10 mai

Un profil pour deux nous offre un Pierre Richard touchant

De Stéphane Robelin (2017)

Avec Pierre Richard, Yaniss Lespert, Fanny Valette, Stéphane Bissot, Stéphanie Crayencour
Comédie, Romance
1h41

Cote : **

un,profil,pour,deux,pierre,richard,fanny,valette,stephanie,crayencour
Pierre Richard est au centre d'Un profil pour deux


Un profil pour deux entame sa troisième semaine dans nos salles avec une centaine de séances à Bruxelles et dans les différentes provinces wallonnes.

Le film reprend un thème assez peu abordé au cinéma : comment nos aînés utilisent-elles les nouvelles technologies ?
Pierre Richard joue le rôle de Pierre Stein, grand-père veuf qui souhaite apprendre les bases de l'informatique afin de faire des rencontres. Tout bascule lorsqu'il décide de se faire passer pour plus jeune, beaucoup plus jeune qu'il ne l'est, et obtient un rendez-vous avec une jeune et jolie demoiselle : Flora (l'envoutante Fanny Valette). Ce sont ses talents de poète, sa culture générale et ses connaissances qui lui ont permis de la séduire, elle qui ne connaît pas son visage.

Le film est riche en enseignements. Il nous montre notamment qu'il est possible d'avoir encore des objectifs - sentimentaux ici - même passé un certain âge. Et que l'envie d'apprendre ne diminue pas forcément au fil du temps, que du contraire.
Comme le dit Pierre Richard, « il est important de rester curieux et de garder son âme d'enfant. » Il pense avoir gardé celle-ci. Nous confirmons !

Si le reste du casting est moins célèbre que le célèbre Grand blond avec une chaussure noire, il apporte une jeunesse intéressante à l'ensemble.

un,profil,pour,deux,pierre,richard,fanny,valette,stephanie,crayencour
La très réussie scène du petit-déjeuner, pour le moins cocasse


Un des points forts du film est certainement son scénario, assez bien ficelé. On pourrait en effet s'attendre à une histoire fort prévisible mais il n'en est rien. Les divers rebondissements permettent au spectateur de ne jamais décrocher et de rester attentif d'un bout à l'autre à l'évolution de l'intrigue.

Nous retrouvons par moments un humour absurde, que les comédiens ont pris, semble-t-il, un vrai plaisir à faire vivre à l'écran.
Enfin, nous avons été ravis de retrouver des paysages bien de chez nous, le film ayant été tourné en partie à Bruxelles.

Raphaël Pieters et Jean-Philippe Thiriart

06:09 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : un, profil, pour, deux, pierre, richard, fanny, valette, stephanie, crayencour | |  Facebook | |  Imprimer |

24 sept.

Un Heureux événement

Réalisé par Rémi Bezançon
Avec Louise Bourgoin, Pio Marmaï et Josiane Balasko
Mais aussi Thierry Frémont et Gabrielle Lazure
Et la participation de Firmine Richard

Comédie dramatique - 1h50
***

Sortie le 28 septembre 2011
Et en avant-première le 27 septembre à Acinapolis (www.acinapolis.be) - Ladies Night
Cinéart - 1h47

un,heureux,evenement,remi,bezancon,louise,bourgoin

 

Synopsis : Elle m’a poussée dans mes retranchements, m’a fait dépasser toutes mes limites, m’a confrontée à l’absolu : de l’amour, du sacrifice, de la tendresse, de l’abandon. Elle m’a disloquée, transformée. Pourquoi personne ne m’a rien dit ? Pourquoi on n’en parle pas ?

Nous avions vraiment hâte de découvrir le dernier film de Rémi Bezançon lors de sa projection en vision de presse. C’est que le bonhomme a quand même réalisé Le Premier jour du reste de ta vie, un de nos films cultes. Et le moins que l’on puisse écrire est que nous n’avons pas été déçus. Si ce film-ci est fort différent de celui réalisé juste avant (Rémi Bezançon passe d’un film choral à un récit bien souvent raconté à la première personne), pas mal d’éléments nous ont font penser au Premier jour… On vous laisse bien sûr le soin de découvrir lesquels !


un,heureux,evenement,remi,bezancon,louise,bourgoin

 

Rémi Bezançon présente Un heureux événement, adaptation à quatre mains (il a, pour la première fois, choisi de travailler avec sa compagne à l’heure d’écrire le scénario) du roman éponyme très personnel d’Éliette Abécassis, comme la vision intime d’une maternité, sincère et sans tabous, comme une plongée au cœur de l’univers féminin.

