19 janv.

Suite des projections du SILENCE DE LORNA à partir de ce dimanche 21 janvier à Cinematek

Dans le cadre de la deuxième partie d'un cycle consacré à Jean-Pierre et Luc Dardenne, la Cinémathèque royale de Belgique projettera encore à quatre reprises un de leurs très beaux films : Le Silence de Lorna.
De ce dimanche 21 janvier (15h30) au jeudi 1er février pour être précis.

le,silence,de,lorna,dardenne,cannes,arta,dobroshi,jeremie,renier,olivier,gourmet,fabrizio,rongione,cinematek,cinematheque,royale,belgique

Notre critique

Le Silence de Lorna

1h46
De Jean-Pierre et Luc Dardenne (2008).
Avec Arta Dobroshi, Jeremie Renier, Fabrizio Rongione
Mais aussi Alban Ukaj, Morgan Marinne, Olivier Gourmet

Cote : ***

Prix du scénario à Cannes et nominé aux César 2009 du meilleur film étranger, Le silence de Lorna est un film sans bavure mené à une allure modérée. Un film qui permet de bien ressentir les émotions des différents protagonistes.
Cette cadence se poursuit tout au long du film. Comme toujours avec les frères Dardenne, beaucoup de scènes sont tournées caméra à l'épaule, ce qui crée une intimité très forte et nous rapproche davantage encore des personnages. Ce film devait participer, selon nous, à l’attraction d’un public plus large vers le cinéma des Dardenne.

le,silence,de,lorna,dardenne,cannes,arta,dobroshi,jeremie,renier,olivier,gourmet,fabrizio,rongione,cinematek,cinematheque,royale,belgique
Arta Dobroshi bien entourée au Festival de Cannes


Parfois, les choses se passent comme on les avait prévues au départ. Parfois, les actes posés sont alors irréversibles. Parfois, il devient plus qu'impossible de revenir en arrière. Parfois...
Lorna est une bombe à retardement susceptible d’exploser à tout moment, tant le silence peut s’avérer mortel. Ne parle-t-on pas, bien souvent - certes à tort et à travers - d’un « silence de mort » ? Ce silence tue et on se demande au final à qui il bénéficie.

Jean-Philippe Thiriart

10:36 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le, silence, de, lorna, dardenne, cannes, arta, dobroshi, jeremie, renier, olivier, gourmet, fabrizio, rongione, cinematek, cinematheque, royale, belgique | |  Facebook | |  Imprimer |

19 déc.

Le Be Film Festival démarre aujourd’hui à Bozar

Le Be Film Festival va une nouvelle fois faire sa fête au cinéma belge. Il s’ouvrira ce soir dès 19h15 avec la projection d’Une Part d’Ombre de Samuel Tilman et se clôturera le samedi 24 décembre, sur le coup de 11 heures, avec celle de Bigfoot Junior de Ben Stassen et Jérémie Degruson. Sous le sapin de Noël planté par les organisateurs du Be Film : courts et longs métrages de fiction, documentaires et d’animation.

be,film,festival,2017,schoenaerts,gourmet,bouli,lanners,adele,exarchopoulos,fidele,noces


Nos comédiens seront mis à l’honneur, avec la présence à Bozar de celles et ceux qui font rayonner le cinéma belge à l’intérieur comme à l’extérieur de nos frontières : Matthias Schoenaerts, Jan Decleir, Olivier Gourmet, Bouli Lanners, Lubna Azabal, Wim Willaert, Emilie Dequenne ou encore Fabrizio Rongione, de nouveau maître de cérémonie lors des prochains Magritte du cinéma. Mais aussi celle d’artistes étrangers qui ont rejoint notre production nationale avec talent : Adèle Exarchopoulos, André Dussolier, Pascal Greggory, Pierre Richard et Sergi Lopez, notamment. Seront également présents au Festival les réalisateurs belges, jeunes et confirmés confondus, que sont François Troukens, Samuel Tilman, Lucas Belvaux, Michaël R. Roskam, Abel et Gordon ou encore Marion Hänsel.

be,film,festival,2017,schoenaerts,gourmet,bouli,lanners,adele,exarchopoulos,fidele,noces


La marraine de l’édition de cette année, Fien Troch, dévoilera quant à elle ses secrets de tournage. Et concerts et DJ sets viendront une fois encore compléter la fête pour les grands, tandis que les plus jeunes seront invités à participer à une séance famille le 24 décembre.

