19 août

THE CIRCLE ou le film qui n'avait pas lieu d'être

De James Ponsoldt
Avec Emma Watson, Tom Hanks, John Boyega, Karen Gillan
Thriller
1h50

Cote : *

the,circle,emma,watson,tom,hanks,facebook


Mae (Emma Watson) est engagée chez The Circle, une gigantesque entreprise à la tête du réseau social le plus puissant du monde. Elle va rapidement grimper les échelons de la hiérarchie jusqu’à ce que Eamon Bailey (Tom Hanks), le fondateur de l’entreprise, lui propose de participer à un programme de test bousculant les limites de la vie privée.

En une phrase : Facebook c’est des méchants et vous allez tous finir à poil sur internet si ça continue, peu importe ce que vous en pensez.

Mais est-ce vraiment ça The Circle ?

Impossible d’identifier le message du film, la morale que voudrait nous transmettre le réalisateur. Ici, pas d’évolution des personnages, pas d’éléments venant perturber ou modifier leur façon de penser. Leurs décisions paraissent si éloignées de la réalité qu’il est impossible de ressentir quoi que ce soit pour eux (coucou John Boyega).

the,circle,emma,watson,tom,hanks,facebook


Vous vous souvenez d’Indiana Jones et les Aventuriers de l’Arche Perdue ? Vous vous rappelez que le film arriverait à la même conclusion sans son personnage principal ? Eh bien The Circle souffre du même syndrome. Emma Watson n’est là que pour accélérer un peu un processus qui semble inévitable. L’archétype du personnage-fonction pour lequel, comme précisé plus haut, on aura du mal à avoir de l'empathie.

The Circle se termine d’une manière abrupte après presque deux heures de vide. Il laisse le spectateur sur sa faim, qui se demandera peut-être où sont passées les 10 dernières minutes qui aurait pu lui permettre de corriger les aberrations d’un scénario sans réel intérêt.

Où est ce foutu bouton « dislike » ?

Antoine Leroy

 

09:02 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the, circle, emma, watson, tom, hanks, facebook | |  Facebook | |  Imprimer |

28 juin

Sortie Blu-ray de LA LA LAND : La jeunesse, cette promesse

Voilà un film qui fait  beaucoup du bien. Beaucoup de bien ! Vous êtes fatigué de votre journée insurmontable lors de laquelle vous vous êtes retrouvé dépassé, débordé, épuisé. Cependant, vous n’avez ni l'envie de rejoindre le pays des rêves ni le courage d’aller chez Dreamland. Pas de problème : il y a le Blu-ray (le top pour un tel film) ou le DVD de La La Land, disponibles un peu partout depuis quelques semaines !

La La Land est un musical américain réalisé par Damien Chazelle. Lorsqu’on visionne le film, on comprend pourquoi il est devenu, à 31 ans à peine, le plus jeune cinéaste de l’histoire à recevoir l’Oscar du meilleur réalisateur. Tout n’était cependant qu’une question de temps pour celui qui avait déjà réalisé l’incroyable Whisplash (2014).

Le film que nous avons choisi de vous présenter est d’un tout autre genre puisqu’il s’agit réellement d’un film musical à savourer en famille. Le film commence par une scène assez incroyable qui annonce, d'emblée, la couleur ou plutôt... les couleurs du film ! Et elles sont nombreuses.

maxresdefault.jpg

 

La La Land est un film rempli de bons sentiments. Nous n’avions plus vu de films musicaux de la même trempe depuis Singin' in the Rain (Donen et Kelly, 1952), West Side Story (Robbins et Wise, 1961), Les parapluies de Cherbourg (Demy, 1964), Mary Poppins (Stevenson, 1964) ou encore Annie (Huston, 1982). Certaines scènes de La La land resteront en tout cas gravées dans nos mémoires comme le sont certaines de ces comédies musicales.

L’histoire, centrée sur une rencontre amoureuse et les rêves de succès et de reconnaissance des deux tourtereaux est quant à elle très actuelle. Chaque artiste rêve en effet de reconnaissance et éprouve parfois la plus grande des difficultés à allier vie amoureuse et vie artistique pleinement épanouies.

