09 oct.

Palmarès du 32e FIFF et Interviews de Vanessa Paradis, Samuel Benchetrit et Martin Provost

Ce vendredi soir avait lieu la Cérémonie de remise des Bayard et autres Prix du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF). Les différents prix décernés lors de cette dernière soirée de cette 32e édition ont permis à certains films d’être particulièrement remarqués.

Palmarès de la Compétition Officielle longs métrages

Le Jury de la Compétition Officielle longs métrages était présidé par Martin Provost, qui nous a fait la gentillesse de commenter le Palmarès de celle-ci.


Le Bayard du Meilleur comédien a été attribué à Vincent Macaigne pour son rôle dans Chien de Samuel Benchetrit. En l’absence de Vincent Macaigne, le réalisateur a déclaré : « Vincent a à la fois neuf ans et cent ans. Il est insaisissable. »
Le Bayard de la Meilleure comédienne a été octroyé à Camille Mongeau pour son rôle dans Tadoussac de Martin Laroche.
Le Bayard de la Meilleure photographie a été décerné à une légende vivante : Raymond Depardon pour son film 12 jours.
Le Bayard du meilleur scénario revint à Samuel Benchetrit pour Chien.
Le Prix Spécial du Jury est venu récompenser Maman Colonelle de Dieudo Hamadi.
Enfin, le Bayard d’Or du Meilleur film était décerné – jamais deux sans trois - à Chien de Samuel Benchetrit !


Premières œuvres de fiction

Le Prix Découverte a été attribué à Ivana Mladenovic pour son film Les Soldats.
Le Bayard de la Meilleure première œuvre de fiction était quant à lui décerné à Sofia Djama pour son film Les bienheureux. Elle a déclaré, avec une certaine émotion, que « l’Algérie est condamnée à passer à autre chose ». Elle qui aimerait « dire aux ministres algériens de la culture que nos rêves sont plus grands qu’eux ».

Compétition Officielle courts métrages

Une Mention a été décernée à Luka Sauke pour son rôle dans Le Petit de Lorenzo Bianchi.
Le Prix Spécial du Jury revint au libanais Salamat From Germany de Una Gunjak et Rami Kodeih pour qui ce prix montre que « un cri a été entendu dans un monde qui devient divisé et absurde ».
Le Bayard d’Or du Meilleur court métrage a été attribué à Written/Unwritten du Roumain Adrian Silisteanu.

fiff,palmares,vanessa,paradis,martin,provost,samuel,benchetrit,chien,festival,international,film,francophone,namur
Clotilde Hesme a remis le Bayard d'Or du Meilleur court métrage à Written/Unwritten


Compétition Nationale Fédération Wallonie-Bruxelles

Une Mention a été décernée à Kapitalistis de Pablo Muñoz Gomez.
Piotr Biedron et Tijmen Govaerts ont reçu le Prix d’interprétation pour leurs rôles dans Passée l’aube de Nicolas Graux.
Le Prix de la Meilleure photographie revint à Olivier Boonjing pour son beau travail sur Le film de l’été d’Emmanuel Marre.
Le Prix spécial du Jury a été attribué à L’enfant né du vent de David Noblet.
Et c’est Emmanuel Marre qui a remporté le Prix du meilleur Court métrage pour Le film de l’été.

Autres Prix

L
e Prix du Jury Junior revint au très touchant Petit paysan de Hubert Charuel qui a confié, non sans humour, être « ravi de voir que ce petit paysan qui tue ses vaches à coups de hache a plu à un jeune public », y voyant « un signe d’espoir ».

Les Prix du Public Court métrage, Documentaire, et Long métrage Fiction ont été décernés respectivement à Kapitalistis du Belge Pablo Muñoz Gomez, Carré 35 du Français Éric Caravaca et au film burkinabé Wallay du Suisse Berni Goldblat.

fiff,palmares,vanessa,paradis,martin,provost,samuel,benchetrit,chien,festival,international,film,francophone,namur
Berni Goldblat, réalisateur de Wallay, un des Prix du Public


Prix Off

Le Prix Cinévox et le Prix de la Critique du Meilleur long métrage belge ont été attribués à Drôle de père d’Amélie van Elmbt.
Le Prix Be TV du Meilleur long métrage est venu récompenser Petit paysan du Français Hubert Charuel.
Le Prix Arte du Meilleur court métrage et le Prix RTBF du Meilleur court métrage belge reviennent tous deux au film Les corps purs de Bérangère Mc Neese et Guillaume de Ginestel.
Enfin, le Prix Be TV du Meilleur court métrage belge a été octroyé à Icare de Nicolas Boucart.

fiff,palmares,vanessa,paradis,martin,provost,samuel,benchetrit,chien,festival,international,film,francophone,namur
Pablo Munoz Gomez, réalisateur de Kapitalistis, lauréat de deux Prix cette année


N
’hésitez pas à...

