28 févr.

3 interviews autour de " Pas son genre " aux Magritte

L'un est le compagnon et le metteur en scène de l'une. Cette dernière, sa muse, était, après un Magritte de la Meilleure actrice dans son dernier film à lui, Illégal, nominée cette année au Magritte de la Meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation dans le film d'un autre, Pas son genre.

L'un, c'est Olivier Masset-Depasse.
L'une, c'est Anne Coessens.
Et l'autre, enfin, c'est Lucas Belvaux.

Parole leur est donnée aujourd'hui dans le cadre d'interviews qu'ils nous ont accordées. Avant la cérémonie pour les deux premiers cités et pendant celle-ci, juste après s'être vu remettre le Magritte du Meilleur scénario, pour ce dernier.

_DSC4656-2.jpg
Olivier Masset-Depasse, réalisateur d'Illégal, notamment


Interview-express d'Olivier Masset-Depasse

Quelle est votre actualité ?

Je viens de terminer un téléfilm pour CANAL+ et je tournerai mon prochain film en 2016.

Quelques mots sur celui-ci ?

Il s'agira d'un thriller. On partira dans les années 60. Dans le style d'Hitchcock et de Polanski.

Vous tournez des films assez différents...

J'essaie, oui. Pas forcément sur le fond mais sur la forme. J'aime bien voyager, expérimenter.

_DSC4666-2.jpg
Anne Coesens, nominée cette année au Magritte du Meilleur second rôle féminin


Interview d'Anne Coesens

Un mot sur votre présence ici ? Vous êtes là chaque année...

Pas l'année dernière. (Elle sourit.)

Mais vous étiez invitée ?

C'est vrai. Personnellement, j'adore les Magritte. Mais c'est très agréable aussi de les regarder à la maison, avec un petit plateau télé.

Ce 7 février aura lieu la projection en direct de la cérémonie à l'UGC De Brouckère, au terme de laquelle vous serez présente pour donner à voir au public, en avant-première, le film belge Tous les chats sont gris.
Plus de 700 personnes rassemblées pour la première fois dans ce cadre dans la salle Le Grand Eldorado, ça vous inspire quoi ?

Je trouve ça extraordinaire pour un premier film. J'ai beaucoup de tendresse pour ce film-là. Et cette mise en lumière là, c'est un très beau cadeau pour le film.

Un petit mot pour une certaine Marie-Cécile, qui fête son anniversaire ce samedi 7 février ?

(Elle rit.) Et bien, Marie-Cécile, je te souhaite un très joyeux anniversaire ; tu as choisi le bon jour en tout cas !
Elle sera là-bas ?

Tout à fait.

Alors, je lui souhaiterai un bon anniversaire après la présentation du film.

Comment envisagez-vous votre présence ici dans le cadre de la nomination au Magritte du Meilleur second rôle, dans un film de Lucas Belvaux en particulier ?

C'est très bien d'avoir un premier rôle mais avoir un second rôle, c'est quelque chose de très positif également. J'ai été très heureuse de faire ce film parce que Lucas est le seul à m'avoir offert un rôle un peu plus clair, un peu plus lumineux. C'est très agréable pour moi de sortir de rôles un peu plus tragiques.

Trop de rôles tragiques proposés par un certain Olivier Masset-Depasse ?

Oui, il ne m'offre que des rôles tragiques. (Elle rit.)

On vous verra bientôt dans son prochain film, n'est-ce pas ?

Oui, il est en écriture.

_DSC4754-2.jpg
Lucas Belvaux, lauréat du Magritte du Meilleur scénario pour Pas son genre


Interview-express de Lucas Belvaux

Félicitations pour ce Magritte du Meilleur Scénario, votre deuxième après celui obtenu pour 38 témoins voici deux ans ! Vous adaptez en réalité ici un roman en y apportant votre touche.

Ce n'est pas tellement un choix. Cette touche, c'est quelque chose d'inconscient, de naturel. À partir du moment où on filme un livre, il y a forcément le regard du réalisateur qui vient s'imprimer sur la pellicule. Je ne cherche pas à mettre ma touche. J'essaie plutôt de trouver un livre qui me correspond et qui raconte ce que j'ai envie de raconter à un moment donné. Une adaptation, c'est, avant tout, une rencontre entre un livre et un lecteur.

En 1986 déjà, vous étiez nommé au César du Meilleur espoir masculin. Le jeu, ça ne vous manque pas ?

Non, ça ne me manque pas. Je pense que ma vocation, c'était plus de faire des films que de jouer dedans.

13:03 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Bilans de festivals, Interviews | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : magritte, cinéma, belge, belvaux, coesens, masset, depasse, pas, son, genre | |  Facebook | |  Imprimer |

26 août

Le peuple n'aime pas le peuple

Interview de Kouakou Gbahi Kouakou

 

16:11 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Articles non liés au cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peuple, aime, pas, kouakou, ghahi | |  Facebook | |  Imprimer |

Kouakou Gbahi Kouakou - Le peuple n'aime pas le peuple

16:10 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Articles non liés au cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kouakou, gbahi, peuple, aime, pas | |  Facebook | |  Imprimer |