21 déc.

Ce jour-là, c'était Clap de fin au 31e FIFF !

Aujourd'hui, rapatriement sur En cinémascope d'un article non publié au terme de l'édition 2016 du Festival International du Film Francophone de Namur !
Non-publication due à divers soucis de mise en ligne.

->

Le 6 octobre dernier s'est clôturée l'édition 2016 du Festival International du Film Francophone de Namur. Avec l'annonce du palmarès des différentes compétitions : les Prix remis par le Jury Junior et le Public, et les récompenses décernées dans les catégories Clips, Nationale Fédération Wallonie-Bruxelles, Officielle Courts métrages, Première Œuvre de fiction et Officielle Longs métrages, bien sûr.

Plus tôt, avaient été décernés les Prix Off :

- le Prix Cinevox du Meilleur Long Métrage belge, à Noces de Stephan Streker,
- le Prix de la Critique, à Even Lovers Get the Blues de Laurent Micheli,
- le Prix Be TV - Long Métrage, à Orpheline du Français Arnaud des Pallières, qui allait s'avérer être le grand gagnant du FIFF 2016,
- le Prix Arte - Court Métrage, à Les Dauphines de la Belge Juliette Klinke,
- le Prix Format Court - Court Métrage International, à Une nuit à Tokoriki de la Roumaine Roxana Stroe,
- le Prix RTBF - Court Métrage belge, à Les Dauphines, encore, et
- le Prix BeTV - Court Métrage belge, à Lulu, des Belges Michiel Blanchart et Louise Dendraën.

01 - Sandrine Bonnaire, juste avant l'annonce du Palmarès - DSC_1284.jpg
Sandrine Bonnaire en interview-express, juste avant l'annonce du Palmarès

 

Le grand gagnant de la soirée est sans conteste Orphelines, du Français Arnaud des Pallières. Prix Be TV - Long Métrage, donc, mais, surtout, Bayard d'Or du Meilleur Film et de la Meilleure comédienne ! Ou des Meilleures comédiennes plutôt puisque ce sont les quatre actrices principales du film qui ont été récompensées pour leur travail sur le film du réalisateur de Michael Kohlhaas. Adèle Haenel et Solène Rigot - toutes deux invitées du Festival cette année - ainsi que Adèle Exarchopoulos n'ont pas manqué de laisser des messages de remerciement tandis que la jeune Vega Cuzytek était présente à Namur pour recevoir son Prix.

Deux autres films se sont vus doublement récompenser. Une jeune fille de 90 ans, des Français Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian, repart avec le Prix Spécial du Jury et le Prix du Public Documentaire. Quant au film roumain Illégitime, ce sont les Bayard du Meilleur scénario pour Alina Grigore et Adrian Sitaru (également réalisateur du film) et du Meilleur comédien pour Adrian Titieni qu'il reçoit.

02 - Arnaud des Pallières, grand gagnant avec ' Orpheline ', et sa jeune actrice, Vega Cuzytek - DSC_1171.jpg
Arnaud des Pallières, grand gagnant avec Orpheline, et sa jeune actrice, Vega Cuzytek

 

Ci-dessous, le reste du Palmarès du 31e FIFF.

Compétition Officielle Longs métrages

- Bayard de la Meilleure photographie ; Ma vie de courgette du Suisse Claude Barras, et
- Mention Spéciale : Le Voyage au Groenland du Français Sébastien Betbeder.

Compétition Première Œuvre de fiction

- Bayard de la Meilleure première œuvre de fiction : Diamond Island du Cambodgien Davy Chou, et
- Prix Découverte : Tramontane du Libanais Vatche Boulghourjian.

Compétition Officielle Courts métrages

- Bayard d'Or du Meilleur Court Métrage : Que vive l'empereur de la Française Aude Léa Rapin,
- Prix spécial du Jury : Villeperdue du Français Julien Gaspar-Oliveri, et
- Mention pour Oh What a Wonderful Feeling.