- liker notre page Facebook,
- nous suivre sur Twitter,
- vous abonner à notre chaîne YouTube, et à
notre compte Instagram, alimenté pendant ce FIFF 2017 par les jolies images de notre photographe Sylvie Cujas !

Vive le cinéma francophone et à bientôt à Namur et... ailleurs !

Jean-Philippe Thiriart et Raphaël Pieters

17 oct.

Retour sur la cérémonie de clôture du 30e FIFF

01 - Finale Bayard.jpg
Les lauréats des Bayard d'Or et autres Prix, à l'issue de la cérémonie de clôture © Sandrine David

 

Le Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) s'est clôturé vendredi dernier avec sa traditionnelle cérémonie de remise des Bayard d'Or et autres Prix. Ce après la projection de plus de 150 films issus des quatre coins de la Francophonie. S'il entre dans la trentaine, le FIFF ne manque pas de se tourner vers l'avenir. En témoignent les différents ateliers proposés cette année, dont la « Manufacture de Namur ».
La déléguée générale et le président du Festival ont pris la parole avant de la céder Vanessa Paradis, coup de cœur de cette édition anniversaire. Celle qui fêtera bientôt elle-aussi ses 30 ans de cinéma s'est dite très honorée de se voir ainsi mise en avant pour la première fois en tant qu'actrice.

02 - Vanessa Paradis(2).jpg
Vanessa Paradis, fleurie par les organisateurs du Festival © Sandrine David

 

Est alors venu le moment d'annoncer les noms des lauréats des Prix Off, remis la veille sous le Chapiteau du Festival.
Encadré par la sympathique Cathy Immelen, le Jury Cinévox a décerné son Prix du Meilleur Long Métrage Belge à l'énorme Je me tue à le dire de Xavier Seron, présenté à Namur en première mondiale. Nous n'avons pas manqué d'accorder une large couverture au film de Xavier le jour de sa présentation à Namur, film auquel un large espace sera réservé sur En cinémascope.

03 - Equipe de Je me tue à le dire.jpg
L'équipe de Je me tue à le dire, Prix Cinévox © Sandrine David

 

Les deux associations de journalistes cinéma que sont l'UCC et l'UPCB, qui remettent depuis plusieurs années un Prix dans de  nombreux festivals nationaux, ont pour la première fois récompensé un long métrage belge présenté à Namur. Et c'est Guillaume Senez et son Keeper qui l'ont emporté. Le réalisateur nous avait déjà fort marqué avec son court métrage Dans nos veines, présenté au FIFF en 2009.
Le Prix Be TV du Meilleur Court Métrage belge a été décerné à Tout va bien, de Laurent Schneid, tandis que les Prix ARTE et Format Court du Meilleur Court Métrage international sont allés respectivement aux films belges Nelson, de Thomas Xhigness et Juliette Klinke, et Renaître, de Jean-François Ravagnan.

04 - Nathalie Baye.jpg
Nathalie Baye, une des nombreux invités du FIFF 2015 © Sandrine David

 

Palmarès, suite...

Le reste du palmarès, dévoilé vendredi dernier donc, a commencé par la remise du Prix du Meilleur clip à She’s bad, réalisé par Jean-Philippe Chartrand et Benjamin Mege pour l'artiste DyE, accompagné de The Egyptian Lover.

Compétition Nationale Fédération Wallonie-Bruxelles
Courts métrages

Une mention a été accordée à
Zoufs, de Tom Boccara, Noé Reutenauer et Émilien Vekemans « pour son propos lumineux, appuyé par une caméra maitrisée ». Le Prix de la Meilleure photographie a été décerné à Léo Lefèvre pour le film Les Amoureuses, de Catherine Cosme. Le Prix d'interprétation était cette année collectif. Il a en effet été remis aux cinq comédiennes du film Le sommeil des amazones, de Bérangère McNeese : Sophie Breyer, Judith Williquet, Lou Bohringer, Olivia Smets et Stéphane Caillard. Le Prix spécial du Jury est allé à Dernière porte au Sud, de Sacha Feiner, que nous avions rencontré dans le cadre du dernier Festival International du Film Fantastique de Bruxelles (BIFFF). Sacha n'est autre que le réalisateur de Gremlins Fan Film, hommage à Joe Dante et à ses célèbres créatures visionné plus de... 800 000 fois sur YouTube ! Et le Prix du Meilleur Court Métrage a été décerné à The Hidden Part, de Monique Marnette et Caroline D’hondt, produit par Marion Hänsel et dont la photo est également signée Léo Lefèvre.

