28 mars

INDOCHINE - interview du réalisateur Régis Wargnier - ce soir à 20h55 sur Arte

Le mercredi 20 avril 2005, le réalisateur français Régis Wargnier était à Bruxelles pour présenter Man to Man, sorti sur nos écrans une semaine plus tard. Une belle rencontre, que nous vous proposons de découvrir aujourd'hui, tandis qu'est projetée ce soir à 20h55 sur Arte son oeuvre majeure : Indochine.

indochine,man,to,man,regis,wargnier,kristin,scott,thomas,catherine,deneuve,oscar

 

Comment sort-on d'un tournage finalement assez mouvementé ?

Alors, en tout cas, on n'en sort pas tout de suite parce que le système est tel que lorsque vous rentrez du tournage, vous enchaînez sur le montage. D'ailleurs, c'est peut-être mieux pour nous parce qu'on n'a pas ce sentiment d'abandon ou de perte que les techniciens ont quand ils rentrent en plus d'un voyage pareil où ils sont partis de chez eux. C'est un peu comme s'ils partaient en croisière. Et puis un jour, ils rentrent au port : ils sont heureux de rentrer et en même temps, il y a une nostalgie de l'aventure qu'on a tous partagée. Moi, j'ai la chance de la poursuivre.

Vous avez deux fois fait l'acteur dans les films d'autres personnes. Est-ce que l'idée de jouer un rôle - même mineur - un jour dans l'un de vos films vous trotte parfois dans la tête ?

Jamais. Jamais je ne jouerai dans l'un de mes films. D'abord, je ne me sentirais pas à l'aise devant mon équipe et mes acteurs. Je ne ferai jamais ça. C'est une marque de fabrique d'Hitchcock, c'est amusant. D'ailleurs, ça trouble quand on le voit passer dans des films. On se dit : « Ah tiens, le voilà ! ». Donc ça trouble un peu. Non, jamais, sauf incident majeur ou un petit rôle mais qu'on ne peut pas confier à n'importe qui... Si l'acteur n'est pas là ou qu’il y a eu un incident et qu’il faut le remplacer au pied levé. Mais je ne le désire pas.

Après maintenant plus de 30 ans de cinéma, dont 20 dans la réalisation, quels sont vos projets après ce film-ci ? Qu'en est-il du projet que vous aviez de raconter l'histoire de Saint Exupéry, avec éventuellement Edward Norton dans le rôle principal ?

Saint Exupéry, oui, c'est un projet que j'ai eu avant et sur lequel je ne me suis pas tout à fait entendu avec les Américains qui voulaient le produire, qui étaient d'ailleurs une boîte d'indépendants. Donc, je pense qu'ils étaient peut-être plus souples que les majors et en même temps je pense qu'ils n'avaient pas monté le financement et qu'il fallait aller au charbon comme si c'était un film européen. Je me retrouvais en Amérique mais il n'y avait pas l'avantage d'être en Amérique. Il fallait prouver qu'on avait les acteurs avant de pouvoir financer le film donc ça, c'est des méthodes qu'on a chez nous, en Europe en tout cas.

indochine,man,to,man,regis,wargnier,kristin,scott,thomas,catherine,deneuve,oscar
Joseph Fiennes


Et puis je n'avais pas le même point de vue sur le personnage donc je n'ai pas été au bout de ce projet. Et oui, j'avais pensé à Edward Norton, ainsi qu’à d'autres d’ailleurs. C'est vrai que Norton est un acteur que je trouve tout à fait étonnant, même s'il ne ressemble pas à Saint-Exupéry. Mais il y a un moment de toute façon où les acteurs s'imposent dans un rôle. C'est intéressant parce que les éditeurs du livre qu'avaient utilisé les producteurs américains viennent de me relancer en me demandant si j'avais toujours l'intention de travailler sur ce film. Je ne leur ai pas répondu mais je vais répondre parce que j'essaie d'être bien élevé !
(il rit)

Sinon, j'ai donné mon accord à l'adaptation d'un livre de Fred Vargas, une femme auteur de romans policiers, ce livre s'appelle 
Pars vite et reviens tard. C'est un polar contemporain qui se passe à Paris. Ça va me changer ! En plus, les producteurs qui me l'ont proposé ont déjà fait travailler deux scénaristes sur une adaptation qui est assez réussie. Elle demande encore du travail mais ils sont sur la bonne voie. J'ai commencé à travailler avec eux, à réfléchir. Donc si tout va bien, je vais tourner ce film-là début 2006.