03 - Bouli Lanners, Président du Jury Officiel et un des précieux trophées - DSC_1285.jpg
Bouli Lanners, Président du Jury Officiel et un des précieux trophées


Compétition Nationale Fédération Wallonie-Bruxelles

- Prix du Meilleur Court Métrage : Angelika de Léopold Legrand,
- Prix spécial du Jury et Prix de la Meilleure photographie : La Saison du silence pour Tizian Büchi et Camille Sultan, respectivement,
- Prix d'interprétation : Hajar Koutaine dans À l'arraché d'Emmanuelle Nicot, et
- Mention pour Corps de Benjamin D'Aoust.

Compétition Clips

Prix du Meilleur clip : Drifted, de Dent De Cuir.

Prix du Public

- Prix du Public Long Métrage Fiction : Il a déjà tes yeux du Français Lucien Jean-Baptiste, et
- Prix du Public Court Métrage : Villeperdue.

Prix du Jury Junior

Enfin, le Prix du Jury Junior est allé à notre coup de cœur de ce FIFF 2016 : la claque qu'est 1:54, du Québécois Yan England, qui n'aurait pas volé une place en Compétition Officielle.

04 - Rendez-vous l'an prochain à Namur ! - DSC_1136.jpg
Rendez-vous l'an prochain à Namur !


À vos agendas : la 32e édition du Festival International du Film Francophone de Namur aura lieu du 29 septembre au 6 octobre 2017 !

Jean-Philippe Thiriart

Crédits photos : Mazin Mhamad

10:48 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, bonnaire, bouli, lanners, orpheline, bruni, tedeschi | |  Facebook | |  Imprimer |

19 déc.

Ce jour-là, le FIFF 2016 était lancé !

Aujourd'hui, rapatriement sur En cinémascope d'un article non publié à l'aube de l'édition 2016 du Festival International du Film Francophone de Namur !
Non-publication due à divers soucis de mise en ligne.

->

Comme chaque année depuis 30 ans maintenant, la ville de Namur s’apprête à fêter le cinéma avec son Festival International du Film Francophone, le FIFF.
Et comme toutes les autres éditions avant elle, cette 31e ne manquera pas de surprises, de découvertes et de rencontres en tout genre.

Du 30 septembre au 6 octobre, Namur et ses cinéphiles vibreront au rythme du 7e Art francophone, un cinéma que le spectateur a la joie de découvrir toujours plus riche d’année en année.

01=Le FIFF est lancé ce 30 septembre !.png
Le FIFF est lancé ce 30 septembre !


Les objectifs du Festival ont toujours été clairs : fêter le cinéma en mettant la Francophonie en avant dans une optique de diversité culturelle, éduquer au cinéma par le cinéma (pour preuve les différentes activités et différents ateliers proposés pour les plus jeunes via le FIFF Campus, notamment), organiser des plateformes de rencontres entre professionnels afin de forger le cinéma de demain et, surtout, faire découvrir toujours plus de films et d'acteurs du cinéma ! C’est pourquoi chaque année, le FIFF est fort d’une programmation de plus de 150 longs-métrages et courts-métrages de fiction, documentaires, d'animation ou encore de clips musicaux.

Les films d'Ouverture et de Clôture

Cette année, ce sont les frères Dardenne et leur forcément cannoise Fille inconnue qui ouvriront le Festival. Ce vendredi 30 septembre, donc, à partir de 20 heures dans les deux principaux lieux de projection du FIFF que sont les cinémas Caméo et Eldorado et, pour les festivaliers, à partir de 21h15 au cinéma Acinapolis.
La Fille inconnue nous narre l'histoire de Jenny (Adèle Haenel), une jeune généraliste qui fera tout pour découvrir l'identité d'une jeune fille décédée après avoir trouvé close la porte de son cabinet. L'actrice française - une des plus douées de sa génération - est pour le moins bien entourée à l'écran par pas mal d'acteurs des Frères : Olivier Gourmet - magistral une fois de plus -, Jérémie Renier, Fabrizio Rongione et Christelle Cornil, notamment.