05 - Arno.jpg
Arno, venu présenter, aux côtés de Nathalie Baye, le film Préjudice © Sandrine David


... et fin !


Compétition Officielle
Courts métrages

Une Mention a été attribuée à
Père, de Lotfi Achour (Tunisie/France). Le Prix spécial du Jury a été décerné à Ton cœur au hasard, de Aude Léa Rapin (France). Et le Bayard d’Or du Meilleur Court Métrage est venu récompenser Waves ‘98, de Ely Dagher (Liban/Qatar), un projet qui a mis trois ans à se concrétiser.

Compétition Première Œuvre de fiction

Composé de jeunes de 18 à 25 ans issus de la Francophonie, le Jury Émile Cantillon a accordé une Mention au film Le Nouveau, de Rudi Rosenberg (France), le Prix Découverte à Ni le ciel ni la terre, de Clément Cogitore (France/Belgique) et le Bayard d’Or de la Meilleure première œuvre de fiction à À peine j’ouvre les yeux, de Leyla Bouzid (Tunisie/Belgique/France/Émirats arabes unis), « œuvre absolument nécessaire et d'une rare intensité ».

06 - Olivier Gourmet.jpg
Olivier Gourmet, Président du Jury Officiel Longs métrages © Sandrine David

Compétition Officielle Longs métrages

Le Bayard d’Or du Meilleur scénario a été attribué à Philippe Claudel pour son script d'Une enfance (France). Celui de la Meilleure photographie a été décerné à Marius Panduru pour le film Aferim !, de Radu Jude (Roumanie/Bulgarie/République Tchèque/France), « film puissant, maîtrisé, dont la photo ne faisait pas d'ombre au propos ». Les Bayard d’Or des Meilleurs comédienne et comédien sont venus récompenser les interprétations de Loubna Abidar dans Much Loved, de Nabil Ayouch (Maroc/France), et de Dominique Leborne, dans Tempête, de Samuel Collardey (France). Dominique Leborne a bluffé Olivier Gourmet tandis que Loubna Abidar a été récompensée « pour son talent, son courage et son énergie ».

Le Jury a accordé une Mention Spéciale, un « coup de cœur » à
Welcome Home, de Philippe De Pierpont (Belgique). Le Prix Spécial du Jury est allé à Our City, de Maria Tarantino (Belgique/pays-Bas). Si « chaque film avait un regard pertinent sur le monde », c'est Tempête, de Samuel Collardey que le Bayard d'Or du Meilleur Film est venu couronner, « pour sa forme, sa simplicité et son humanité ». Un film dans lequel l'acteur principal joue son propre rôle, acceptant que soient remises en scène des situations parfois douloureuses de sa vie. Samuel Collardey nous avait déjà beaucoup touché avec son court métrage Du soleil en hiver, présenté au FIFF voici dix ans déjà.

07 - Equipe Tempête et 2 Bayards.jpg
Samuel Colardey et ses comédiens, grands gagnants du 30e FIFF avec Tempête © Sandrine David


Signalons enfin que quatre autres prix ont été décernés cette année au FIFF : le toujours très touchant Prix du Junior et les trois Prix du Public, toujours fort appréciés eux-aussi. Le Prix du Public du Meilleur Long Métrage de Fiction, celui du Meilleur Long Métrage Documentaire et celui Meilleur Court Métrage ont été décernés respectivement au film Le Nouveau, de Rudi Rosenberg (France), Éclaireurs, de Christophe Hermans (Belgique) et XYZ, The City Hunter, de M. Tikal (Belgique). Composé de sept jeunes belges âgés de 12 à 13 ans, le Jury Junior a récompensé de son Prix Paul à Québec, de François Bouvier (Québec) « pour l'histoire touchante, pour les émotions fortes et pour les performances des acteurs ».

Rendez-vous du 30 septembre au 7 octobre 2016 à Namur pour la 31
e édition du Festival !