Vous avez été oscarisé en 1993. Dix ans plus tard et après l'échec financier d'Est-Ouest, votre dernier film, est-ce qu'une telle récompense pèse dans la balance à l'heure de chercher des financements pour une superproduction comme Man to Man ?

Non, je ne pense pas. Ce n'est pas une baguette magique. L'Oscar n'est pas une fée. Mais vous avez raison : Est-Ouest n'a pas démarré comme on l'aurait voulu. On n'a pas marché comme on l'aurait voulu en France mais finalement, c'est un film qui a quand même fait le tour du monde et finalement qui, à mon avis, est en train de remporter sa mise parce qu'il a été vu partout et qu'il est acheté par les télévisions du monde entier. Ce n’est pas tellement l'Oscar qui peut encourager les gens à financer des films chers pour un producteur français. C'est le fait que si j'ai fait Indochine ou Est-Ouest, je dois à peu près pouvoir gérer des productions de ce type. En plus, je parle bien anglais, donc je peux me lancer sur un film en langue anglaise et le passé de cinéaste que j'ai encourage les gens à me faire confiance, pas forcément sur la qualité du film mais en tout cas à me faire confiance sur le fait que je saurai aller au bout de la réalisation du film.

indochine,man,to,man,regis,wargnier,kristin,scott,thomas,catherine,deneuve,oscar
Joseph Fiennes et Kristin Scott Thomas


Man to Man
 est peut-être, pour de nombreuses raisons, plus difficile à réaliser qu'Indochine. Pour Indochine, j'étais inconscient : j'avais fait deux films à petit budget à l'époque. Et tout d'un coup, je me suis retrouvé à la tête de cette machine. Je crois que j'avançais jour après jour sans me poser de questions sur ce qui m'attendait après. Autrement, j'aurais peut-être baissé les bras. Tandis que là, je suis tout à fait conscient de ce que représente cet argent, ce financement et la lourdeur de la production. Et ce n'est pas forcément mieux d'être plus conscient. En tout cas, on envisage les choses différemment. L'Oscar, ça fait plaisir, c'est un moment assez intense. On est dans le rêve mais je ne pense pas que ce soit déterminant dans la suite de ce que je dois appeler ma carrière.

Au cinéma, la fiction a presque toujours été votre moyen d'expression. Reconnaissez-vous un côté documentaire dans certaines de vos œuvres et la réalisation de documentaires à part entière vous tente-t-elle au cinéma ?

Oui, réaliser un documentaire me tenterait. C'est toujours pareil : c'est le sujet qui me détermine et là j'ai l'impression que le support m'est indifférent, que ce soit Beta, DV ou 35 mm. D'abord, 35 me demanderait peut-être un peu plus de moyens. En DV, on est deux ou trois. Pour vous répondre, je ne pense pas qu'il y ait d'aspect documentaire dans mes films. En tout cas, comme je traite souvent de sujets qui ont un contenu historique où là, en l'occurrence, scientifique et historique, mes films sont documentés. On ne peut pas raconter cette histoire de Man to Man sans avoir travaillé sur l'anthropologie, l'anthropométrie, la craniologie, le colonialisme, ce qu'on a appelé après les « zoos » humains. C'est un scénario qui, pendant sa fabrication, a demandé beaucoup de travail parallèle sur la documentation.

Vous avez dirigé de grandes actrices françaises comme Deneuve, Béart ou encore Bonnaire, avez-vous travaillé de façon particulière au niveau de votre direction d'acteurs avec la finalement très frenchy Kristin Scott Thomas qui, de l'avis général, crève véritablement l'écran ?

Il y a quelque chose d’inattendu. Elle a peut-être quelque part un petit peu un rôle d'homme, comme Deneuve dans Indochine. Ce ne sont pas vraiment des rôles d'homme mais on aurait pu les écrire pour des hommes. D'ailleurs, j'ai une anecdote à vous raconter... Delon m'avait demandé de travailler avec moi. Je lui ai dit : « Oui. Je ne sais pas ce que je vais faire mais bon... ». Et puis il m'a fait marrer. Je le retrouve deux ans après - Indochine était sorti - il me revoit et il me dit : « Hé, vous avez oublié que je vous avais demandé de travailler avec vous ? » Je lui dis que non. C’est là qu’il me répond : « Vous m'avez préféré Catherine Deneuve. ». Il ne m'a pas dit : « Vous m'avez préféré Vincent Perez. » Il m'a dit : « Vous m'avez préféré Catherine Deneuve » ! Il a bien réalisé qu’il n’était possible, pour lui, d’avoir un rôle fort dans le film que si on y avait vu un homme planteur et non une femme planteuse !