02=Adèle Haenel et les Dardenne ouvrent le FIFF ce soir !.jpg
Adèle Haenel et les Dardenne ouvrent le FIFF ce soir !


Et c'est le film français Divines, Caméra d'Or à Cannes cette année, qui clôturera le Festival le jeudi 6 octobre. Sa réalisatrice, Houda Benyamina, nous invite à suivre l'itinéraire de Dounia, une banlieusarde qui choisit, avec sa meilleure amie, de suivre les traces d'une dealeuse et verra sa vie chamboulée par la rencontre d'un jeune danseur.
Tout comme La Fille inconnue, Divines sera présenté par l'équipe du film, au même titre que de nombreux autres métrages du Festival.
Plus que jamais, nous vous invitons chaleureusement à oser le cinéma francophone et la rencontre avec ses artisans, présents en nombre dans la capitale wallonne !

Un Coup de Cœur 2016... fantastique !

Comme tout festival de cinéma qui se respecte, le FIFF met chaque année en avant son coup de cœur. Il peut être acteur ou réalisateur - voire les deux - et voit sa carrière mise en avant durant le Festival.
Pour cette 31e édition, le festival namurois a décidé de jeter son dévolu sur Sergi Lopez.
Nul besoin de présenter cet immense acteur espagnol qui a su distiller son talent et son accent dans bon nombre de monuments du cinéma français et international. La liste est longue mais parmi les films qui ont compté pour notre rédaction, nous pourrions citer l’angoissant et prenant Harry, un ami qui vous veut du bien (Dominik Moll - 2001) pour lequel il avait remporté le César du Meilleur Acteur), le fantastique (dans tous les sens du terme) Labyrinthe de Pan (Benicio Del Toro - 2006) ou encore le plus récent Tango Libre (Frédéric Fonteyne - 2012). Notons que le réalisateur belge Frédéric Fonteyne avait déjà dirigé López dans Une liaison pornographique, 13 ans auparavant.

03=Cette année, Le Festival a un Coup de Cœur pour Sergi López !.jpg
Cette année, Le Festival a un Coup de Cœur pour Sergi López !


Cette année, l'acteur catalan revient donc à Namur avec En amont du fleuve de Marion Hansel et Orpheline d’Arnaud des Pallières, tous deux présentés en Compétition Officielle. En tant que Coup de Cœur, Sergi López s'est vu confier la difficile mission de sélectionner deux titres de sa filmographie qu’il a envie de partager avec les festivaliers namurois. Son choix s'est porté sur Western (1997) de Manuel Poirier et Une liaison pornographique (1999) de Frédéric Fonteyne, où le couple improbable mais irrésistible Lopez-Baye crève littéralement l’écran.

Les Jurys

Un festival ne serait rien sans les récompenses qu’il décerne. C’est pourquoi différents jurys auront la lourde tâche de remettre les célèbres Bayard D’Or aux métrages en compétition.
Le jury longs-métrages sera présidé par Bouli Lanners, habitué du festival et véritable « gueule » du cinéma belge et français aussi bien devant que derrière la caméra.

Le jury de la catégorie courts-métrages sera quant à lui présidé par la ravissante Audrey Fleurot. On ne présente plus cette actrice enchaînant films sur séries depuis un bon moment. Elle est parvenue à écrire en lettres majuscules son nom dans le paysage cinématographique français depuis plus de 10 ans, passant du comique (qui ne se souvient pas de la Dame du Lac dans la série Kaamelott ?) aux rôles bien plus sombres comme celui de l’avocate arriviste Joséphine Karlsson de la série Engrenages. Le cinéma lui a également assuré une reconnaissance grâce à des films comme Intouchables en 2011 ou encore La confrérie des larmes en 2013, où elle partageait l’affiche avec Jérémie Renier et un certain… Bouli Lanners.

