entreprise : retrouver du travail pour tous les chômeurs de son village. Robin croisera sur sa route des politiciens véreux (comme souvent dans les films de Mocky) mais aussi des foules en colère, un énarque en slip dans un arbre, des foules joyeuses... Un conte enivrant et plein d’humour (malheureusement trop méconnu) entre drame social, western et comédie.


jean,pierre,mocky,nova,cinema,francais,realisateur,acteur,cite,indicible,peur,nuit,assemblee,solo
Le trop méconnu Robin des mers, projeté dimanche à 17h
en présence de Mocky


Dimanche 13 mai à 19h
Solo
(1969, FR, 35mm, 89')
en présence de Jean-Pierre Mocky et précédé d'une discussion

Solo est le premier volume d’une trilogie informelle qui se continuera avec L’Albatros (1971) et L’Ombre d’une chance (1973). Ces trois films, uniques dans le parcours de Mocky, constituent un pan beaucoup plus noir, sec, nerveux de son univers. Alors que l’on fête l’anniversaire de Mai 68, Solo, réalisé un an après les événements, semble déjà sonner le glas de l’utopie révolutionnaire. La désillusion imprègne le film et Vincent Cabral, le héros, interprété par Mocky lui-même, impuissant assiste à la débâcle. Un polar politique, violent et lumineux.

Dimanche 13 mai à 22h
Dossier Toroto
(2011, FR, vidéo, 64')

Le professeur franco-japonais Toroto, inventeur d’un sérum pour faire grossir des tomates et des lapins, engage un jeune apprenti qui ingurgite par inadvertance ledit sérum et se retrouve pourvu d’un membre gigantesque – ce qui ne va pas sans provoquer certaines convoitises… Une « connerie », du propre aveu de Mocky. Fauchée et foisonnante, cette farce underground dynamite les convenances dans un capharnaüm jouissif…


jean,pierre,mocky,nova,cinema,francais,realisateur,acteur,cite,indicible,peur,nuit,assemblee,solo
La farce underground Dossier Toroto, diffusée dimanche à 22h


Où ? Au Cinéma Nova, Rue d’Arenberg 3 à 1000 Bruxelles - www.nova-cinema.org

Bon weekend Mocky au Nova !

Jean-Philippe Thiriart

25 avril

COUR(T)S AU 21e BRUSSELS SHORT FILM FESTIVAL : IL Y A 10 X 4 SEANCES A GAGNER !

bsff,brussels,short,film,festival,court,metrage,international,cinema,coreen,coree,groland,vendome,magritte,concours,gagner
Ci-dessous et sur notre page Facebook !


C’est reparti : dès ce mercredi 25 avril et jusqu’au dimanche 6 mai, le Brussels Short Film Festival (BSFF) va faire sa fête au court métrage belge et international ! Douze jours de projections, de rencontres, d’ateliers… en présence de nombreux invités. A Bruxelles donc, d’abord, (Flagey, cinémas Vendôme et Palace, Palais des Beaux-Arts, Mont des Arts et Chapiteau place Fernand Cocq), avant une tournée wallonne (de Namur à Liège, en passant par Charleroi, Tournai et Grez-Doiceau). En tout, ce sont plus de 300 films courts qui seront proposés aux festivaliers.

Les Jurys des différentes compétitions incluront notamment les comédiens Stéphanie Blanchoud et Wim Willaert, le réalisateur Raphaël Balboni (récompensé cette année aux Magritte du cinéma) ou encore la productrice Julie Esparbes d’Hélicotronc.

bsff,brussels,short,film,festival,court,metrage,international,cinema,coreen,coree,groland,vendome,magritte,concours,gagner
Le Cinéma Vendôme, lieu de projection privilégié du BSFF


Outre les Compétitions Internationale, Nationale, et Next Generation (films d’étudiants en cinéma), auront lieu de nombreuses séances OFF : Focus coréen (voyez notre concours ci-dessous) et suisse et découvertes latinos, Carte blanche au Festival de Clermont-Ferrand, Films nominés aux récents Oscar (pour lesquels le BSFFF devient qualifiant), European Film Awards (courts récompensés aux Festivals de Berlin, Venise…), Funny Shorts (comédies départagées à l’applaudimètre) et Séances Jeune public et Famille.

Les organisateurs se sont donnés quatre commandements cette année :

- Voyager : 79 films en compétitions Internationale et Next Generation de plus de 30 pays différents,
- Oser : des séances Courts Mais Trash, Très Courts (3 minutes max) et une Nuit du Court secouée par l’humour décapant de la Présipauté de Groland et son Cinégro, en présence de trois de ses éminents représentants Benoît Delépine, Sylvain Fusée et Jules-Edouard Moustic !
- Profiter : quatre séances gratuites en plein air au Mont des Arts avec vue imprenable sur la ville, et
- Grandir : des ateliers Youth (web reporters, critiques de film et doublage) et de nombreux workshorts pour concrétiser son projet professionnel.

bsff,brussels,short,film,festival,court,metrage,international,cinema,coreen,coree,groland,vendome,magritte,concours,gagner
Les séances gratuites en plein air au Mont des Arts, c’est reparti !