indochine,man,to,man,regis,wargnier,kristin,scott,thomas,catherine,deneuve,oscar
Kristin Scott Thomas


C’est un peu la même chose avec Kristin et on le remarque dès le début du film : elle est dans la jungle avec un fusil, elle a une tribu de grands noirs qui travaillent pour elle, elle chasse... C'est très frappant. C’est très spécial de travailler avec Kristin. Elle est très exigeante donc il faut se préparer. Quand on rencontre une actrice et qu'on lui parle d'un film et d'un rôle, on la fait entrer dans un rêve. Kristin, elle prend le rêve et quand elle est sur le plateau, elle veut que ce soit à la hauteur du rêve. Donc elle est la première à rechercher, à batailler, à contester, à poser des questions, à chercher ailleurs... Je me souviens que le premier jour, le chef-opérateur, un Français, s'est exprimé en français sur le plateau. Et elle a dit : « Ah non non non, stop, attendez, attendez ! C'est un film en langue anglaise. Moi, je ne veux pas être schizo sur ce film. Je demande que la langue du tournage soit l'anglais. »

Et de manière très amusante et très féminine, il y a des moments où elle avait besoin d'être plus proche de moi parce que le tournage était dur. Parce que si les rapports avec les acteurs masculins étaient intéressants, ils n'étaient pas nécessairement toujours faciles. Ils étaient productifs mais ils étaient souvent durs. Et quand elle avait besoin de se rapprocher de moi, c'est elle qui parlait en français parce qu'en parlant en français, elle créait avec moi une intimité. C'est évident puisque les autres ne comprenaient pas notre langue. C'est elle finalement qui a baissé la garde sur l'exigence de la langue anglaise pour se rapprocher de moi.

E
t puis ce que j'aime beaucoup chez elle, c'est la joie que nous éprouvons une fois que j'ai indiqué une direction pour le personnage à un moment donné, dans une scène donnée. Une fois qu'on a le sentiment partagé, elle et moi, qu'on y est arrivé, on est très content. Elle dit toujours : « Maintenant, laisse-moi faire autre chose. » Et elle fait deux-trois prises totalement différentes qu'elle improvise. C'est bien parce qu'après, au montage, on se dit qu’on n'avait pas pensé à ça mais que ce qu'elle a fait est intéressant aussi. Et ça, c'est étonnant ! Mais elle a un secret. Qui n'est pas un secret d'ailleurs. (il sourit) Elle le dit, comme Catherine Deneuve d'ailleurs : elle aime jouer. Et quand on dit : « Moteur ! », elles aiment jouer. C'est un plaisir. Elles y vont, elles tentent, elles cherchent… C'est vachement intéressant.

indochine,man,to,man,regis,wargnier,kristin,scott,thomas,catherine,deneuve,oscar


Est-ce que vous acceptez l'étiquette d'humaniste ?


Oui, ça me plaît, moi. J'aime bien ce mot-là parce que, quand même, « humaniste », « humanité », « humain »… C'est vrai que le film essaie de nous parler de l'homme, de ses errements, de ses erreurs, de ses chemins, de ses balbutiements, de sa recherche de la vérité, de son honnêteté, de sa malhonnêteté... Beaucoup de gens me parlent de cet aspect-là des choses. C'est marrant car j’ai vu écrit : « C'est une fresque humaniste. » Moi, j'achète ! Oui, c'est très agréable parce que je crois que c'est ce qu'on a voulu faire.

M
an to Man est votre premier film en langue anglaise. Quels sont les différents éléments qui ont orienté votre choix ?

La langue anglaise m'a donné un peu plus de travail parce que même si je parle bien l’anglais, ce n'est pas ma langue natale. Un tournage demande déjà beaucoup de concentration. Il faut rester sur son chemin et se souvenir du film qu'on a dessiné pendant tous les mois d'écriture et de préparation. Mais il faut aussi être prêt à ce que les choses changent. Il faut savoir où on va tout en acceptant qu'il y ait des incidents de parcours qui vont finalement apporter des choses auxquelles on ne s’attend pas. Et la présence de l’anglais nécessite une concentration supplémentaire, surtout dans la direction d'acteurs. Souvent, c'est un mot, un adjectif qui vont éclairer un acteur et l'emmener ailleurs. C'était donc assez compliqué. C'était peut-être plus fatigant qu'un autre film.

indochine,man,to,man,regis,wargnier,kristin,scott,thomas,catherine,deneuve,oscar
Régis Wargnier