04=La belle Audrey Fleurot fera partie du Jury Courts-Métrages.jpg
La belle Audrey Fleurot fera partie du Jury Courts-Métrages


Enfin, les autres jurys qui récompenseront les lauréats 2016 porteront une certaine marque de fabrique du FIFF. Comme chaque année, le Jury Émile Cantillon décernera ainsi le Prix de la Meilleure Première œuvre et le Prix Découverte sera remis par des étudiants en cinéma âgés de 18 à 25 ans et issus des quatre coins de la Francophonie.
Et place à la jeunesse toujours avec le Jury Junior, dont les membres sont des élèves de première secondaire. Il récompensera un film issu d’une sélection spécialement élaborée pour ces cinéphiles en herbe, qui ne manqueront d'exprimer leur sens critique.

Le Meilleur Long-Métrage belge inédit sera choisi par le jury Cinévox.

Enfin, pour la seconde année, un Prix de la Critique sera décerné par un jury composé de trois journalistes issus de l’UCC (Union de la Critique de Cinéma) et de l’UPCB (Union de la Presse Cinématographique Belge).

Infos pratiques

Quand ? Du vendredi 30 septembre au jeudi 6 octobre 2016
Où ? Aux cinéma Caméo, Eldorado et Acinapolis et au Chapiteau, Place d'Armes, principalement
Combien ? 30 € pour le FIFFPass hebdomadaire et 8 € pour le FIFFPass quotidien, les séances de 15h à 20h étant gratuites pour les 15-20 ans via le stand Solidaris du Chapiteau.

Plus d'infos sur www.fiff.be

Excellent Festival à toutes et à tous !

Guillaume Triplet et Jean-Philippe Thiriart

18:44 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, adele, haenel, sergi, lopez, dardenne | |  Facebook | |  Imprimer |

17 oct.

Retour sur la cérémonie de clôture du 30e FIFF

01 - Finale Bayard.jpg
Les lauréats des Bayard d'Or et autres Prix, à l'issue de la cérémonie de clôture © Sandrine David

 

Le Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) s'est clôturé vendredi dernier avec sa traditionnelle cérémonie de remise des Bayard d'Or et autres Prix. Ce après la projection de plus de 150 films issus des quatre coins de la Francophonie. S'il entre dans la trentaine, le FIFF ne manque pas de se tourner vers l'avenir. En témoignent les différents ateliers proposés cette année, dont la « Manufacture de Namur ».
La déléguée générale et le président du Festival ont pris la parole avant de la céder Vanessa Paradis, coup de cœur de cette édition anniversaire. Celle qui fêtera bientôt elle-aussi ses 30 ans de cinéma s'est dite très honorée de se voir ainsi mise en avant pour la première fois en tant qu'actrice.

02 - Vanessa Paradis(2).jpg
Vanessa Paradis, fleurie par les organisateurs du Festival © Sandrine David

 

Est alors venu le moment d'annoncer les noms des lauréats des Prix Off, remis la veille sous le Chapiteau du Festival.
Encadré par la sympathique Cathy Immelen, le Jury Cinévox a décerné son Prix du Meilleur Long Métrage Belge à l'énorme Je me tue à le dire de Xavier Seron, présenté à Namur en première mondiale. Nous n'avons pas manqué d'accorder une large couverture au film de Xavier le jour de sa présentation à Namur, film auquel un large espace sera réservé sur En cinémascope.