Concours exclusif : 10 x 4 séances à gagner !

Cette année, la Corée sera belle, et bien présente au BSFF ! Avec, projetés deux fois, deux programmes rétrospectifs de films venus du Pays du Matin Calme. Les courts signés par d’anciens étudiants de la KAFA (Korean Academy of Film Arts), désormais réalisateurs de renom, d’abord. Et les films primés lors du SESIFF (Seoul International Extreme-Short Image & Film Festival), ensuite. Notez que Myung-Soo Suh, directeur du SESIFF, honorera le BSFF de sa présence, de même que Kwang-rok Oh, acteur-fétiche de Park Chan-wook dans sa trilogie de la vengeance (Sympathy for Mr. Vengeance, Old Boy, Lady Vengeance).

A cette occasion, nous vous offrons, en partenariat avec le Centre Culturel Coréen de Belgique, pas moins de 10 x 4 séances !

Soit l’accès, avec la personne de votre choix, aux deux programmes Corée :
- les vendredi 27 avril et mardi 1er mai à 20h à Flagey, OU
- les jeudi 3 mai à 17h30 et samedi 5 mai à 21h30 au cinéma Vendôme.

Rendez-vous sur notre page Facebook AVANT ce jeudi 26 avril à minuit !
Résultats du concours le vendredi 27 avril à 8h.

bsff,brussels,short,film,festival,court,metrage,international,cinema,coreen,coree,groland,vendome,magritte,concours,gagner


Plus d’infos : www.bsff.be

Bonne chance pour notre concours et excellent BSFF à vous !

Jean-Philippe Thiriart

16 avril

Palmarès du 36e BIFFF, clôturé en beauté !

L’édition 2018 d’une des grands-messes annuelles du cinéma fantastique mondial s’est clôturée en beauté ce dimanche 15 avril. Et c’était à Bruxelles, au Palais des Beaux-Arts. Un grand cru, avec plus de 58 000 spectateurs, soit une augmentation de 4 000 fans de cinéma de genre par rapport à l'an dernier ! L’effet Guillermo del Toro – mais pas que - aura sans doute contribué à cet engouement toujours plus grand pour le Festival. Le réalisateur doublement oscarisé à titre personnel pour The Shape of Water (La Forme de l’eau) a pour rappel honoré le BIFFF de sa présence à une masterclass devant une salle bondée d’un public… comblé d’avance !

bifff,festival,international,film,fantastique,bruxelles,palmares,cinema,bozar,guillermo,del,toroinuyashiki
GAME ou plutôt BIFFF presque... OVER


Avant la projection de l’efficace The Gringo avec la belle Charlize Theron, la scène de la Salle Henry Le Bœuf a comme de coutume accueilli les lauréats des différents Prix et… leurs chansons !

Le Jury International, présidé par Lloyd Kaufman et composé de Julia Ducournau et Laurent Lucas a décerné :
- le Corbeau d'Argent à Mon Mon Mon Monsters du Taiwanais Giddens Ko,
- le Corbeau d'Argent à Tigers Are Not Afraid de la Mexicaine Issa Lopez (également récompensé par le toujours gratifiant Prix du Public), et...
- le Corbeau d'Or à Inuyashiki du Japonais Shinsuke Sato !

bifff,festival,international,film,fantastique,bruxelles,palmares,cinema,bozar,guillermo,del,toroinuyashiki
Corbeau d'Argent et Prix du Public pour l'énergique Issa Lopez et son Tigers Are Not Afraid


Le Jury de la Compétition européenne a remis le Méliès d’Argent à The Cured de l’Irlandais David Freyne.

La Compétition Thriller a été remportée par Memoir of a Murderer du Coréen Shin-yun Won, une Mention spéciale étant accordée à un autre natif du Pays du Matin Calme : An-kyu Lee et son film A Special Lady.

Le Prix 7e Parallèle est allé à Blue My Mind de la Suissesse Lisa Brühlmann, avec une Mention spéciale pour The Place de l’Italien Paolo Genovese.

Quant au Prix de la Critique, il a été décerné à Dhogs de l’Espagnol Andrés Goteira.

Rayons courts-métrages, européens d’abord, Belle à croquer du Français Axel Courtière a remporté la timbale.
Les courts belges ont eux-aussi été récompensés, comme suit :
- Grand Prix et Prix Fedex pour Lost in the Middle de Senne Dehandschutter,
- Prix Jeunesse pour The Day the Dog disappeared de Ruth Mellaerts & Boris Kuijpers,
- Prix SABAM pour Het Nest de Matthias De Bondt,
- Prix La Trois pour Les Naufragés de Mathieu Mortelmans, et
- Prix BeTV pour Les Naufragés de Mathieu Mortelmans.

bifff,festival,international,film,fantastique,bruxelles,palmares,cinema,bozar,guillermo,del,toroinuyashikiAprès la remise du Corbeau d'Or à Inuyashiki, le Jury International s'est lâché !