Si les acteurs et techniciens anglo-saxons sont extrêmement bosseurs, disciplinés et présents dans le travail, j’ai toutefois dû m’adapter au fait qu’ils n'ont pas le même rapport au film les Français qui travaillaient sur le film. Ces derniers sont avant tout des gens que je connais tous depuis longtemps. Les Français sont proches, sentimentaux et dans l'affect. Ils partagent avec vous et sont dans l'émotion de leur propre travail. Les techniciens anglais avec lesquels j’ai travaillé sont des gens remarquables et qui font excessivement bien leur métier mais ils le font sans mettre d'affectif dans celui-ci. Sur un film français, on est habitué à être entouré et cajolé, à partager. Les Anglo-Saxons sont des gens très agréables, dont je reconnais vraiment les qualités de travail, mais on ne partage pas autre chose que le travail.

Propos recueillis par Jean-Philippe Thiriart

08:00 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films, Interviews | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : indochine, man, to, regis, wargnier, kristin, scott, thomas, catherine, deneuve, oscar | |  Facebook | |  Imprimer |

28 juin

Sortie Blu-ray de LA LA LAND : La jeunesse, cette promesse

Voilà un film qui fait  beaucoup du bien. Beaucoup de bien ! Vous êtes fatigué de votre journée insurmontable lors de laquelle vous vous êtes retrouvé dépassé, débordé, épuisé. Cependant, vous n’avez ni l'envie de rejoindre le pays des rêves ni le courage d’aller chez Dreamland. Pas de problème : il y a le Blu-ray (le top pour un tel film) ou le DVD de La La Land, disponibles un peu partout depuis quelques semaines !

La La Land est un musical américain réalisé par Damien Chazelle. Lorsqu’on visionne le film, on comprend pourquoi il est devenu, à 31 ans à peine, le plus jeune cinéaste de l’histoire à recevoir l’Oscar du meilleur réalisateur. Tout n’était cependant qu’une question de temps pour celui qui avait déjà réalisé l’incroyable Whisplash (2014).

Le film que nous avons choisi de vous présenter est d’un tout autre genre puisqu’il s’agit réellement d’un film musical à savourer en famille. Le film commence par une scène assez incroyable qui annonce, d'emblée, la couleur ou plutôt... les couleurs du film ! Et elles sont nombreuses.

maxresdefault.jpg

 

La La Land est un film rempli de bons sentiments. Nous n’avions plus vu de films musicaux de la même trempe depuis Singin' in the Rain (Donen et Kelly, 1952), West Side Story (Robbins et Wise, 1961), Les parapluies de Cherbourg (Demy, 1964), Mary Poppins (Stevenson, 1964) ou encore Annie (Huston, 1982). Certaines scènes de La La land resteront en tout cas gravées dans nos mémoires comme le sont certaines de ces comédies musicales.

L’histoire, centrée sur une rencontre amoureuse et les rêves de succès et de reconnaissance des deux tourtereaux est quant à elle très actuelle. Chaque artiste rêve en effet de reconnaissance et éprouve parfois la plus grande des difficultés à allier vie amoureuse et vie artistique pleinement épanouies.

Les acteurs principaux jouent à merveille et démontrent une nouvelle fois qu'ils font partie de ce que Hollywood a de meilleur à nous offrir. Ryan Gossling apparait dans un rôle aux antipodes des Only God Forgives ou Drive et prouve une nouvelle fois toute l’étendue de son talent. Quant à Emma Stone, rien d'étonnant à ce que l’Oscar de la meilleure actrice soit venu récompenser la qualité de son travail. La complémentarité des deux acteurs n’est plus à démontrer après Crazy, Stupid, Love. (Ficarra et Requa, 2011) et Gangster Squad (Fleischer, 2013).

pub Blu-ray 02.jpg

 

Les bonus

Rayons bonus, le Blu-ray offre plus de 20 minutes de bonus additionnels aux déjà sympathiques bonus compris dans le DVD du film. Soit un outil permettant de naviguer entre les chansons du film et deux focus : un sur l'ouverture énorme du métrage et un autre sur Justin Hurwitz, le génie musical grâce auquel le film a été possible.

Les bonus du DVD (compris donc également sur le Blu-ray) reprennent les traditionnels commentaires audio et bande annonce mais aussi des sujets sur la Première du film à Paris et dans le monde, ainsi qu'une galerie d'affiches, notamment.

 

 

Nos cotes

Le film : ****
Les bonus : ***

Belle (re)découverte de La La Land, qui en appellera sans doute bien d'autres !

