12 févr.

Retour sur les Magritte du cinéma en 6 vidéos & Concours Exclusif

Le samedi 3 février dernier au Square, à Bruxelles, a été célébrée la 8e cérémonie des Magritte du cinéma. Insyriated (Une famille syrienne) est le grand gagnant de la soirée avec six Magritte remportés pour autant de nominations. « Carton plein » donc, comme le confirmera le réalisateur du film, Philippe Van Leeuw, qui repart personnellement avec les statuettes des Meilleurs Film, Réalisateur et Scénariste.

Nous étions présents aux Magritte avec ProximusTV.be et avons réalisés, à cette occasion, un reportage et cinq capsules vidéo.


Concours Exclusif : 10 x 5 films à gagner avec UniversCine !

Envie de gagner un des 10 pass mis en jeu pour 5 films sur la plateforme cinéma UniversCine.be ? Rien de plus facile !
Il vous suffit d'envoyer un mail, avant le 15 février à minuit, à jeanphilippe.thiriart@gmail.com, dans lequel vous complétez la phrase :
« Pour moi, le cinéma belge, c'est... ».
10 réponses seront tirées au sort, pour autant de pass cinéma remportés !
Les gagnants seront avertis par mail et recevront un code d'accès unique.


Notre reportage et nos capsules vidéo

Les Magritte 2018 from Skynet iMotion Activities on Vimeo.

 

 

 

 

 



Et n’hésitez pas à découvrir l’article de Valérie Nimal pour ProximusTV.be sur le palmarès des Magritte 2018 !

Jean-Philippe Thiriart

Retour sur les Magritte du cinéma en 6 vidéos & Concours Exclusif

Le samedi 3 février dernier au Square, à Bruxelles, a été célébrée la 8e cérémonie des Magritte du cinéma. Insyriated (Une famille syrienne) est le grand gagnant de la soirée avec six Magritte remportés pour autant de nominations. « Carton plein » donc, comme le confirmera le réalisateur du film, Philippe Van Leeuw, qui repart personnellement avec les statuettes des Meilleurs Film, Réalisateur et Scénariste.

Nous étions présents aux Magritte avec ProximusTV.be et avons réalisés, à cette occasion, un reportage et cinq capsules vidéo.


Concours Exclusif : 10 x 5 films à gagner avec UniversCine !

Envie de gagner un des 10 pass mis en jeu pour 5 films sur la plateforme cinéma UniversCine.be ? Rien de plus facile !
Il vous suffit d'envoyer un mail, avant le 15 février à minuit, à jeanphilippe.thiriart@gmail.com, dans lequel vous complétez la phrase :
« Pour moi, le cinéma belge, c'est... ».
10 réponses seront tirées au sort, pour autant de pass cinéma remportés !
Les gagnants seront avertis par mail et recevront un code d'accès unique.


Notre reportage et nos capsules vidéo

Les Magritte 2018 from Skynet iMotion Activities on Vimeo.

 

 

 

 

 



Et n’hésitez pas à découvrir l’article de Valérie Nimal pour ProximusTV.be sur le palmarès des Magritte 2018 !

Jean-Philippe Thiriart

29 mars

Streker fait strike avec un film qui marque... au fer rouge !

NOCES

Scénario et réalisation : Stephan Streker
Avec Lina El Arabi, Sébastien Houbani, Olivier Gourmet, Zacharie Chasseriaud
Image : Grimm Vandekerckhove

Cote : ***

01.jpg


Ce n'est pas tous les jours qu'un film dramatique est réalisé par un des visages bien connus du football belge, un certain Stephan Streker. Noces entame déjà sa quatrième semaine d'exploitation dans nos salles et nous nous devions de vous présenter ce film encore bien présent dans nos salles belges francophones. Un film qui traite d’un sujet aussi délicat que controversé.

Noces est un film poignant et prenant. Les moments plus lents lors desquels l’histoire n’évolue pas sont quasi inexistants, l’intrigue ne s’arrête jamais et il n'y a pour ainsi dire pas la moindre pause inutile. Chaque scène a son importance et c’est une qualité assez rare pour un drame de ce genre. Il n’y a aucun temps mort et la mi-temps habituelle n’aura pas lieu.

05.jpg
Noces, c'est aussi l'amour d'une sœur pour son frère, d'un frère pour sa sœur


Le thème est particulièrement grave puisque des dizaines de jeunes filles sont forcées au mariage chaque année sous nos latitudes. Les plaintes pour mariage forcé sont rares car elles mènent au déshonneur d’une famille entière qui n’osera plus rentrer au pays de peur d’être jugée par toute une communauté. La nécessité d’un tel film est une évidence mais ne faudrait-il pas en faire la promotion dans les milieux concernés par les mariages forcés même si ces mariages arrangés ne mènent qu’à un faible nombre de dérapages tels que celui présenté dans le film ? Même si les drames réels sont minimes et les vraies révoltes minoritaires, les droits de la femme sont-ils respectés lors de ce genre de mariages traditionnels ? La question est soulevée et le débat est plus que jamais ouvert.

Streker nous propose également l’avis de musulmans pakistanais sur certaines de nos propres habitudes. Si pas mal de non-musulmans cultivent des stéréotypes sur les musulmans, ces derniers ont parfois, eux-aussi, une vision tronquée de la manière dont les premiers voient les choses. Ces stéréotypes, bien que caricaturaux, peuvent nous servir également à nous remettre en question lorsque cela est nécessaire. Ce film belgo-franco-pakistano-luxembourgeois met aussi en lumière les difficultés de compréhension de l’autre lorsqu’il n’a pas les mêmes coutumes ou religion.

02.jpg
Sébastien Houbani a sans doute le rôle le plus compliqué


Es que dire des acteurs ? La jeune actrice Lina El Arabi (21 ans tout juste) crève l’écran. Il est rare de voir un regard aussi profond au cinéma. De plus, jouer la détresse n’est jamais évident et elle le fait avec une justesse remarquable pour son jeune âge. Sébastien Houbani, son frère à l'écran, doit par contre jouer un personnage à deux visages et ce n’est pas non plus chose aisée. Il le fait d’une manière assez convaincante même si la rupture aurait sans doute pu être encore plus marquée. On notera aussi la qualité des interprétations d'un Olivier Gourmet brillant comme de coutume et de Zacharie Chasseriaud dans le rôle de l’amoureux transi ne comprenant pas une situation qui ne lui est pas expliquée et qui, même si elle l'était, ne ferait sans doute pas sens pour lui.

03.jpg
Stephan Streker a tout pour faire strike !


Enfin, ce que l’on retiendra surtout est la mise en scène dont bénéficie le métrage. Streker fait preuve d’une justesse remarquable. Le rouge est présent tout au long du film, des sièges du bus aux pétales du mariage. Les discussions se font d’abord sans problème entre les différents membres de la famille, la situation se crispant peu à peu jusqu’à atteindre un point de non-retour. Les deux acteurs principaux sont omniprésents et cela donne presque l’impression d’un huis clos dont la famille ne pourra sortir indemne.

04.jpg
Zacharie Chasseriaud et Lina El Arabi


Raphaël Pieters et Jean-Philippe Thiriart

10:45 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : noces, stephan, streker, mariage, forcé, gourmet | |  Facebook | |  Imprimer |