L’auteure du roman a souhaité témoigner de l’expérience qu’elle a vécue quand elle est devenue mère, ce qui correspond, pour elle, à « une véritable révolution dans son corps, une dislocation de son identité, et une remise en question de son couple. » Elle ajoute que « tout est à redéfinir, que les liens changent et que les enjeux ne sont plus les mêmes. »
Et le film le montre à merveille.

Il comprend trois parties bien distinctes : celle qui précède l’accouchement, l’accouchement en lui-même et l’accueil du nouveau-né. Le fantasme donc et puis la réalité… d’un heureux événement.
Pour bien différencier ces parties, Rémi Bezançon a travaillé à différents niveaux : la mise en scène, la lumière, les couleurs, les mouvements de caméra mais aussi le choix de la pellicule.

 

un,heureux,evenement,remi,bezancon,louise,bourgoin


Très référencé, le film fait preuve du besoin impérieux de son auteur de coller à la réalité. Il est allé jusqu’à filmer, avec son chef op, des accouchements bien réels, dans le but de faire leur cette réalité et d’expérimenter en matière de cadrage, notamment.

Quant aux corps, le réalisateur les imprime sur la pellicule avec un rare talent, magnifiant ses acteurs.
Niveau distribution justement, Rémi Bezançon a choisi de faire à nouveau confiance à Pio Marmaï, auquel il avait offert un premier rôle au cinéma avec Le Premier jour… Et c’est avec brio qu’il relève le défi.

un,heureux,evenement,remi,bezancon,louise,bourgoin

 

Mais la star du film, c’est bel et bien Louise Bourgoin, elle qui livre une interprétation en tous points convaincante d’une jeune femme sur le point d’être mère. Sa préparation très consciencieuse de ce rôle difficile n’y est sans doute pas étrangère. Étincelante du début à la fin, la comédienne, découverte sur Canal + où elle officiait en tant que Miss Météo, n’a pas eu peur de se mettre à nu, au propre comme au figuré. Cela pour servir le film et aller dans le sens d’un réalisme cher au réalisateur, auquel elle a tout de suite accepté de faire confiance.

Un peu comme Jared Leto dans Mr. Nobody, qui n’a jamais mieux joué que quand il investissait le personnage du vieux Nemo après des heures de maquillage, Louise Bourgoin est fantastique en femme enceinte, résultat qui a nécessité parfois cinq heures de travail, en pose de prothèses notamment.
« Plus je suis travestie, déguisée, changée, plus j’arrive à construire un personnage différent de ce que je suis, c’est une évidence », explique-t-elle ainsi.

Ce duo d’acteurs est rejoint par d’autres comédiens de qualité, à commencer par Josiane Balasko, mais aussi Thierry Frémont, et la Canadienne Gabrielle Lazure.

Quant à la musique, elle est, une nouvelle fois, fort présente dans le film de Rémi Bezançon, pour qui l’image doit néanmoins toujours primer. Et c’est comme à chaque fois Sinclair que Rémi Bezançon a choisi pour composer la bande originale de son dernier… bébé !


15:13 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films, Ladies Night - Acinapolis | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : un, heureux, evenement, remi, bezancon, louise, bourgoin | |  Facebook | |  Imprimer |

27 août

Un barrage contre le Pacifique

18:40 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de DVDs, Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : un, barrage, contre, pacifique, isabelle, huppert | |  Facebook | |  Imprimer |

26 août

Continental, un film sans fusil

17:30 Écrit par Jean-Philippe Thiriart dans Critiques de films | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : continental, un, film, sans, fusil | |  Facebook | |  Imprimer |