Raphaël Pieters et Jean-Philippe Thiriart

10:00 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de DVDs, Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la, land, lalaland, ryan, gosling, emma, stone, comédie, musicale, oscar, oscars | |  Facebook | |  Imprimer |

14 févr.

Honoré à la Berlinale, Tim Robbins nous parle de la peine de mort

Depuis Berlin.

Peu après 22 heures, hier soir, nous avons eu la chance de tendre notre micro à Tim Robbins. Le producteur, réalisateur et acteur lauréat d'un Oscar, de deux Golden Globes et d'un Prix d'interprétation à Cannes, était présent dans la capitale allemande pour recevoir une Berlinale Kamera. Le Festival International du Film de Berlin décerne ce Lifetime Achievement Award aux acteurs du cinéma qui l'ont à jamais marqué. L'Américain a gentiment accepté de répondre à nos deux questions, sur la peine de mort et sur son travail de réinsertion des prisonniers de différentes prisons californiennes.

 

 Tim Robbins répondant à nos questions - Copyright Denise Reese, de Ruptly TV


C'est dans le cadre de ce bel honneur que le natif de West Covina, en Californie, a choisi de présenter le film dont il est le plus fier : Dead Man Walking. Film qui a valu à Sean Penn, à Berlin déjà, l'Ours d'Argent du Meilleur acteur et à Susan Sarandon... l'Oscar de la Meilleure actrice ! C'était en 1996.

Vingt ans plus tard, l'inoubliable comédien de L'échelle de Jacob, The Shawshank Redemption et Mystic River, entre autres, a tenu à remercier de tout son cœur le Festival, les festivaliers, les Berlinois et, plus généralement, l'ensemble du peuple allemand, pour tout l'amour qu'ils lui ont donné.

Robbins a évoqué, avec émotion, sa première venue à Berlin en 1985. Époque à laquelle il n'avait pu passer Checkpoint Charlie et se rendre à l'Est pour la seule et bonne raison qu'il avait, dans sa voiture, une cassette des... Rolling Stones. Il a confié, non sans humour, avoir été convaincu d'une chose, ce jour-là : « Un jour, le Mur ne pourrait que tomber. Pour la bonne et simple raison qu'on ne peut pas craindre le rock'n'roll ! ».

Merci Monsieur Robbins.
Pour votre amabilité.
Pour votre contribution au patrimoine cinématographique.
Pour votre engagement.
C'est rare et précieux.

Jean-Philippe Thiriart

10 déc.

Interview du réalisateur d'« Incendies », diffusé ce soir sur RTL-TVI !

Un Incendies qui a enflammé nos cœurs !

Incendies

DRAME

D
e Denis Villeneuve (2010)

Avec Lubna Azabal, Rémy Girard.
Et Mélissa Désormeaux-Poulin, Maxime Gaudette, Abdelghafour Elaaziz.

****

01incendies-poster-0.jpg


Il y a presque cinq ans jour pour jour que nous nous sommes entretenus avec Denis Villeneuve, le metteur en scène d’Incendies. Une très belle rencontre pour évoquer avec le réalisateur de Prisoners et Sicario, entre autres, un film qui nous as énormément touché. Pour la force de son scénario ainsi que pour l’incroyable interprétation de l’actrice principale du film, la Belge Lubna Azabal, d’abord. Mais aussi pour la construction du film. Cette dernière s’avère en effet elle aussi très intéressante car Denis Villeneuve parvient à nous faire sans cesse voyager dans les différents temps de l’histoire de cette famille dont le spectateur découvrira les passé, présent et futur en même temps que les deux enfants du personnage principal du film, Nawal Marwan.

Multi-primé, Incendies s’était vu attribuer le Prix du Public lors de l'édition 2010 du Festival International du Film Francophone de Namur 2010 et allait représenter, quelques mois plus tard, le Canada aux Oscars. Le film est diffusé ce jeudi 10 décembre à 23h10 sur RTL-TVI, après un autre film marquant du réalisateur québécois : Prisoners.

Comment définiriez-vous votre film ?

Denis Villeneuve : C’est un passage à l’âge adulte. C’est l’histoire de jumeaux qui, à la mort de leur mère, décident de remonter son histoire pour découvrir un père et un frère dont ils ignoraient l’existence.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’adapter au cinéma Incendies, au départ l’œuvre du dramaturge libanais Wajdi Mouawad ?