Les organisateurs du BIFFF vous donnent d’ores et déjà rendez-vous à Bozar l’an prochain, du 9 au 21 avril 2019 ! Car oui, comme l’ont montré les membres du Jury International sur scène ce dimanche, à nouveau, ça va saigner !

Jean-Philippe Thiriart

Crédits photos : Simon Van Cauteren pour En cinémascope

bifff,festival,international,film,fantastique,bruxelles,palmares,cinema,bozar,guillermo,del,toroinuyashiki
La 501e Garnison venue partager la magie Star Wars au BIFFF

15:09 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans BIFFF, Bilans de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bifff, festival, international, film, fantastique, bruxelles, palmares, cinema, bozar, guillermo, del, toroinuyashiki | |  Facebook | |  Imprimer |

05 avril

Interview filmée du maître Park Chan-wook & résultats de notre concours Corée

Ce soir à 19h, la Corée entre dans la danse des compétitions avec la projection en avant-première mondiale de The Nightmare.

Le Festival International du Film Fantastique de Bruxelles (BIFFF) projette cette année pas moins de 11 films issus du Pays du Matin Calme.

En cinémascope vous proposait de remporter trois places pour vous et la personne de votre choix pour trois films coréens présentés par leurs réalisateurs : The Nightmare, A Special Lady et Memoir of a Murder. Ce concours, organisé sur la page Facebook de En cinémacope a été remporté par Sarah Laviolette, Vadim Dltkrw, Cédric Gabriel, Laura Le Clercq et Léa Casman Popovitch. Félicitations à eux !

Qui dit cinéma coréen dit immanquablement… Park Chan-wook !
Le maître du cinéma de genre, adoubé Chevalier de l’Ordre du Corbeau l’an dernier au BIFFF, nous avait accordé un agréable entretien lors de sa venue au Festival. Nous avons le plaisir de vous le proposer aujourd’hui !


Et encore un grand merci au Centre Culturel Coréen de Bruxelles sans qui ce concours n’aurait pu voir le jour !

park,chan,wook,bifff,festival,international,film,fantastique,bruxelles,old,boy,cinema,coreen,coree,thriller,interview


Jean-Philippe Thiriart

30 mars

Interviews filmées de 17 « acteurs » du cinéma belge & Résultats de notre Concours

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir trois nouvelles vidéos, dans lesquelles nous donnons la parole à 17 « acteurs » du cinéma belge. L’opération « 50 ans de cinéma belge, 50 ans de découvertes » hisse haut les couleurs de notre cinéma jusqu’au 15 juin. À cette occasion, ils complètent pour nous la phrase « Le cinéma belge, c’est… ». Puis nous parlent de leur cinéma.

Bon visionnage !

 


 

 

 

Il y a peu, nous vous invitions à participer à notre concours cinéma belge.
Avec la complicité de notre partenaire UniversCiné, nous vous offrions 10 pass pour 5 films sur la plateforme universcine.be . Il vous suffisait pour rappel de donner votre définition du cinéma belge. Puis un tirage au sort a eu lieu.

Voici les définitions et les noms de nos gagnants :

Pour moi le cinéma belge c'est…

la magie de l’étonnement du surréalisme. - Michaël Renard

tellement Nous… - Chantal Bourgeois

comme la rencontre d’une locomotive à vapeur armée d’un saxophone et d’un cornet de choux de Bruxelles avec la folie zwanzienne d’une série de klettes génialissimes s’agitant devant un objectif… pour satisfaire le nôtre (d’objectif), c’est-à-dire être émerveillé.e.s devant une toile blanche, l’espace de quelques dizaines de minutes ! - Serge Dielens

prometteur et grandissant. - Sébastien Jacquemart

génial ! - Maryline Stoufs

un élément de la culture dans lequel il faut investir et qu’il faut surtout soutenir pour combattre l’impérialisme américain. - Morad Hamdane

l'exemple même d'une pluralité culturelle improbable et réussie. - Eric Pirard

comme une boîte de chocolats : on est souvent agréablement surpris ! - Julie Wittebort

le résultat d'une copulation entre une frite et une moule. Et quel brol ! - Julien De Smet

un art où on peut ressentir tellement de choses : la joie, la tristesse, le plaisir, le désespoir... Il est difficile de ressentir autant devant une autre forme d'art, tous les sentiments y passent. - Mourad Khlifi

A très bientôt pour un nouveau concours vous permettant de gagner 30 places pour le BIFFF et vive le cinéma belge !

Jean-Philippe Thiriart