N’hésitez pas à lire notre critique enthousiaste du très intense Noces de Stephan Streker, projeté ce jeudi 21/12 à 21 heures !

be,film,festival,2017,schoenaerts,gourmet,bouli,lanners,adele,exarchopoulos,fidele,noces


Vendredi, nous aborderons d’autres films estampillés Be Film Festival 2017. Paris Pieds Nus et La vie sexuelle des Belges d’abord, projetés le soir-même. En amont du fleuve et Spit’N’Split ensuite, projetés, eux, le samedi 23 décembre.

Plus d’infos : befilmfestival.be

Bon Festival !

Jean-Philippe Thiriart

04:54 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films, Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : be, film, festival, 2017, schoenaerts, gourmet, bouli, lanners, adele, exarchopoulos, fidele, noces | |  Facebook | |  Imprimer |

18 oct.

Le WAHFF à Waterloo, clap cinquième dès ce 19 octobre !

De ce jeudi 19 au dimanche 22 octobre, Waterloo accueille le WAHFF, le splendide et diversifié Festival du Film Historique de Waterloo.

La compétition officielle met en concurrence huit films dont le très ancré dans l’actualité Insyriated de Philippe Van Leeuw, actuellement sur nos écrans ; La Passion d’Augustine, film canadien de Léa Pool ou encore L’Echange des Princesses de Marc Dugain avec les remarquables Lambert Wilson et Olivier Gourmet.

L
e Festival propose également une compétition de films documentaires. Huit films également pour autant de portraits de figures historiques ainsi que de nombreuses Avant-Premières dont l’attendu Au-revoir là-haut d’Albert Dupontel, mettant en scène l’excellent Niels Arestrup et la pétillante Emilie Dequenne.

wahff,festival,film,historique,waterloo,dequenne,jannot,dupontel,arestrup


Mais le WAHFF, c’est aussi l’occasion de croiser des figures connues du petit et du grand écran puisque le jury de la compétition officielle se compose cette année de Véronique Jannot, Présidente du jury, Jean-François Balmer, Francis Lalanne, Joyce Bunuel… Vous aurez aussi peut-être l’occasion de croiser la sublime Anouk Aimée, prestigieuse invitée d’honneur de cette cinquième édition du Festival.

Rendez-vous donc dès ce jeudi à Waterloo avec En cinémascope !

Sandrine David

08:19 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wahff, festival, film, historique, waterloo, jannot, dequenne, dupontel, arestrup, gourmet, lambert, wilson | |  Facebook | |  Imprimer |

29 mars

Streker fait strike avec un film qui marque... au fer rouge !

NOCES

Scénario et réalisation : Stephan Streker
Avec Lina El Arabi, Sébastien Houbani, Olivier Gourmet, Zacharie Chasseriaud
Image : Grimm Vandekerckhove

Cote : ***

01.jpg


Ce n'est pas tous les jours qu'un film dramatique est réalisé par un des visages bien connus du football belge, un certain Stephan Streker. Noces entame déjà sa quatrième semaine d'exploitation dans nos salles et nous nous devions de vous présenter ce film encore bien présent dans nos salles belges francophones. Un film qui traite d’un sujet aussi délicat que controversé.

Noces est un film poignant et prenant. Les moments plus lents lors desquels l’histoire n’évolue pas sont quasi inexistants, l’intrigue ne s’arrête jamais et il n'y a pour ainsi dire pas la moindre pause inutile. Chaque scène a son importance et c’est une qualité assez rare pour un drame de ce genre. Il n’y a aucun temps mort et la mi-temps habituelle n’aura pas lieu.