Les acteurs principaux jouent à merveille et démontrent une nouvelle fois qu'ils font partie de ce que Hollywood a de meilleur à nous offrir. Ryan Gossling apparait dans un rôle aux antipodes des Only God Forgives ou Drive et prouve une nouvelle fois toute l’étendue de son talent. Quant à Emma Stone, rien d'étonnant à ce que l’Oscar de la meilleure actrice soit venu récompenser la qualité de son travail. La complémentarité des deux acteurs n’est plus à démontrer après Crazy, Stupid, Love. (Ficarra et Requa, 2011) et Gangster Squad (Fleischer, 2013).

pub Blu-ray 02.jpg

 

Les bonus

Rayons bonus, le Blu-ray offre plus de 20 minutes de bonus additionnels aux déjà sympathiques bonus compris dans le DVD du film. Soit un outil permettant de naviguer entre les chansons du film et deux focus : un sur l'ouverture énorme du métrage et un autre sur Justin Hurwitz, le génie musical grâce auquel le film a été possible.

Les bonus du DVD (compris donc également sur le Blu-ray) reprennent les traditionnels commentaires audio et bande annonce mais aussi des sujets sur la Première du film à Paris et dans le monde, ainsi qu'une galerie d'affiches, notamment.

 

 

Nos cotes

Le film : ****
Les bonus : ***

Belle (re)découverte de La La Land, qui en appellera sans doute bien d'autres !

Raphaël Pieters et Jean-Philippe Thiriart

10:00 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de DVDs, Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la, land, lalaland, ryan, gosling, emma, stone, comédie, musicale, oscar, oscars | |  Facebook | |  Imprimer |

04 oct.

Ce samedi, grand beau au FIFF !

Le FIFF ? Un festival familial...

Le FIFF est notamment l'occasion de voir des films en famille. Trois séances seront ainsi dédiées spécialement aux plus petits et à leurs parents, avec les projections du Grimoire d'Arkandias, ce samedi à 10h30, puis du Coq de St-Victor et de Bouboule, lequel sera en lice dans la Compétition Première œuvre de fiction.

LeGrimoiredArkandias _01.jpg
Le Grimoire d'Arkandias


... qui fait la part belle aux courts métrages et...

Ce week-end sera notamment l'occasion de mettre le format court en avant avec la Compétition nationale courts métrages ce samedi 4, jour de la Compétition clips également, et la compétition internationale courts métrages le dimanche 5.

Le jury courts métrages sera présidé par la comédienne mélomane Emma de Caunes. Elle sera entourée de deux de ses compatriotes : Olivia Ruiz, chanteuse, certes, mais également comédienne, et Bernard Payen, programmateur et réalisateur ; et du réalisateur algérien Karim Moussaoui et de l'actrice belge Astrid Whettnall, formidable dans Au nom du fils, de Vincent Lannoo.

emma-de-caunes_310979.jpg
Emma de Caunes, présidente du jury courts métrages


La compétition nationale Fédération Wallonie-Bruxelles présentera 27 films, parmi lesquels on retrouvera entre autres quatre documentaires, autant d'animations et sept films d'école de cinéma. En tout, ce sont 11 premières belges qui auront lieu au FIFF !

La compétition clips proposera, quant à elle 21 œuvres courtes, dont sept belges. Notez que la projection de Warder, de Robbing Millions, démarrera avec un showcase. Une raison de plus de se rendre au FIFF ce samedi soir !

... aux Premières œuvres !

Vingt films au total, parmi lesquels pas mal étaient présents cette année à Cannes. Quatre films belges seront présents dans cette compétition : 7, rue de la folie de Jawad Rhalib, L'année prochaine de la Namuroise Vania Leturcq, L'éclat furtif de l'ombre co-réalisé par Patrick Dechesne et Alain-Pascal Housiaux et Jacques a vu, d'un autre Namurois : Xavier Diskeuve.

LAnneeProchaine_01.jpg
L'année prochaine, de Vania Leturcq


Le jury Émile Cantillon sera cette année composé d'étudiants d'écoles de cinéma.

C'est l'apéro. En musique, y a qu'à danser !

Notez que l'apéro du 29e, avec l'animation musicale des Fanfoireux, se tiendra dans le Jardin du Maïeur de l'Hôtel de Ville de Namur ce samedi à midi.

Auront lieu, enfin, sous le chapiteau public, véritable centre névralgique du FIFF érigé Place d'Armes, le Blind test du FIFF à 21h et la soirée dansante du Festival, ouverte à tous, à partir de 23h.

Infos pratiques

20 ou 25 € le FIFFpass hebdomadaire, 8 € le FIFFpass quotidien et gratuité pour l'accès aux séances de 15h et 18h à l'attention des 15-18 ans.

L'application du FIFF est disponible tant sur l'App Store que sur Google Play.

Plus d'infos ? fiff.be !

06:12 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, emma, de, caunes | |  Facebook | |  Imprimer |