J’ai eu un énorme coup de foudre pour la pièce. J’ai été époustouflé, ébahi, par la beauté et la force, la puissance du texte. C’est un texte qui parle de l’intimité. Ce qui m’a bouleversé dans ce texte, c’est le discours que Wajdi portait sur la colère, comment la colère voyage de génération en génération dans une même famille, dans un même peuple. J’ai trouvé ça extrêmement pertinent et puissant comme thème. Ça a été instantané : on appelle donc ça un... coup de foudre !

02Incendies_6.jpg

Quel a été l’apport de Wajdi Mouawad, lors des différentes phases de la création du film ?

Wajdi m’a donné carte blanche. Quand je l’ai approché, il a été touché mais il n’était pas sûr que c’était une bonne idée d’adapter Incendies pour l’écran parce qu’il venait d’adapter Littoral, sa pièce précédente. Je crois qu’il avait trouvé le cinéma assez lourd. Il était lui-même en train d’écrire une nouvelle pièce - Forêts - qui le happait complètement. Il m’a donné les droits d’Incendies, mais en me disant que j’allais le faire seul, que j’allais être obligé de remonter l’histoire, d’effectuer le même chemin que lui. Il est parti à Paris et puis il m’a laissé travailler sur Incendies. C’est un immense cadeau parce que je n’avais pas le poids de son regard derrière moi. Il m’a permis de faire des erreurs. Je dirais donc que sa participation à l’écriture du scénario s’est faite principalement au début du processus parce qu’il me donnait des pistes : certains photographes, certains textes, certains passages de la Bible… C’était très excitant pour moi parce qu’il m’ouvrait l’atelier initial, l’atelier de genèse d’Incendies. C’est vrai qu’il m’a donné les clés de base : tout ce qu’il avait espéré au départ. C’est un cadeau énorme ! Il m’a vraiment donné son « access », son intimité créatrice. Puis il m’a laissé avec cela et je me suis débrouillé. Je ne savais pas faire autrement de toute façon !

En quoi vous êtes-vous éloigné de la mise en scène de Wajdi Mouawad et sur quels points le rejoignez-vous en la matière ?

C’est une très bonne question ! Je dirais que Wajdi avait créé, dans sa mise en scène, des images d’une très grande force, une force très théâtrale, qui n’étaient pas adaptables au cinéma dans un cadre naturaliste. Cela n’aurait pas du tout fonctionné. C’était très important pour moi de respecter les thèmes et la structure dramatique, que je trouvais très belle, et que j’ai modifiée par rapport au temps et à l’espace pour modeler le scénario, le film. Je suis resté le plus proche possible de la quête du personnage de Nawal. La quête de Nawal était la référence de départ parce que c’était le personnage de base. Et la Bible, je la traînais quotidiennement avec moi sur le plateau. Ça a été ma référence tout au long du processus de fabrication du film. La pièce et le film sont complètement différents. Je me suis complètement approprié la pièce. J’ai carrément bousillé la poésie de Wajdi, un texte absolument magnifique que j’ai volontairement massacré pour arriver à en extirper des images et puis à faire du cinéma ! Ce qui est lié, ce sont vraiment les personnages principaux et puis les thèmes de base. La pièce était beaucoup plus touffue. Elle contenait beaucoup plus de violence. Il y avait nombre d’événements supplémentaires. Le film est plus concis et peut-être plus simple que la pièce. J’ai parfois résumé quatre pages de texte en une image.

Êtes-vous d’accord avec moi si je vous dis que les mots « traumatisme » et « thérapie » sont, parmi d’autres bien sûr, deux mots-clés du film ?

Ça me fait extrêmement plaisir de vous entendre dire cela ! Je pense que c’est la
première fois qu’un journaliste me parle de « thérapie ». C’est tout à fait le cas ! C’est un texte qui parle de guerre, du Moyen-Orient et de conflits qui me sont très éloignés. Mais il parle aussi de la famille. Et c’est par l’angle de la famille, par l’angle de l’intimité dans une famille, que j’ai pu aborder ce texte. Dès lors, j’ai accentué ce thème dans le film. Il y a un rapport à la thérapie. Pour moi, un des premiers pas, en thérapie, consiste à retourner aux origines de la colère. L’idée, c’est de se dégager de ces colères névrotiques qui viennent en soi entraver la véritable liberté, qui nous empêchent d’être de véritables adultes. Et je trouve que ces thèmes sont très présents dans le cinéma d’une manière ou d’une autre. Dans
Incendies, ces thèmes étaient vraiment bien articulés. Et moi, ça m’a profondément touché. Je rajouterais que Wajdi m’avait dit que pour être capable d’adapter la pièce, il fallait que je fasse un travail d’introspection important pour être capable de transposer le théâtre au cinéma. Et ne fût-ce que entrer en relation avec le texte sous le bon angle, ça m’a pris des mois.