03 - Equipe de Je me tue à le dire.jpg
L'équipe de Je me tue à le dire, Prix Cinévox © Sandrine David

 

Les deux associations de journalistes cinéma que sont l'UCC et l'UPCB, qui remettent depuis plusieurs années un Prix dans de  nombreux festivals nationaux, ont pour la première fois récompensé un long métrage belge présenté à Namur. Et c'est Guillaume Senez et son Keeper qui l'ont emporté. Le réalisateur nous avait déjà fort marqué avec son court métrage Dans nos veines, présenté au FIFF en 2009.
Le Prix Be TV du Meilleur Court Métrage belge a été décerné à Tout va bien, de Laurent Schneid, tandis que les Prix ARTE et Format Court du Meilleur Court Métrage international sont allés respectivement aux films belges Nelson, de Thomas Xhigness et Juliette Klinke, et Renaître, de Jean-François Ravagnan.

04 - Nathalie Baye.jpg
Nathalie Baye, une des nombreux invités du FIFF 2015 © Sandrine David

 

Palmarès, suite...

Le reste du palmarès, dévoilé vendredi dernier donc, a commencé par la remise du Prix du Meilleur clip à She’s bad, réalisé par Jean-Philippe Chartrand et Benjamin Mege pour l'artiste DyE, accompagné de The Egyptian Lover.

Compétition Nationale Fédération Wallonie-Bruxelles
Courts métrages

Une mention a été accordée à
Zoufs, de Tom Boccara, Noé Reutenauer et Émilien Vekemans « pour son propos lumineux, appuyé par une caméra maitrisée ». Le Prix de la Meilleure photographie a été décerné à Léo Lefèvre pour le film Les Amoureuses, de Catherine Cosme. Le Prix d'interprétation était cette année collectif. Il a en effet été remis aux cinq comédiennes du film Le sommeil des amazones, de Bérangère McNeese : Sophie Breyer, Judith Williquet, Lou Bohringer, Olivia Smets et Stéphane Caillard. Le Prix spécial du Jury est allé à Dernière porte au Sud, de Sacha Feiner, que nous avions rencontré dans le cadre du dernier Festival International du Film Fantastique de Bruxelles (BIFFF). Sacha n'est autre que le réalisateur de Gremlins Fan Film, hommage à Joe Dante et à ses célèbres créatures visionné plus de... 800 000 fois sur YouTube ! Et le Prix du Meilleur Court Métrage a été décerné à The Hidden Part, de Monique Marnette et Caroline D’hondt, produit par Marion Hänsel et dont la photo est également signée Léo Lefèvre.

05 - Arno.jpg
Arno, venu présenter, aux côtés de Nathalie Baye, le film Préjudice © Sandrine David


... et fin !


Compétition Officielle
Courts métrages

Une Mention a été attribuée à
Père, de Lotfi Achour (Tunisie/France). Le Prix spécial du Jury a été décerné à Ton cœur au hasard, de Aude Léa Rapin (France). Et le Bayard d’Or du Meilleur Court Métrage est venu récompenser Waves ‘98, de Ely Dagher (Liban/Qatar), un projet qui a mis trois ans à se concrétiser.

Compétition Première Œuvre de fiction

Composé de jeunes de 18 à 25 ans issus de la Francophonie, le Jury Émile Cantillon a accordé une Mention au film Le Nouveau, de Rudi Rosenberg (France), le Prix Découverte à Ni le ciel ni la terre, de Clément Cogitore (France/Belgique) et le Bayard d’Or de la Meilleure première œuvre de fiction à À peine j’ouvre les yeux, de Leyla Bouzid (Tunisie/Belgique/France/Émirats arabes unis), « œuvre absolument nécessaire et d'une rare intensité ».