05.jpg
Noces, c'est aussi l'amour d'une sœur pour son frère, d'un frère pour sa sœur


Le thème est particulièrement grave puisque des dizaines de jeunes filles sont forcées au mariage chaque année sous nos latitudes. Les plaintes pour mariage forcé sont rares car elles mènent au déshonneur d’une famille entière qui n’osera plus rentrer au pays de peur d’être jugée par toute une communauté. La nécessité d’un tel film est une évidence mais ne faudrait-il pas en faire la promotion dans les milieux concernés par les mariages forcés même si ces mariages arrangés ne mènent qu’à un faible nombre de dérapages tels que celui présenté dans le film ? Même si les drames réels sont minimes et les vraies révoltes minoritaires, les droits de la femme sont-ils respectés lors de ce genre de mariages traditionnels ? La question est soulevée et le débat est plus que jamais ouvert.

Streker nous propose également l’avis de musulmans pakistanais sur certaines de nos propres habitudes. Si pas mal de non-musulmans cultivent des stéréotypes sur les musulmans, ces derniers ont parfois, eux-aussi, une vision tronquée de la manière dont les premiers voient les choses. Ces stéréotypes, bien que caricaturaux, peuvent nous servir également à nous remettre en question lorsque cela est nécessaire. Ce film belgo-franco-pakistano-luxembourgeois met aussi en lumière les difficultés de compréhension de l’autre lorsqu’il n’a pas les mêmes coutumes ou religion.

02.jpg
Sébastien Houbani a sans doute le rôle le plus compliqué


Es que dire des acteurs ? La jeune actrice Lina El Arabi (21 ans tout juste) crève l’écran. Il est rare de voir un regard aussi profond au cinéma. De plus, jouer la détresse n’est jamais évident et elle le fait avec une justesse remarquable pour son jeune âge. Sébastien Houbani, son frère à l'écran, doit par contre jouer un personnage à deux visages et ce n’est pas non plus chose aisée. Il le fait d’une manière assez convaincante même si la rupture aurait sans doute pu être encore plus marquée. On notera aussi la qualité des interprétations d'un Olivier Gourmet brillant comme de coutume et de Zacharie Chasseriaud dans le rôle de l’amoureux transi ne comprenant pas une situation qui ne lui est pas expliquée et qui, même si elle l'était, ne ferait sans doute pas sens pour lui.

03.jpg
Stephan Streker a tout pour faire strike !


Enfin, ce que l’on retiendra surtout est la mise en scène dont bénéficie le métrage. Streker fait preuve d’une justesse remarquable. Le rouge est présent tout au long du film, des sièges du bus aux pétales du mariage. Les discussions se font d’abord sans problème entre les différents membres de la famille, la situation se crispant peu à peu jusqu’à atteindre un point de non-retour. Les deux acteurs principaux sont omniprésents et cela donne presque l’impression d’un huis clos dont la famille ne pourra sortir indemne.

04.jpg
Zacharie Chasseriaud et Lina El Arabi


Raphaël Pieters et Jean-Philippe Thiriart

10:45 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noces, stephan, streker, mariage, forcé, gourmet | |  Facebook | |  Imprimer |

10 janv.

Interview filmée d'Olivier Gourmet pour " La tendresse "

 

tendresse,olivier,gourmet,marion,hansel,fiff,namur
Olivier Gourmet, en interview au FIFF 2013


La tendresse est le dernier film de la réalisatrice belge Marion Hänsel, avec Olivier Gourmet et Marilyne Canto dans les rôles principaux.


Nous avons interviewé Olivier Gourmet lors de sa venue au récent Festival International du Film Francophone de Namur.

Il évoque d'abord la conception qu'a sa réalisatrice de la tendresse ; la simplicité, une des forces du scénario ; et la bande originale du film.

Ensuite, c'est sur son personnage et sur sa complicité avec Marilyne Canto qu'il s'arrête. Sans compter un petit message à votre attention. En deux parties : avant et après le générique de fin !

Bon visionnage !





11:00 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Interviews | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tendresse, olivier, gourmet, marion, hansel, fiff, namur | |  Facebook | |  Imprimer |