03image-1.jpg


Quelles options principales avez-vous délibérément choisies à l’heure de scénariser et puis de réaliser Incendies ?

Il y a un point très important. La pièce se déroulait dans un Liban imaginaire. Tout le monde devinait que c’était le Liban parce que Wajdi est d’origine libanaise. Mais le Liban n’était jamais nommé. Tous les lieux sont des lieux inventés. Les événements sont une très grande transposition de la réalité. À un moment, j’ai été très tenté de « marier » l’histoire, l’histoire du Liban. J’ai eu très envie d’incarner le film dans Beyrouth. J’allais me casser la gueule pour plusieurs raisons et j’ai eu de l’aide, des conseils de mes amis libanais et de Wajdi. J’ai ré-opté pour l’imaginaire, pour des régions imaginaires. C’est la grande question qui s’est posée dans la scénarisation.

Pouvez-vous nous parler de la manière dont vous avez structuré votre récit, en y imbriquant une série de sous-récits ?

La structure de la pièce travaille sur deux présents : le présent des jeunes et le présent de la mère. Personnellement, je n’aime pas les flashbacks au cinéma. Mais ici, je trouvais que les choses étaient vraiment bien articulées. J’ai trouvé cette structure dramatique vraiment en accord. Elle est originale parce que si l’on observe bien les choses, on constate quelque chose de particulier à ce niveau-là dans la pièce, que j’ai essayé de restituer dans le film. On suit le parcours de la fille et puis on la quitte. On entre alors en relation avec la mère dans le même état émotif que dans celui dans lequel on a quitté la fille. On suit un parcours avec la mère, qui nous amène au prochain état de la fille. Il y a une espèce de dialogue de réciprocité, d’échange dramatique et émotif entre les deux temps. J’ai essayé de conserver ça le plus possible. J’ai été obligé de modifier cette structure mais cette idée, cette manière de raconter l’histoire, était à l’origine dans la pièce.

Vous avez conquis un public assez large là où le film a été présenté. Estimez-vous que le sujet que vous traitez dans Incendies est universel et si oui, en quoi ?

C’est une bonne question. Je pense que les idées de Wajdi sont déjà très fortes à la base. Son théâtre voyage beaucoup. Je ne peux pas m’approprier cela. Il faut rendre à César ce qui appartient à César ! Le film fonctionne grâce à la beauté des idées de Wajdi Mouawad. Si le film est vendu partout dans le monde, c’est grâce à ses idées à lui. Ce sont elles qui font que le film a ce succès. Je pense que cela touche toutes les personnes, qu’elles soient de n’importe quel peuple. À l’intérieur-même d’une famille, le rapport entre le parent et l’enfant est toujours à la base de la construction d’un être humain. C’est tellement universel comme propos, le rapport entre l’enfant et son parent, la colère qui est engendrée chez l’enfant de par le comportement de l’adulte, le silence, l’absence de l’adulte... C’est quelque chose qui voyage partout. Ce que je trouve assez admirable, c’est que Wajdi était capable d’en parler que ce soit dans l’intimité, comme je le disais plus tout, mais aussi de l’illustrer, de travailler dans un espace beaucoup plus large qu’une région ou un pays en conflit, de parler de cette idée de colère, qui hante une société mais aussi un individu.

05Incendies-007.jpg


Quelques mots sur deux de vos acteurs à présent, si vous le voulez bien...

Pourriez-vous d'abord nous parler de la façon dont vous avez travaillé avec votre actrice principale, la Belge Lubna Azabal, et nous expliquer pourquoi vous l’avez choisie, elle, pour interpréter le rôle de Nawal Marwan ?