08 - Vanessa Paradis(1).jpg
Vanessa Paradis à la rencontre du public namurois © Sandrine David

17:58 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, vanessa, paradis, nathalie, baye, arno | |  Facebook | |  Imprimer |

02 oct.

Bon annif le FIFF : c'est le 30e !

Le Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) participe au rayonnement de la culture des pays issus des 80 États et gouvernements qui constituent la Francophonie de bien belle manière. Et ça fait trente ans que ça dure. Plus grand festival de cinéma francophone au monde, le FIFF accueille, le temps d'une semaine, plus de 32 000 spectateurs. Cette année, le Festival fera une nouvelle fois battre le cœur de la cité mosane à 24 très belles images par seconde transformant, sept jours durant, la capitale de la Wallonie en capitale... du cinéma francophone mondial.

logo-fiff2015.jpg


Projections, animations... émotions !

Au programme, la projection, à partir de ce vendredi 2 octobre, de plus de 150 films de tous formats (longs et courts métrages, dont une série de clips musicaux, entre autres) et genres cinématographiques (fiction, animation et documentaire). Signalons que le film belge
Préjudice ouvrira le Festival. Parmi tous ces films, nombreux s'inscriront dans les différentes compétitions du Festival : officielles longs métrages et courts métrages (nationale et internationale), Émile Cantillon, Jury Junior, Clips, Cinévox, et Jury UCC-UPCB.

Le vendredi 9 octobre, le FIFF se clôturera en grandes pompes avec la traditionnelle cérémonie de remise des Bayard et autres prix au Théâtre Royal de Namur, ainsi que la projection du film français Je suis à vous tout de suite. Les jurys de cette édition 2015 récompenseront ainsi de bien belle manière les différents talents de cette cuvée forcément très spéciale. C'est qu'on a pas tous les jours trente ans !

Et les organisateurs du Festival de Namur l'ont compris, bien décidés à mettre les petits plats dans les grands. Afin de ravir les papilles des cinéphiles bien sûr, des cinéphages, aussi, mais également du grand public, qui trouvera forcément son compte dans la pléthore de séances et d'activités proposées.
À côté des films et des échanges avec les talents venus des quatre coins de la Francophonie, seront ainsi organisés ateliers, rencontres, animations, expositions et plus car affinités.

Vanessa ? Paradis !

Avec un Coup de Cœur pour Vanessa Paradis, qui sera notamment présente à Namur le vendredi 9 pour un échange avec le public, une rencontre autour du scénario avec Abderrahmane Sissako, le lundi 5, et des jurys officiels longs métrages et courts métrages présidés, respectivement, par deux des plus grands comédiens belges que sont Olivier Gourmet et Lubna Azabal, un petit quelque chose nous dit que ce FIFF soufflera ses 30 bougies avec brio !

 

vanessa paradis.jpg
Vanessa Paradis, Coup de Cœur du FIFF 2015 !


Cette année, nous avons choisi de faire plus que jeter un regard attentif sur un des éléments moteurs du Festival : le FIFF Campus. Nous nous sommes en effet entretenus avec Sophie Verhoest, responsable de cette section consacrée aux 3-25 ans. Ce lors de la dernière émission radio En cinémascope, sur RCF.
Vous l'avez ratée ? Aucun souci : vous pouvez la découvrir ici !
L'occasion de discuter avec Sophie du cinéma pour les jeunes et du cinéma... par les jeunes était trop belle et nous ne nous en sommes pas privés !

Rendez-vous à Namur !

Envie de découvrir des univers cinématographiques rafraîchissants ?
De retirer du médium qu'est le cinéma tout ce qu'il a à vous offrir ?
Et de faire sa fête au cinéma francophone, qui vous fera aussi - nous en prenons les paris - la vôtre ?

Alors direction Namur, de ce vendredi 2 au vendredi 9 octobre 2015, où rendez-vous vous est donné dans les différents lieux de projection et au cœur des nombreuses animations du 30e Festival International du Film Francophone de Namur !

Excellent Festival à toutes et à tous et à très bientôt sur En cinémascope, que ce soit sur le site, en radio, sur Facebook, Twitter et YouTube ou encore sur notre compte Instagram récemment créé et que nous ne manquerons pas d'alimenter avec les photos de nos photographes présents à Namur !

 


Toutes les infos relatives au Festival sont sur
http://www.fiff.be/.

 

dates.jpg

02:35 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Présentations de festivals | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiff, festival, international, film, francophone, namur, vanessa, paradis | |  Facebook | |  Imprimer |