06 - Olivier Gourmet.jpg
Olivier Gourmet, Président du Jury Officiel Longs métrages © Sandrine David

Compétition Officielle Longs métrages

Le Bayard d’Or du Meilleur scénario a été attribué à Philippe Claudel pour son script d'Une enfance (France). Celui de la Meilleure photographie a été décerné à Marius Panduru pour le film Aferim !, de Radu Jude (Roumanie/Bulgarie/République Tchèque/France), « film puissant, maîtrisé, dont la photo ne faisait pas d'ombre au propos ». Les Bayard d’Or des Meilleurs comédienne et comédien sont venus récompenser les interprétations de Loubna Abidar dans Much Loved, de Nabil Ayouch (Maroc/France), et de Dominique Leborne, dans Tempête, de Samuel Collardey (France). Dominique Leborne a bluffé Olivier Gourmet tandis que Loubna Abidar a été récompensée « pour son talent, son courage et son énergie ».

Le Jury a accordé une Mention Spéciale, un « coup de cœur » à
Welcome Home, de Philippe De Pierpont (Belgique). Le Prix Spécial du Jury est allé à Our City, de Maria Tarantino (Belgique/pays-Bas). Si « chaque film avait un regard pertinent sur le monde », c'est Tempête, de Samuel Collardey que le Bayard d'Or du Meilleur Film est venu couronner, « pour sa forme, sa simplicité et son humanité ». Un film dans lequel l'acteur principal joue son propre rôle, acceptant que soient remises en scène des situations parfois douloureuses de sa vie. Samuel Collardey nous avait déjà beaucoup touché avec son court métrage Du soleil en hiver, présenté au FIFF voici dix ans déjà.

07 - Equipe Tempête et 2 Bayards.jpg
Samuel Colardey et ses comédiens, grands gagnants du 30e FIFF avec Tempête © Sandrine David


Signalons enfin que quatre autres prix ont été décernés cette année au FIFF : le toujours très touchant Prix du Junior et les trois Prix du Public, toujours fort appréciés eux-aussi. Le Prix du Public du Meilleur Long Métrage de Fiction, celui du Meilleur Long Métrage Documentaire et celui Meilleur Court Métrage ont été décernés respectivement au film Le Nouveau, de Rudi Rosenberg (France), Éclaireurs, de Christophe Hermans (Belgique) et XYZ, The City Hunter, de M. Tikal (Belgique). Composé de sept jeunes belges âgés de 12 à 13 ans, le Jury Junior a récompensé de son Prix Paul à Québec, de François Bouvier (Québec) « pour l'histoire touchante, pour les émotions fortes et pour les performances des acteurs ».

Rendez-vous du 30 septembre au 7 octobre 2016 à Namur pour la 31
e édition du Festival !

08 - Vanessa Paradis(1).jpg
Vanessa Paradis à la rencontre du public namurois © Sandrine David

17:58 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, vanessa, paradis, nathalie, baye, arno | |  Facebook | |  Imprimer |

02 oct.

Bon annif le FIFF : c'est le 30e !

Le Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) participe au rayonnement de la culture des pays issus des 80 États et gouvernements qui constituent la Francophonie de bien belle manière. Et ça fait trente ans que ça dure. Plus grand festival de cinéma francophone au monde, le FIFF accueille, le temps d'une semaine, plus de 32 000 spectateurs. Cette année, le Festival fera une nouvelle fois battre le cœur de la cité mosane à 24 très belles images par seconde transformant, sept jours durant, la capitale de la Wallonie en capitale... du cinéma francophone mondial.

logo-fiff2015.jpg


Projections, animations... émotions !

Au programme, la projection, à partir de ce vendredi 2 octobre, de plus de 150 films de tous formats (longs et courts métrages, dont une série de clips musicaux, entre autres) et genres cinématographiques (fiction, animation et documentaire). Signalons que le film belge
Préjudice ouvrira le Festival. Parmi tous ces films, nombreux s'inscriront dans les différentes compétitions du Festival : officielles longs métrages et courts métrages (nationale et internationale), Émile Cantillon, Jury Junior, Clips, Cinévox, et Jury UCC-UPCB.