En réalité, j’ai fait du casting à Paris et c’est Constance DeMontefoy, la directrice de casting à Paris, qui m’a donné la clé. Je donne son nom parce que ces gens-là ne sont jamais nommés. C’est elle qui m’a dit qu’elle allait, certes, me faire rencontrer une série de comédiens. Mais elle m’a surtout très clairement fait comprendre que Nawal Marwan, c’était Lubna Azabal. Il était impératif, pour elle, que je rencontre Lubna. J’ai eu un entretien avec elle et j’ai été très impressionné par sa présence et par ce qu’elle dégageait. On a parlé de la pièce de théâtre de Wajdi et on a fait un bout d’essai. On dit souvent que « Casting is everything. » mais je pense que c’est vrai ! Quatre-vingt-quinze pourcent de la direction de comédiens, c’est le casting au départ. Et Lubna Azabal avait cette force intérieure, ce feu. Elle a quelque chose de gitan. En anglais, on dit une « drive ». Au-delà du fait que c’est une excellente comédienne, c’est quelqu’un qui est capable de faire passer beaucoup avec juste un regard. Pour moi, c’est très important. À l’écran, elle dégageait quelque chose de très fort. Il est important qu’on puisse croire que ce personnage-là traverse la guerre, soit issu d’un village modeste à la campagne sur une frontière au Moyen-Orient. Quelqu’un qui subit une grande violence et soit capable d’avoir un écho de résilience par rapport à cette violence-là. On sent qu’il y a derrière la comédienne une force, une capacité d’adaptation. Je sentais ça chez Lubna. Et j’estime que les gens les gens qui ont vu la pièce et qui vont voir le film vont nécessairement avoir des déceptions parce que ce sont deux objets complètement différents. Ils vont avoir des deuils. Mais il y a un deuil qu’ils n’auront pas, et c’est ma grande fierté dans le film, c’est que Nawal Marwan, c’est Lubna Azabal. J’en suis intimement convaincu. C’est très touchant parce qu’à la première du film, à Montréal, la femme qui a créé Nawal Marwan au théâtre était là et elle a trouvé Lubna extraordinaire. Elle a trouvé que c’était vraiment l’incarnation de Nawal, qu’on ne s’était pas trompé du tout.

L’intuition joue un grand rôle à l’heure de choisir un comédien. Par la suite, pour le travail avec le comédien, j’aime beaucoup répéter. Mais ce qui est essentiel à mes yeux, c’est d’entrer en relation avec la personne, comprendre la tête qui est devant moi, comprendre quel genre de vocabulaire je dois utiliser pour aller rejoindre cette personne et pour créer une certaine complicité. Il faut que j’acquière la confiance de l’autre. Je dois être en lien avec cette personne pour être capable de la diriger. Tous les acteurs sont différents. On n’avait pas tout l’argent du monde pour faire le film et on a souvent manqué de temps. Plusieurs scènes ont été tournées à une vitesse incroyable puisqu’on faisait parfois une ou deux prises seulement. Et Lubna s’est montrée très engagée et très combative. Comme une parachutiste, elle ne pose pas de questions, elle saute dans le vide et puis elle atterrit. C’est une actrice très intuitive. Il faut que tout l’aspect cérébral soit fait pendant la préparation. Il ne faut ensuite plus poser de questions. Il faut agir. Il faut vivre.

Dans Incendies, vous dirigez également Rémy Girard…

Rémy, j’avais pensé à lui dès l’écriture du scénario, pour le rôle du notaire Lebel. C’était le seul que j’avais choisi en écrivant le scénario. J’avais deux noms en tête pour faire ce personnage : Rémy et Roman Polanski. Je trouvais que Roman Polanski avait, comme Rémy, les qualités pour jouer le notaire Lebel. Mais pour des raisons évidentes (il rit), il ne pouvait pas venir en Amérique. De toute façon, Rémy était parfait. J’étais très heureux qu’il accepte le rôle. C’est un comédien très connu chez nous.

041462047_3_9d72_lubna-azabal-et-melissa-desormeaux-poulin.jpg


Un véritable monstre sacré du cinéma québécois !

Oui, c’est ça ! C’est un habitué des grands rôles. Et puis il s’est complètement donné, dans une grande générosité, avec une énorme présence ! J’ai adoré travailler avec lui. On m’avait mis en garde en me disant qu’il pouvait être redoutable et puis il s’est avéré être un ange sur le plateau. C’était très touchant pour moi parce qu’il faut savoir que le notaire Lebel est un personnage qui m’est très cher pour toute une série de raisons. Une d’entre elles est que mon grand-père était notaire. Son frère était notaire. Mon père était notaire. Mes oncles sont notaires. Ma tante a marié un notaire. Bref, je suis entouré de notaires ! Mon frère est avocat… Je suis entouré d’un monde que je connais fort bien. Je me souviens que quelqu’un m’avait dit dans une salle l’autre jour que le personnage incarné par Rémy Girard était très… notaire ! Presqu’un peu trop, presque caricatural... Mais j’ai tout de suite répondu à cette personne que c’était tout le portrait de mon père. Que si mon père descendait dans un camp de réfugiés au Moyen-Orient, il aurait sa cravate ! (il rit) C’est vraiment un personnage qui m’est très cher.

08:50 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films, Interviews | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : incendies, denis, villeneuve, lubna, azabal, remy, girard, oscar | |  Facebook | |  Imprimer |