Le vendredi 9 octobre, le FIFF se clôturera en grandes pompes avec la traditionnelle cérémonie de remise des Bayard et autres prix au Théâtre Royal de Namur, ainsi que la projection du film français Je suis à vous tout de suite. Les jurys de cette édition 2015 récompenseront ainsi de bien belle manière les différents talents de cette cuvée forcément très spéciale. C'est qu'on a pas tous les jours trente ans !

Et les organisateurs du Festival de Namur l'ont compris, bien décidés à mettre les petits plats dans les grands. Afin de ravir les papilles des cinéphiles bien sûr, des cinéphages, aussi, mais également du grand public, qui trouvera forcément son compte dans la pléthore de séances et d'activités proposées.
À côté des films et des échanges avec les talents venus des quatre coins de la Francophonie, seront ainsi organisés ateliers, rencontres, animations, expositions et plus car affinités.

Vanessa ? Paradis !

Avec un Coup de Cœur pour Vanessa Paradis, qui sera notamment présente à Namur le vendredi 9 pour un échange avec le public, une rencontre autour du scénario avec Abderrahmane Sissako, le lundi 5, et des jurys officiels longs métrages et courts métrages présidés, respectivement, par deux des plus grands comédiens belges que sont Olivier Gourmet et Lubna Azabal, un petit quelque chose nous dit que ce FIFF soufflera ses 30 bougies avec brio !

 

vanessa paradis.jpg
Vanessa Paradis, Coup de Cœur du FIFF 2015 !


Cette année, nous avons choisi de faire plus que jeter un regard attentif sur un des éléments moteurs du Festival : le FIFF Campus. Nous nous sommes en effet entretenus avec Sophie Verhoest, responsable de cette section consacrée aux 3-25 ans. Ce lors de la dernière émission radio En cinémascope, sur RCF.
Vous l'avez ratée ? Aucun souci : vous pouvez la découvrir ici !
L'occasion de discuter avec Sophie du cinéma pour les jeunes et du cinéma... par les jeunes était trop belle et nous ne nous en sommes pas privés !

Rendez-vous à Namur !

Envie de découvrir des univers cinématographiques rafraîchissants ?
De retirer du médium qu'est le cinéma tout ce qu'il a à vous offrir ?
Et de faire sa fête au cinéma francophone, qui vous fera aussi - nous en prenons les paris - la vôtre ?

Alors direction Namur, de ce vendredi 2 au vendredi 9 octobre 2015, où rendez-vous vous est donné dans les différents lieux de projection et au cœur des nombreuses animations du 30e Festival International du Film Francophone de Namur !

Excellent Festival à toutes et à tous et à très bientôt sur En cinémascope, que ce soit sur le site, en radio, sur Facebook, Twitter et YouTube ou encore sur notre compte Instagram récemment créé et que nous ne manquerons pas d'alimenter avec les photos de nos photographes présents à Namur !

 


Toutes les infos relatives au Festival sont sur
http://www.fiff.be/.

 

dates.jpg

02:35 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, vanessa, paradis | |  Facebook | |  Imprimer |

20 nov.

Alléluia - Interview de Fabrice Du Welz - 3/4 et 4/4

Alléluia : le messie Du Welz est de retour ! - 5/6 et 6/6

Aujourd'hui, nous vous proposons de découvrir les deux dernières capsules de l'interview que nous a accordée Fabrice Du Welz avant la projection en avant-première de son dernier film, Alléluia, au Festival International du Film Francophone de Namur.

Dans la première, il définit pour nous son Humphrey Bogart, son Bogey à lui : l'acteur français Laurent Lucas, qui campe avec talent le personnage de Michel.

Dans la seconde capsule, il nous parle de sa rencontre avec Tobe Hooper cette année à Cannes dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs. Le père de Massacre à la Tronçonneuse présentait une version restaurée de ce film culte à l'occasion du quarantième anniversaire de la réalisation du métrage. L'occasion pour Du Welz de faire découvrir à Hooper son dernier bébé, lui-aussi sélectionné dans le cadre de cette section du Festival.

Bon visionnage !